Dernier test environnemental avant le réaménagement de la Lorette

Des sacs de sable le long de la... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Des sacs de sable le long de la rivière Lorette sur la rue Drolet, à L'Ancienne-Lorette.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) tiendra une séance d'information le 11 avril sur le projet de 22 millions $ pour le réaménagement de la rivière Lorette, secteur du boulevard Wilfrid-Hamel, qui prévoit notamment l'installation de murs anti-crue.

L'important projet pour contrer les inondations comme celles connues en 2005 pourra enfin se réaliser s'il passe avec succès cette dernière étape. «Je ne crois pas qu'il y aura d'écueils majeurs au chapitre de l'environnement, laisse savoir Mario Dubé, porte-parole de citoyens sinistrés de la Lorette il y a 12 ans. Tous les ministères et organismes ont travaillé ensemble pour minimiser les impacts sur l'environnement. Les propriétaires touchés ont été informés et on sent un consensus», ajoute-t-il. Une présentation leur a été faite la semaine dernière.

Le projet prévoit faire des interventions sur quatre kilomètres, sur des terrains privés et publics des villes de Québec et de L'Ancienne-Lorette. Le plan comprend l'installation de murs anti-crue en bois, en béton et en palplanches sur une longueur de 3625 mètres. Il y aura aussi la reconstruction du pont de l'Accueil, la création de trois plaines de débordement et de deux bras de décharge. À cela, il faut ajouter des travaux dans la zone inondable de la rivière.

«L'objectif de ces travaux est d'augmenter la capacité hydraulique de la rivière de façon à permettre le passage sécuritaire d'une crue centennale de 85 m3/s», explique le BAPE. Les travaux de 22 millions $ doivent se dérouler entre l'été 2018 et l'automne 2019.

«Le promoteur planifierait ses travaux de déboisement entre novembre et mars pour minimiser les perturbations sur la végétation, les oiseaux et le paysage. Les autres travaux seraient réalisés en dehors de la période de crue printanière et automnale, souligne le Bureau d'audience. 

Pour compenser la perte d'habitats pour la faune et la flore, le promoteur entreprendrait des travaux de génie végétal pour obtenir une stabilisation accrue des rives favorisant une amélioration de la qualité de l'eau de la rivière. Des travaux seraient aussi menés pour l'élimination des espèces exotiques envahissantes et leur remplacement par la plantation de végétaux à croissance rapide le long des rives», est-il encore écrit.

La période d'information et de consultation publique se termine le 12 mai. D'ici là, tout citoyen, groupe ou organisme peut faire la demande d'une audience publique auprès du ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

La séance d'information se tiendra le mardi 11 avril 2017 à 19h30 à la salle Champlain de l'Hôtel Québec Inn, 7175, boulevard Wilfrid-Hamel Ouest, à Québec. Elle sera diffusée en audio en direct sur le site Web du BAPE. Les documents relatifs au projet y sont aussi disponibles.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer