Bisbille autour de la Parade des jouets

L'entente entre la Fondation Réno-Jouets et la Parade... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'entente entre la Fondation Réno-Jouets et la Parade des jouets est rompue depuis le 14 décembre.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Même si les deux organismes sans but lucratif partagent la mission de fournir des jouets aux jeunes défavorisés, l'harmonie est loin de régner entre la Fondation Réno-Jouets et l'événement La Parade des jouets, qui étaient partenaires depuis huit ans.

Lundi, la Fondation a annoncé dans un communiqué de presse qu'elle cessait son partenariat avec la Parade des jouets, réalisée par le producteur Promotions Balthazar. Cependant, après vérification, le président de la Parade des jouets, Pierre Dolbec, homme d'affaires bien connu et maire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, a confié au Soleil que c'était plutôt la Parade des jouets qui avait mis fin au partenariat... le 14 décembre!

«Le 14 décembre, notre conseil d'administration a décidé de mettre fin au partenariat avec Réno-Jouets, mais nous, nous n'avons pas fait un communiqué avec ça! Les Fêtes approchaient, alors on a préféré ne pas faire tout un brouhaha avec cette décision», a expliqué M. Dolbec au Soleil, assurant que la Parade des jouets aurait encore lieu en 2017, mais avec de nouveaux partenaires, qui seront choisis lors de l'assemblée du conseil d'administration du 13 mars.

Il ajoute que la décision de mettre fin au partenariat a été prise de façon unanime. «C'est une question de relations entre les deux organismes, de tiraillement entre leur directrice générale et nos gens. Comme les relations n'étaient plus ce qu'elles étaient depuis quelques années, nous avons préféré chercher d'autres partenaires», poursuit-il.

«Raisons loufoques»

M. Dolbec a d'ailleurs qualifié de «complètement loufoques» les raisons avancées par la Fondation Réno-Jouets pour justifier «sa décision» de mettre fin au partenariat, à savoir qu'elle avait été incapable d'obtenir des réponses précises à certaines questions concernant l'administration de l'événement.

«Ça n'a aucun sens. Une de leurs administratrices siégeait à notre C.A., alors ils avaient accès chaque mois et demi à tous les chiffres et documents administratifs de la Parade des jouets. Nous n'avons jamais refusé de leur donner accès à des documents», indique M. Dolbec, dont l'organisme poursuivra également son partenariat avec les Productions Balthazar. «Ça va très bien, nous n'avons aucun problème avec eux», assure-t-il.

De son côté, la directrice générale de la Fondation Réno-Jouets, Annie Asselin, a refusé de préciser la nature des documents et des renseignements qu'elle aurait espéré obtenir de la Parade des jouets. 

«Après dix ans, on a décidé de brasser les cartes. La Parade n'était pas notre plus grosse source de jouets. Il y a le Conteneur de l'amour et les dons via les entreprises. Sur les quelque cinq camions de jouets que nous recueillons chaque année, la Parade représente environ deux camions, soit 12 000 jouets», a expliqué Mme Asselin.

La Fondation, qui a recueilli, vérifié, nettoyé et réparé plus d'un demi-million de jouets usagés depuis sa création, poursuivra tout de même sa mission même sans la parade. «Nous distribuons des jouets à l'année, pas seulement aux Fêtes. Mais nous avons changé certaines choses, notamment notre souper-bénéfice, qui aura lieu en avril plutôt qu'en octobre», conclut la directrice générale.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer