Vieux-Québec: des citoyens critiquent un projet immobilier

Le nouveau propriétaire de la maison Béthanie demande...

Agrandir

Le nouveau propriétaire de la maison Béthanie demande une modification au zonage pour aménager 20 unités d'habitation dans la bâtisse classée, surtout des studios et des logements d'une chambre.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un nouveau projet de «densification» soutenu par la Ville soulève l'ire de citoyens. Cette fois, il est question de la transformation en logements de la maison Béthanie, l'ancienne demeure patrimoniale des soeurs du Bon-Pasteur dans le Vieux-Québec.

Ils étaient une dizaine à attendre Le Soleil autour d'une table du deuxième étage Chez Temporel. Le café est sur la rue Couillard, tout près du bâtiment historique qui nous intéresse.

La troupe craint pour son «Quartier latin», son village dans la ville. Les résidants veulent préserver le cachet de ce secteur résidentiel coincé entre l'Hôtel-Dieu, la rue des remparts et le Petit séminaire.

Pas question de critiquer l'achat par un promoteur immobilier de l'ensemble religieux érigé en 1878 qui était à l'abandon depuis quelques années. Personne non plus pour dénoncer la transformation des lieux en appartements ou en condos. Alors, quel est le problème ?

Il y a deux semaines, durant une consultation du conseil de quartier, ils ont appris que le nouveau propriétaire demande une modification au zonage pour aménager 20 unités d'habitation dans la bâtisse classée, surtout des studios et des logements d'une chambre. Mais le règlement actuel permet plutôt un maximum de 12 portes et exige que ces logis comptent plus de deux chambres, voire trois chambres, afin notamment d'attirer les familles.

Une telle modification - moussée par les autorités municipales - est «incohérente» avec le désir de la mairie d'aimanter d'éventuels résidants, dont des ménages avec enfants, vers le Vieux-Québec, déplore Louise Dussault. Elle raconte avoir élevé ses héritiers dans sa demeure collée à la maison Béthanie : «Le quadrilatère est propice à la vie de famille», plaide-t-elle. «On aime notre quartier, on voudrait qu'il garde cette âme-là.»

«Ce qui est proposé, c'est vraiment des petits logements», enchaîne Tanya Gagnon, une voisine. Le secteur a plutôt besoin de grands appartements parce que les familles s'exilent dès qu'elles ont plus d'un enfant, observe-t-elle.

«C'est tout pour ne pas attirer la clientèle recherchée pour revitaliser le Vieux-Québec», acquiesce le président du comité des citoyens, Jean Rousseau.

Oui à 12 grands logements, non à 20 petits. Voilà le message que veulent propager les citoyens réunis en ce mardi ensoleillé. Un message qu'ils veulent porter jusqu'aux oreilles des élus.

Rasik Hathi regrette justement que la cause ait été entendue à la Ville avant même la consultation des habitants du secteur. Le Conseil d'arrondissement a déjà dit qu'il recommande le changement au zonage. Restera au conseil municipal à se prononcer. «Le promoteur, il le savait le zonage [quand il a acheté]. Ce n'est pas nécessaire de le changer.»

Hébergement illégal

En permettant les petites unités, la Ville favorisera l'hôtellerie illégale, les locations touristiques de courte durée, ajoute Yolande Dubé. Et contribuera à l'exode des Vieux-Québécois. «Si le Quartier latin devient juste une façade de cinéma, ça ne sera plus intéressant pour personne, même pour les touristes.»

Au fil de la discussion, on comprend également que nos interlocuteurs redoutent le va-et-vient accru, la quiétude troublée, la difficulté de se trouver un stationnement...

Dans l'espoir de le faire changer d'idée, le groupe de citoyens invite Régis Labeaume : «La fierté de notre ville, ça inclut le Quartier latin. Venez nous voir sur les lieux, on va le marcher ensemble.»

Il espère le recevoir rapidement ; selon les voisins, les travaux sont déjà commencés à l'intérieur de la maison Béthanie.

Contraintes architecturales

Le promoteur immobilier invoque des contraintes architecturales pour demander une modification au zonage afin d'aménager des logements plus petits et plus nombreux dans la maison Béthanie.

«Selon le requérant, l'architecture unique des bâtiments ainsi que les transformations effectuées dans les dernières décennies apportent plusieurs contraintes de réaménagement. Le rythme des fenêtres, les longs corridors et les pièces en enfilade limitent grandement le réaménagement du bâtiment. Outre le musée, la chapelle et les pièces communes de l'ancien hospice, le bâtiment comprend uniquement de petites pièces, soit près de 30 chambres et plusieurs salles d'eau réparties dans tout le bâtiment», apprend-on dans des documents produits par la Ville de Québec pour appuyer la requête.

Les soeurs du Bon-Pasteur ont quitté les lieux en 2014. Avant elles résidaient dans l'édifice du 14, rue Couillard.

Nous avons tenté de joindre Gilbert Trudeau, homme d'affaires qui a acheté l'ensemble immobilier l'automne dernier. Au moment d'envoyer cet article, il ne nous avait pas contactés. M. Trudeau est également impliqué dans la transformation en hôtel de luxe et épicerie fine de la maison Kent, l'ancien consulat français de la rue Saint-Louis.




À lire aussi

  • Densification: les leçons de l'Ontario

    La Capitale

    Densification: les leçons de l'Ontario

    Avant que les villes de Lévis et de Québec ne rompent avec le service rapide par bus (SRB), l'organisme Vivre en ville organisait, début avril, une... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer