Les actualités express

    (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil
Le Soleil

   

Sauvée du fleuve par les pompiers

    (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur) - image 2.0

Agrandir

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Une femme a été sauvée par les pompiers de Québec jeudi après-midi après avoir sauté dans le fleuve Saint-Laurent à partir du pont de l'Île d'Orléans. Des témoins avaient vu la femme abandonner sa voiture au beau milieu du pont pour se lancer à l'eau et auraient contacté le central 9-1-1 quelques minutes avant 16h.

«Les premiers pompiers arrivés sur place ont vu la victime qui flottait dans l'eau, au milieu du fleuve, et qui dérivait vers l'est», explique Annie Marmen, relationniste des pompiers de Québec. Deux équipes nautiques ont été envoyées à la rescousse de la malheureuse, l'une à bord d'un bateau pneumatique et l'autre sur le bateau-pilote Ocean Guide du groupe Océan.

Les pompiers dans le bateau pneumatique ont secouru la femme, qui était consciente et respirait, mais était en état d'hypothermie. «Ils lui ont prodigué les premiers soins et ont essayé de la réchauffer», explique Mme Marmen. C'est l'arrivée du bateau-pilote qui a permis de ramener tout le monde au quai 21 du Port de Québec vers 16h30. La femme a ensuite été conduite au centre hospitalier.  Ian Bussières

***

Saisie de drogues et d'armes à l'île d'Orléans

La Sûreté du Québec a arrêté deux individus qui avaient en leur possession de la méthamphétamine et une arme prohibée dans la nuit de mercredi à jeudi à Saint-Pierre de l'île d'Orléans.

Les patrouilleurs ont intercepté le véhicule des deux suspects dans la trentaine après avoir obtenu de l'information du public. À bord, les policiers ont mis la main sur 2500 comprimés de méthamphétamine, une arme à autorisation restreinte et une arme prohibée.

Ils font maintenant face à des accusations en lien avec la possession et le trafic de stupéfiants, à la possession d'armes, à des bris de probation et d'ordonnance.  Jean-François Néron

***

Les résidus verts ramassés à partir de lundi

La collecte des résidus verts commencera le lundi 24 avril sur le territoire de la Ville de Québec pour se poursuivre jusqu'au 19 mai. Après cette date, les feuilles et autres bouts de gazon ne pourront plus être mis à la poubelle. 

Mais à partir de lundi et jusqu'à cette date, l'administration municipale recommande de placer les résidus verts dans un sac de papier ou un sac de plastique orange ou transparent. 

«Les sacs de plastique noir ou vert doivent être évités parce qu'ils provoquent de la confusion chez le collecteur qui risque de ramasser les résidus verts avec les déchets. Il importe également de ne pas surcharger les sacs. Le personnel doit pouvoir les soulever sans se blesser», indique la Ville de Québec dans un communiqué publié jeudi. On y précise aussi que la collecte des résidus verts s'effectue en même temps que la collecte des déchets.

Le contenu des sacs sera transformé en compost, en copeaux de bois ou utilisé pour la «naturalisation de sites miniers dégradés», ajoute la Ville de Québec.

Après le 19 mai, les résidus verts ne seront plus ramassés par la Ville et on conseille alors de pratiquer l'herbicyclage, ce qui consiste à laisser le gazon coupé sur le terrain après le passage de la tondeuse. Une autre période de collecte de résidus verts est prévue à l'automne.

Les citoyens peuvent connaître le jour de la collecte dans leur secteur en composant le 311 ou en consultant la section Info-Collecte sur le site de la Ville de Québec au goo.gl/Qy4IBa.  Valérie Gaudreau

***

Décès à l'usine Prolam: le cadenassage mis en cause

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pointe la mauvaise méthode de cadenassage d'un appareil pour expliquer l'accident qui a coûté la vie à Stéphane Ferron, 22 ans, électromécanicien à l'usine de fabrication de planchers Prolam de Cap-Saint-Ignace. 

Le 30 avril 2016, le jeune homme s'apprêtait à entrer dans une colleuse à lattes de bois pour y faire une inspection visuelle. Le serre-joints de la colleuse a été actionné de manière accidentelle, écrasant mortellement le travailleur sous les yeux de son chef d'équipe.

Selon le rapport de la CNESST, «le travailleur a utilisé une méthode d'inspection qui l'a exposé à un danger d'écrasement par le serre-joints de la colleuse à bois, qui était toujours alimenté. Selon les enquêteurs, «La méthode de cadenassage en huit points n'a pas été appliquée comme il était prescrit».

Plus précisément, le rapport note «l'absence d'une protection sur toute la longueur de la course du bouton de commande, permettant un démarrage intempestif du serre-joints de la colleuse à bois. Cette protection appelée «collerette» entoure complètement le bouton de commande afin qu'il ne soit pas enfoncé à un mauvais moment et qu'il ne provoque pas le mouvement de descente du serre-joints», explique-t-on.

La CNESST a délivré à Prolam un constat d'infraction, pouvant varier de 16 317 $ à 65 269 $ pour une première offense. Au Québec, depuis 5 ans, 35 travailleurs sont décédés après avoir été coincés ou écrasés par de l'équipement ou des objets.  Jean-François Néron




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer