La capitale express

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Du théâtre à la CMQ

La mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, a profité de la période de questions des citoyens lors du conseil de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) pour interpeler la mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet. Elle voulait savoir pourquoi le conseil municipal de Lac-Beauport avait refusé d'appuyer le projet de piste cyclable entre les deux municipalités voisines et préféré plutôt un projet allant de Stoneham à... Stoneham. La mairesse Brunet, qui s'attendait visiblement à la question, s'est dite «désolée» et a mis la faute sur les conseillers municipaux qui lui sont hostiles. Elle a rappelé la poursuite déposée contre la CMQ et son règlement de contrôle intérimaire limitant la construction résidentielle dans le nord de Québec. «Je trouve ça indécent que mon conseil s'associe avec un maire d'une autre municipalité contre moi», a-t-elle souligné. «Lequel?» a demandé le maire de Québec, qui connaissait bien la réponse. «Monsieur Robert Miller», a répondu son interlocutrice. «Ah, quelle surprise!» a laissé tomber Régis Labeaume, théâtral.  Annie Morin

Labeaume réplique à Guérette

Le maire Régis Labeaume n'a pas laissé passer la sortie de la chef de l'opposition Anne Guérette sur le «copinage» qu'elle anticipe avec l'augmentation de la valeur des contrats municipaux pouvant être accordés de gré à gré. Le projet de loi 122 sur les gouvernements de proximité hausse le plafond de 25 000 $ à 100 000 $. Sur un ton très critique, M. Labeaume a rappelé que la limite de 25 000 $ avait été établie en 1977 par l'administration de René Lévesque et qu'après calcul de l'inflation, il faudrait maintenant parler de 91 977 $. «Ça veut dire qu'il y a eu 39 ans de copinage tant qu'à ça», a ironisé le maire. Son équipe a également fait valoir que les contrats de moins de 100 000 $ représentaient 34 % du total des contrats accordés par la Ville en 2016, mais seulement 2,7 % de la valeur globale. «Elle aurait juste dû s'informer un petit peu», a conclu M. Labeaume, en parlant de sa seule opposante déclarée à la mairie pour les élections de novembre.  Annie Morin

Grève des paramédicaux

Les syndiqués du secteur préhospitalier de Québec ont commencé une grève de cinq jours dans la nuit de jeudi. Les membres de l'Association des travailleurs du préhospitalier de Québec (ATPH-CSN) avaient déjà fait une grève de trois jours du 10 au 12 février. Ils disent revenir à la charge devant le silence du ministère de la Santé. «Il semble actuellement que la grève soit le seul moyen pour nous faire entendre», a expliqué leur président, Frédéric Maheux. Les 330 paramédicaux de la région participent à un mouvement provincial de grève visant à faire débloquer les négociations pour le renouvellement des conventions collectives échues depuis le 31 mars 2015.  Jean-François Néron

Des fraudeurs s'inspirent des radars photos

La police de Québec invite la population à faire preuve de vigilance concernant des fraudeurs qui s'inspirent des radars photo pour tenter de soutirer de l'argent à leurs victimes. Les fraudeurs utilisent le courrier électronique pour expédier un faux avis de contravention qui semble provenir d'autorités gouvernementales comme la police. On y indique la raison de la contravention, habituellement négligence au volant, un numéro de contravention, la date d'émission et un montant à payer. Une photo qui semble avoir été prise par un radar photo est annexée au document. L'agente Cyndi Paré de la police de Québec a tenu à rappeler aux automobilistes qu'une vraie demande de paiement de contravention liée à un radar photo est toujours envoyée au propriétaire du véhicule et se fait uniquement par la poste. On suggère donc de ne jamais payer les frais liés à ce type de demande par courrier électronique, à ne jamais dévoiler d'information personnelle et à se méfier de tout appel reçu par courrier électronique ou par téléphone dont l'interlocuteur demande rapidement de l'argent. Toute tentative de fraude du genre peut être rapportée au Centre antifraude du Canada au 1 888 495-8501 ou à la police de Québec grâce à la ligne 641-AGIR.  Ian Bussières

23 résidences évacuées à Lévis

Un embâcle a fait sortir le ruisseau Rouge de son lit, provoquant l'inondation de la rue Saint-Laurent, à Lévis, et forçant l'évacuation de 23 résidences durant quelques heures, jeudi soir. L'inondation est survenue peu avant 16h et l'eau s'est rapidement frayé un chemin vers la rue Saint-Laurent. Un automobiliste s'est même retrouvé coincé dans sa voiture et a dû être secouru par les pompiers. Une vingtaine de personnes ont été évacuées et prises en charge par la Ville de Lévis et la Croix-Rouge au Centre Raymond-Blais. Selon Mme Nicole Rodrigue, porte-parole de la Ville de Lévis, une seule des 23 résidences aurait été inondée de deux pouces d'eau, alors que les autres sont restées au sec. L'eau n'aurait pas causé d'autres dommages, selon Mme Rodrigue. En fin de soirée jeudi, le service des travaux publics s'affairait toujours à dévier l'eau et la Ville a annoncé que les personnes évacuées pourraient réintégrer leur domicile vers 22h30 au plus tard.  Ian Bussières




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer