Exclusif

Vieux-Québec: Dallaire offre un toit pour les plus vulnérables

Le terrain situé en face de la Maison... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le terrain situé en face de la Maison Mère-Mallet est occupé par l'ancien hôpital des Soeurs de la Charité (en jaune) et une chaufferie (en briques rouges, à l'arrière). Celle-ci serait démolie pour faire place aux deux constructions de logements sociaux avec service destinés aux autistes et aux adultes lourdement handicapés.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le promoteur Michel Dallaire projette de construire plus d'une centaine d'appartements avec service dans le Vieux-Québec pour les autistes adultes et les personnes lourdement atteintes d'un handicap physique ou intellectuel afin de prendre le relais de leurs proches vieillissants.

«Les parents sont à la recherche de ressources. Ils se disent : "qu'est-ce qui va arriver quand je ne serai plus là? Où est-ce que mon gars ou ma fille vont-ils rester? Y a-t-il un endroit?"», témoigne le président et chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire. 

Bénévole depuis des années au Patro Roc-Amadour dans Limoilou, l'homme d'affaires s'est familiarisé avec les besoins des clientèles plus démunies, notamment les parents d'adultes autistes et handicapés physiques et intellectuels. L'angoisse s'accentue, dit-il, lorsque les enfants atteignent la quarantaine et qu'ils ont toujours autant besoin d'assistance, mais que ceux qui leur prodiguent vieillissent ou décèdent. «Il y a une réalité. La moitié d'entre eux habitent chez leurs parents», poursuit-il. 

Devant ce constat, il a pris la décision de transformer son projet de condos dans le Vieux-Québec en projet de logements locatifs avec assistance destiné à ces deux groupes. C'est sur le terrain situé en face de la Maison Mère-Mallet qu'il a acheté en 2013 aux Soeurs de la Charité de Québec qu'il planifiait ériger un bâtiment comptant entre 110 et 130 unités de condominiums. 

Conversion

À l'époque, M. Dallaire s'était non seulement engagé à maintenir la vocation caritative et le caractère architectural de la Maison Mère-Mallet, mais aussi à redistribuer à l'oeuvre de bienfaisance les profits de sa nouvelle construction. 

«J'ai changé d'idée, relate l'homme d'affaires. Ce n'est pas des condos qu'il faut faire en face, c'est une continuité de l'oeuvre et de l'infrastructure pour aider les gens dans le besoin», s'est-il dit. Avant d'aller de l'avant, Michel Dallaire a d'abord demandé la permission aux religieuses de modifier les plans pour ce terrain qui abrite présentement une chaufferie ainsi qu'un stationnement. 

Main-d'oeuvre recherchée

Celles-ci ayant approuvé le projet, Michel Dallaire devait également s'assurer auprès de la municipalité qu'il pouvait ériger de tels logements. Elle lui a répondu positivement. Il doit maintenant faire une demande officielle à la Ville de Québec pour la construction de logements sociaux par l'intermédiaire des programmes existants. Là n'est pas le problème, dit Michel Dallaire. «Mon défi, ce n'est pas juste qu'ils ont besoin d'un espace pour dormir, mais c'est des gens qui ont besoin des personnes qui vont s'occuper d'eux», explique-t-il. Puisque son expertise est plutôt du côté des bâtiments, le promoteur est en lien avec des organismes spécialisés. 

Il projette la construction de deux bâtiments avec une cour intérieure où il y aura de la verdure et des infrastructures pour la clientèle. Michel Dallaire préfère, pour l'instant, ne pas chiffrer le projet qu'il espère voir le jour d'ici deux à trois ans. 

Synergie 

Le président et chef de la direction de Cominar met également l'accent sur l'importance de créer une synergie avec le travail qui est déjà effectué à la Maison Mère-Mallet. Depuis le départ des Soeurs de la Charité, il a bonifié l'offre en louant les espaces nouvellement vacants au YWCA et à des étudiantes dans le besoin. Il est également en pourparlers avec l'organisation Portage, qui vient en aide aux personnes aux prises avec des problèmes d'alcoolisme, pour aussi les héberger. «Je pense que les organismes doivent fusionner et mettre leurs services en commun», fait valoir Michel Dallaire. Il est convaincu qu'avec des nouveaux logements pour autistes et handicapés adultes en face, l'entraide et le travail seront facilités, et ce, des deux côtés de la rue.

***

Le résumé du projet

  • Logements locatifs avec service pour autistes et adultes lourdement handicapés
  • 110 à 130 unités
  • Construction prévue d'ici 2019-2020
  • Sur le terrain situé en face de la Maison Mère-Mallet sur la rue des Soeurs de la Charité




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer