Des ruelles de Limoilou très convoitées

Alors que la Ville de Québec rend son... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Alors que la Ville de Québec rend son programme d'aménagement des ruelles plus simple et mieux garni en argent, Nature Québec mène aussi son propre projet pour transformer six ruelles.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'engouement est fort pour embellir et verdir les ruelles de Limoilou. Presque trop. Alors que l'administration Labeaume présentera bientôt son nouveau programme pour les embellir, Nature Québec en aménagera six cette année à l'occasion d'un projet-pilote de verdissement. Risque de confusion dans les ruelles?

«Il va falloir s'entendre sur une action commune. On travaille sur la même affaire. Je crains que ça sème la confusion», a lancé la conseillère municipale de Limoilou, Suzanne Verreault en entrevue mercredi.

Dans Le Soleil du 21 janvier, elle confirmait que la Ville de Québec allait bientôt rendre publique une version simplifiée et bonifiée de son programme pour les ruelles vertes.

Simplifier les démarches 

De 60 000 $, l'enveloppe annuelle passera à 300 000 $. L'administration Labeaume entend aussi rendre les démarches plus simples pour les propriétaires qui veulent améliorer leur ruelle en réduisant les îlots de chaleur par l'ajout de verdure tout en améliorant la sécurité et la qualité de vie dans ces artères typiques de certains quartiers. 

Ces objectifs sont les mêmes que ceux de Nature Québec qui mène aussi son propre projet de transformer six ruelles, dont trois dès ce printemps. Appelé À vos ruelles vertes!, le programme est présenté ces jours-ci aux conseils de quartier Lairet et Vanier. Mercredi soir, c'était au tour du Vieux-Limoilou.

«Ce sont deux démarches parallèles qui n'étaient pas forcément voulues», reconnaît au bout du fil Cyril Frazao, coordonnateur de Milieux de vie en santé chez Nature Québec. «Dans le cadre du programme que je coordonne depuis deux ans, on aménage de gros îlots de chaleur et je voulais aller un peu localement. J'ai eu l'idée des ruelles. On a lancé un projet parce que le programme de la Ville était trop compliqué», a-t-il expliqué.

Avec ce projet financé par le Fonds vert d'Action-Climat Québec, Nature Québec veut donc sensibiliser, mobiliser et accompagner les citoyens pour la recherche de financement notamment auprès de la Ville de Québec.

Longueur d'avance

Or voilà que si la Ville n'exclut pas la possibilité de mandater un organisme qui ferait le lien entre les citoyens et l'administration municipale, aucun n'est encore choisi. 

Nature Québec a rencontré un responsable de l'aménagement à la Ville de Québec, Jacques Faguy, il y a quelques semaines. La relation est bonne. Mais l'organisme n'est pas le seul intéressé.

«Nous sommes en discussion avec d'autres firmes du milieu qui ont les mêmes objectifs. J'ai ai d'autres qui ont frappé à la porte», a illustré la conseillère Suzanne Verreault qui entend présenter bientôt le programme revu et corrigé de la Ville. Les orientations se baseront notamment sur une consultation citoyenne menée l'an dernier par l'organisme Votepour.ca.

Chez Nature Québec, Cyril Frazao ne cache pas qu'il aimerait jouer le rôle d'accompagnateur officiel mandaté par la Ville.

«On n'a pas fait ce projet-là pour être mandatés, mais on s'est donné le mandat de réaliser six projets dans Lairet, Vanier et Vieux-Limoilou. Si on les réalise, on aimerait que la Ville puisse par la suite considérer notre méthodologie. On est déjà en avance», a-t-il plaidé.

«Si la Ville souhaite nous mandater, ce sera via notre programme à nous. On ne va pas s'incorporer à un programme de la Ville», nuance toutefois M. Frazao.

Et peu importe la décision de l'administration Labeaume, les ruelles vertes de Nature Québec se feront, a-t-il certifié. «Que la Ville veuille nous mandater ou pas, nous on continue.»

Quant à Suzanne Verreault, elle assure n'avoir rien contre l'initiative de Nature Québec et comprend l'engouement pour l'aménagement des ruelles vertes. Mais la conseillère souhaite que les citoyens qui veulent embellir leur ruelle ne se retrouvent pas écartelés entre les deux projets parallèles. «On a décidé justement d'assouplir le programme pour le rendre plus convivial.»

L'aménagement des ruelles à Québec a toujours été très complexe, car la Ville n'en est pas propriétaire, contrairement à Montréal. Elles appartiennent plutôt au ministère du Revenu du Québec. Dans la métropole, le phénomène des ruelles vertes est en pleine explosion avec 317 artères réaménagées en 20 ans. Les écoquartiers font le lien entre les citoyens et l'arrondissement pour la planification, les autorisations et le financement. L'organisme aide en moyenne 47 groupes de résidents par an.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer