Reconversion de la maison Béthanie: «Ça ressemble à du ''Pas dans ma cour'' pas mal»

Le promoteur Gilbert Trudeau veut aménager 20 logements... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le promoteur Gilbert Trudeau veut aménager 20 logements dans l'ancienne demeure des soeurs du Bon-Pasteur.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le promoteur derrière la reconversion en logements de l'ancienne demeure des soeurs du Bon-Pasteur dans le Vieux-Québec défend bec et ongles son projet immobilier face aux critiques de résidents du coin : «Ça ressemble à du "Pas dans ma cour'' pas mal»

Le promoteur, c'est l'homme d'affaires beauceron Gilbert Trudeau. Mais c'est l'architecte qui pilote le dossier qui nous accueille dans son bureau de la côte du Palais.

Nous sommes donc face à Mario Lafond. C'est son équipe qui a imaginé la nouvelle vie de la maison Béthanie, cet ensemble de bâtiments religieux de 1878 de la rue Couillard.

Il veut rassurer : «Au niveau du cachet, à l'extérieur, le nombre d'interventions c'est zéro pis une barre. Le cachet va être préservé à 100 %. [...] Les bâtiments sont en excellent état de conservation.»

C'est plutôt sur l'aménagement intérieur de l'immeuble abandonné depuis 2014 que les clans divergent. Le règlement de zonage permet 12 logements et exige que ceux-ci comptent presque tous deux chambres ou plus. Le promoteur et son architecte demandent plutôt de pouvoir aménager 20 logements, dont des plus petits. La Ville est d'accord.

Mais, comme Le Soleil le soulignait mercredi, plusieurs citoyens du voisinage craignent pour la quiétude de leur «Quartier Latin» si autant de ménages débarquent. Ils redoutent le manque de stationnements, aussi. Et ils soulignent que les petits appartements ne favoriseront pas la venue de familles.

«On n'est pas contre l'idée des familles, au contraire», réplique Mario Lafond. Lui-même dit élever sa descendance dans le secteur. «Mais dans le Vieux-Québec, il n'y a pas juste des familles qui ont le droit d'y vivre. Tout le monde a le droit de vivre dans le Vieux-Québec.»

L'important, poursuit l'architecte, c'est de ramener des habitants dans le quartier en construisant des unités qui seront louées. «C'est ça qu'ils veulent dans le Vieux-Québec des logements.»

Il y a aussi une question de loyers. Le Vieux-Québec coûte cher, il en convient. Ce ne sont pas toutes les familles qui auront les moyens de s'offrir un logement «au prix du marché».

Constraintes

Pour convaincre, Mario Lafond a sorti ses plans, ses photos et d'autres plans. Il soulignait, dessinait, pointait, se levait pour nous mener dans une autre pièce voir encore des plans architecturaux... Mario Lafond voulait défendre son projet.

La maison Béthanie présente des contraintes importantes pour l'aménagement intérieur, plaide-t-il. Il a des normes à respecter, notamment pour l'accès aux sorties de secours. 

Donc, rue Saint-Flavien, dans les anciennes chambres louées aux familles des malades de l'Hôtel-Dieu, il y aura 3 grands logements. Rue Couillard, au coeur du complexe, les superficies seront moindres quoiqu'un vaste loft avec mezzanine sera aménagé dans l'ancienne chapelle. Puis dans le défunt musée de la rue Ferland, les appartements auront une ou deux chambres.

Il juge que c'est la meilleure proposition possible. «C'est un bâtiment qui est vide et il faut le faire revivre. [...] Tout ce qu'on va faire, c'est faire habiter ce lieu. On va mettre du monde dedans.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer