Troisième lien: Lessard annonce la création d'un bureau de projet

Le mandat, les moyens financiers, et l'échéancier précis... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le mandat, les moyens financiers, et l'échéancier précis du bureau pour le troisième lien, annoncé mardi par le ministre des Transports, Laurent Lessard, restent encore à déterminer.

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement libéral cède aux attaques de la Coalition avenir Québec (CAQ) et accepte de créer un bureau de projet pour le troisième lien routier espéré entre Québec et Lévis.

«Il y aura un bureau de projet, il va commencer», a annoncé mardi le ministre des Transports, Laurent Lessard, avant d'entrer en chambre pour les travaux du jour.

Il savait alors que la CAQ allait déposer une motion pour demander la mise sur pied d'un bureau de projet et son financement à même le prochain budget provincial. «Je ne sais pas pourquoi la CAQ ne voulait pas qu'on vote avec eux autres. On a demandé de faire une modification pour qu'il y ait une création d'un bureau de projet non pas dans le budget parce qu'un budget c'est secret» mais avant même le prochain budget, a spécifié M. Lessard, jugeant «inutile de continuer à mettre un débat là-dessus». 

Effectivement, la motion telle que libellée a été rejetée par les libéraux, qui n'ont pas consenti à son dépôt. 

Mais au final, le gouvernement Couillard s'est engagé à créer une structure «le plus vite possible» pour étudier plus avant les projets potentiels pour traverser le fleuve Saint-Laurent. Lévis veut un lien dans l'est et Québec dans l'ouest. Pont, tunnel et mélange des deux sont évoqués. 

Le mandat, les moyens financiers et l'échéancier précis restent encore à déterminer. Cela sera discuté avec le comité de coordination politique rassemblant le ministre des Transports, les maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, ainsi que les ministres responsables des régions de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, François Blais et Dominique Vien. 

Ceux-ci doivent justement se rencontrer cette semaine pour une présentation des données de circulation entre les deux rives recueillies et analysées par le MTQ. Prêtes depuis la fin de l'année 2016, ces données doivent alimenter la réflexion sur la nécessité, la forme et le lieu d'implantation d'un troisième lien routier Québec-Lévis. 

La CAQ, qui tapait sur le clou du bureau de projet depuis la consultation sur le sujet organisée par le ministre fédéral Steven Blaney mercredi dernier, a donc été exaucée en une petite semaine. 

«Pression populaire très forte»

«Je pense que tout le monde a compris qu'il y a une différence énorme entre un comité politique formé de maires et de ministres et un bureau de projet, notamment sur le sérieux des intentions», a analysé mardi Éric Caire, député de La Peltrie. Celui-ci se réjouit que le projet soit étudié en profondeur, sans pour autant considérer qu'il s'agit d'une garantie de réalisation. 

M. Caire lie également l'annonce d'hier à l'échéancier électoral. «La pression populaire était très forte, très favorable au troisième lien», dit-il. 

La région de Québec se retrouve maintenant avec un bureau de projet pour le service rapide par bus (SRB), un autre pour l'élargissement de l'autoroute Laurentienne et maintenant pour un éventuel troisième lien. 

L'opposition craint-elle que ce bureau perde son sens s'il n'y a pas de projet attaché? M. Caire juge au contraire que c'est le modèle du SRB qui pose problème puisque le bureau de projet financé à hauteur de 12,5 millions $ est devenu «un bureau de réalisation» selon lui. 

Plus à gagner pour la Rive-Sud

À noter que lors de son annonce informelle, Laurent Lessard a admis que la Rive-Sud avait plus à gagner d'un troisième lien en termes de mobilité, avant de faire ressortir les avantages financiers pour la Rive-Nord. «Quand on est de l'autre côté et qu'on veut accéder à Québec parce qu'on aime Québec, parce qu'on veut faire nos achats à Québec, on veut aller à l'université à Québec, on veut aller travailler à la SSQ, à l'Industrielle-Alliance. C'est du monde, un flot important sur Québec, sur l'économie de Québec et nécessairement on arrive de la Rive-Sud», a-t-il fait valoir.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer