Éric Lambert veut une vraie opposition à Lévis

L'hôtel de ville de Lévis... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'hôtel de ville de Lévis

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le parti Renouveau Lévis a un nouveau chef. Éric Lambert, qui occupait auparavant la fonction de chef intérimaire, prend la tête de la formation politique qui vise à former une opposition solide au parti du maire actuel, Gilles Lehouillier, en vue du scrutin municipal de novembre.

En entrevue au Soleil, celui qui vise la mairie de Lévis reconnaît avoir du pain sur la planche, puisqu'il doit d'abord veiller à former une équipe «présentable et convenable». «Il faut refaire le membership, construire une équipe dynamique. [...] J'espère qu'on va avoir des citoyens qui vont vouloir se présenter», a-t-il soutenu, satisfait du mandat qui lui a été confié.

Dès qu'il a su qu'il était élu chef, samedi, M. Lambert a rencontré quelques personnes pour jeter les bases des objectifs à atteindre au courant des prochaines semaines. En tête de liste : attirer les citoyens à joindre les rangs de sa formation afin de former une opposition solide au maire Lehouillier.

«Il n'y a qu'une seule voix [au conseil municipal]», a déploré le chef. «La ville a besoin d'une opposition».

M. Lambert, un informaticien de formation, travaille présentement sur le programme électoral de son parti. Les dossiers des viaducs de Saint-Rédempteur et de la route Lagueux, ainsi que celui de la piscine à Saint-Nicolas, sont à prioriser. À ses yeux, l'administration Lehouillier n'avance pas assez vite. «On attend depuis des années», a-t-il fait remarquer.

«Le maire s'est vanté qu'il a réalisé toutes ses promesses électorales dans un seul mandat. Or quand on annonce la construction en trois phases d'un viaduc», il est difficile de conclure que le maire Lehouillier a réellement tenu l'ensemble de ses promesses, a défendu M. Lambert.

Éric Lambert... (Tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Éric Lambert

Tirée de Facebook

Se proclamant «économe», celui qui aspire à diriger la ville de Lévis est critique de la situation budgétaire actuelle. «Le maire a doublé la dette de Lévis», la faisant passer à près de 400 millions $, alors que les projets principaux qu'il a voulu mettre en place ne sont même pas encore réalisés, a-t-il soutenu. «Il a pris les idées de Marinelli [l'ancienne mairesse de Lévis], mais il a emprunté», a-t-il ajouté, précisant que la ville de Lévis serait maintenant endettée pour les 20 prochaines années. 

L'aspirant maire souhaite en conséquence redonner à la population en faisant de la fluidité des transports l'un des piliers de sa plateforme. Il suggère notamment une alternative au Service rapide par bus (SRB) en favorisant plutôt la mise en place d'un service de transport par autobus plus rapide qui utilise les voies de circulation existantes. Le chef veut également relancer le projet d'un train de banlieue, une idée qui figure dans le plan du parti depuis 2013. 

Sur la question du troisième lien, M. Lambert estime «qu'un jour ou l'autre», le projet verra le jour. Ce lien routier devrait naître, selon lui, à l'est du territoire, au niveau de l'Île d'Orléans. 

Le nouveau chef a été élu avec une forte majorité vis-à-vis son unique concurrent, André Voyer. Le parti n'a cependant pas voulu confirmer avec quelle marge M. Lambert a remporté le vote, préférant ne pas vouloir «apporter une ombre à l'autre» candidat, a-t-on fait savoir.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer