L'opposition veut une enquête sur le tour d'hélicoptère de Labeaume

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le tour d'hélicoptère TVA qu'a fait Régis Labeaume en compagnie de Pierre Karl Péladeau samedi connaît un autre rebondissement. L'opposition demandera à la Commission municipale du Québec d'enquêter sur «les circonstances» de ce qu'elle considère comme une entorse à l'éthique. Un débat «insignifiant», a de nouveau répliqué le maire de Québec, refusant net de commenter davantage malgré l'insistance des journalistes.

«Pour nous ce n'est pas insignifiant. Tout ce qui touche l'éthique et la déontologie, c'est loin d'être insignifiant. C'est important. Alors on va demander à la Commission municipale de faire la lumière là-dessus», a commenté la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette.

«On n'est pas en train d'accuser. On est juste en train de demander à la Commission s'il y a eu faute ou non dans ce genre de comportement», a précisé l'élue. Mme Guérette assure qu'elle n'aurait jamais pris place dans l'hélico de la firme privée si elle avait été invitée.

L'histoire remonte à samedi alors que le maire a survolé les plaines d'Abraham lors de la Coupe du monde de ski de fond. Il a pris place dans l'hélicoptère TVA avec le patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qui a publié une photo en compagnie du maire sur son fil Twitter.

La balade a dérangé l'opposition à l'hôtel de ville qui y voit une trop grande proximité avec Québecor, gestionnaire du Centre Vidéotron et propriétaire de Gestev qui organisait la Coupe du monde de ski.

Code d'éthique

Démocratie Québec invoque l'article 9 du Code d'éthique et de déontologie régissant les membres du conseil. On peut y lire qu'un membre du conseil «ne peut accepter tout don, toute marque d'hospitalité ou tout autre avantage, quelle que soit sa valeur, qui peut influencer son indépendance de jugement dans l'exercice de ses fonctions ou qui risque de compromettre son intégrité.»

Or, note Démocratie Québec, on répond au cabinet du maire que le tour avait pour but de survoler des Plaines «afin d'évaluer de potentiels parcours de ski de fond pour un futur projet d'épreuves de ce sport dont Québecor serait partenaire».

«Si un événement de ce type devait se tenir à Québec dans le futur, le comité exécutif et le conseil de la Ville seront inévitablement appelés à se prononcer», estime l'opposition qui y voit un potentiel avantage pour Québecor.

Questionné mercredi,Régis Labeaume n'a martelé qu'un mot : «Insignifiant». Appelé à en dire davantage, il a répété le même adjectif. Déjà mardi, le maire avait qualifié ce débat d'«insignifiant», un terme qu'il a martelé une vingtaine de fois mardi et mercredi.




À lire aussi

  • Le tour d'hélico de Labeaume dérange

    La Capitale

    Le tour d'hélico de Labeaume dérange

    L'opposition à l'hôtel de ville estime que Régis Labeaume a montré trop de proximité avec Québecor en prenant place dans l'hélicoptère du réseau TVA.... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer