Laurent Proulx démissionne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le jeune conseiller municipal Laurent Proulx quitte son poste d'élu municipal à la Ville de Québec «pour des raisons familiales et personnelles». Celui qui s'était fait connaître comme «carré vert» pendant le mouvement de grève étudiante du printemps 2012 représentait le district Cap-Rouge-Laurentien depuis novembre 2013.

À ses côtés lors de l'annonce en conférence de presse lundi, le maire de Québec Régis Labeaume a expliqué que le conseiller a perdu son père à l'automne 2014 et qu'il doit maintenant aider sa mère dans l'entreprise familiale qui comprend notamment le restaurant Le Canadien à Notre-Dame-du-Bon-Conseil et de l'immobilier. 

«La famille de Laurent a un restaurant qui fonctionne énormément et il a fait le maximum pour aider sa mère qui gérait tout. Pour différentes raisons, ce n'est plus possible. On en a beaucoup discuté et on en est venu à la conclusion qu'il devait quitter et prendre le relais de sa mère à plein temps», a poursuivi M. Labeaume. Le maire de Québec a dit «aimer beaucoup Laurent» et l'a remercié pour «la fraîcheur» que le jeune homme élu à l'âge de 26 ans a apporté au caucus.

Qualifiant la décision de «pas facile», Laurent Proulx a dit partir avec le «sentiment du devoir accompli», divers dossiers étant maintenant «réglés». Il a cité la révision des hauteurs en zonage à Cap-Rouge, les travaux pour contrer les inondations dans le quartier Laurentien maintenant inscrits au PTI et la fondation du Jeune conseil de Québec.

Dossier Anacolor

Questionné lundi, Laurent Proulx a assuré que son départ n'avait rien à voir avec l'épineux dossier des émanations de l'usine de peinture Anacolor au coeur de son district.

«Je pense que ça se termine bien», a-t-il assuré, maintenant que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a donné un ultimatum à l'usine pour se conformer. 

«J'ai fait mon travail comme conseiller, j'ai rencontré chaque groupe de citoyens qui a demandé à me rencontrer, j'ai retourné chaque appel, chaque courriel», a-t-il dit malgré ses absences au conseil de quartier. M. Proulx avait en effet volontairement cessé d'assister à ces séances puisqu'il estimait «qu'il n'était pas intéressé à se livrer à une séance de punching bag».

«Laurent n'aurait pas pu faire plus», a enchaîné le maire Labeaume, selon qui le dossier ne pouvait se régler autrement que par l'intervention du ministre de l'Environnement.

Laurent Proulx a vécu lundi son dernier conseil municipal puisque sa démission est effective dès mardi matin. Il n'y aura pas d'élection partielle dans Cap-Rouge-Laurentien puisque le départ survient à moins d'un an des élections générales de novembre 2017. Les conseillers Anne Corriveau et Rémy Normand se partageront les tâches de M. Proulx. Ce dernier a aussi annoncé qu'il versera à un organisme de charité le montant après impôts de ses primes de transition et de départ. M. Proulx a été chaudement applaudi par ses collègues à la fin du conseil municipal de lundi.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer