Exclusif

Logements pour autistes: deux projets valent mieux qu'un

La présidente du conseil d'administration d'Autisme Québec, Marie-Josée... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La présidente du conseil d'administration d'Autisme Québec, Marie-Josée Lapointe, applaudit l'initiative du promoteur Michel Dallaire visant à offrir des appartements avec service dans le Vieux-Québec sur le terrain situé en face de la Maison Mère-Mallet.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Elle-même à la tête d'un projet de logements pour autistes adultes, la présidente du conseil d'administration d'Autisme Québec, Marie-Josée Lapointe, applaudit l'initiative du promoteur Michel Dallaire visant à offrir des appartements avec service dans le Vieux-Québec.

«C'est un beau projet. Il a tout notre appui», mentionne au Soleil Mme Lapointe à titre de présidente du CA d'Autisme Québec, qui oeuvre à Québec depuis 30 ans pour la promotion et la défense des droits des personnes autistes et de leur famille. Elle poursuit dans la même veine à titre d'instigatrice d'un projet similaire, l'Espace-Vie TSA, assurant que les deux initiatives sont «complémentaires» plutôt que concurrentes. 

«Les besoins sont tellement grands. [...] Il y a de la place pour plusieurs projets. Même avec les deux projets, ce n'est pas demain la veille que tous les besoins vont être comblés.»

Michel Dallaire projette de construire plus d'une centaine d'appartements avec service sur le terrain situé en face de la Maison Mère-Mallet pour des autistes adultes et des personnes lourdement atteintes d'un handicap physique ou intellectuel. Pour sa part, le projet Espace-Vie TSA prévoit huit places pour des autistes peu autonomes ayant de grands besoins de supervision et huit places pour des autistes légers.

Deux projets comparables, mais qui pourraient offrir des services différents de manière à couvrir l'entièreté du spectre de l'autisme, fait valoir Marie-Josée Lapointe. «L'important, c'est de travailler en synergie», affirme celle à qui M. Dallaire a présenté son projet il y a de cela déjà un an.

Financement suffisant?

Avec de telles initiatives, le financement public pourrait-il venir à manquer? «J'ose espérer que non», répond-elle. Admettant qu'il n'y a «pas beaucoup de sous destinés à des projets comme ceux-là», elle fonde beaucoup d'espoirs sur le plan d'action gouvernemental sur l'autisme, qui devrait être lancé au cours des prochaines semaines par la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois.

«Le réseau de la santé est conscient qu'il faut améliorer le continuum de soins» offerts aux autistes, assure Mme Lapointe. Et des projets comme le sien et comme celui proposé par Michel Dallaire ne peuvent que contribuer à démontrer l'ampleur des besoins dans le secteur, conclut-elle.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer