Nouveaux écrans tactiles pour le RTC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Six écrans tactiles aux couleurs du Réseau de transport de la Capitale (RTC) ont fait leur apparition dans des lieux publics et des abribus de Québec afin de permettre aux intéressés de s'informer sur les services de transport en commun. 

Le RTC a présenté mercredi ses nouveaux écrans et la plateforme développée en collaboration avec Astral Affichage, avec qui une entente commerciale a été signée en 2015 pour la gestion des espaces publicitaires.

Ils présentent davantage d'informations que les écrans statiques déjà déployés dans certaines stations tempérées. Il est notamment possible de planifier un itinéraire sur mesure, de consulter l'heure de passage d'un bus peu importe l'arrêt, de consulter les avis de perturbations sur le réseau et de repérer les points de vente du RTC. Il y aura même des prévisions météo. 

Les usagers peuvent les trouver à la bibliothèque Gabrielle-Roy, à la pharmacie Uniprix sur la rue de la Couronne, à la pharmacie Brunet de Laurier Québec et au centre d'information du RTC sur la rue Saint-Joachim. Les stations tempérées des Galeries de la Capitale et de la 1re Avenue (41e Rue) en seront aussi dotées. Quatre écrans statiques seront également ajoutés sur le réseau. 

«Démocratisation»

Le président du RTC s'est réjoui mercredi de cette «démocratisation de l'information» puisque les personnes ne possédant pas d'ordinateur ou de téléphone mobile pourront avoir accès à des fonctionnalités inspirées de la populaire application Nomade temps réel. En installant les écrans dans des lieux publics fréquentés, Rémy Normand se félicite également d'«aller chercher les gens ailleurs» que sur le réseau. 

Une fonction a d'ailleurs été prévue pour traduire les renseignements en anglais afin de faciliter l'utilisation du transport en commun par les touristes. 

Les écrans sont testés pour trois mois dans des conditions hivernales. Les usagers sont invités à exprimer leurs commentaires, dire ce qu'ils aiment et n'aiment pas de l'outil afin de l'améliorer avant son déploiement à plus grande échelle. Une quarantaine d'écrans tactiles et statiques doivent être installés à terme. 

M. Normand a précisé que le développement de cet outil a été fait à coût nul pour le RTC. Astral Affichage paie 48 millions $ sur 10 ans pour utiliser les abribus du RTC. D'autres produits publicitaires permettront à l'entreprise d'engranger des profits éventuellement. 

Laissez-passer universel: Rémy Normand prend ses distances

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) laisse aux institutions d'enseignement tentées par le laissez-passer universel le soin de vendre le projet à leurs étudiants.

Mercredi, le président Rémy Normand a pris ses distances par rapport aux intentions du Cégep Garneau de proposer pareil système à ses étudiants dès la prochaine rentrée scolaire.

«Nous, on ne réfléchit pas», a-t-il d'abord lancé. Aux journalistes qui n'ont pu réprimer un sourire, il a précisé qu'il parlait bien du laissez-passer universel. «Ce qu'on fait, c'est un travail d'accompagnement aux institutions d'enseignement qui voudraient s'investir dans ça. Le fait de l'offrir ou pas aux étudiants, ça ne nous regarde pas», a expliqué M. Normand.

Cet accompagnement est essentiellement financier, le RTC tentant de calculer ce qu'il en coûterait aux étudiants - et à son organisation - pour profiter d'un laissez-passer d'autobus pendant les mois de fréquentation scolaire. Le modèle classique prévoit le paiement d'une somme par tous les étudiants, en même temps que les droits de scolarité, en échange du droit d'utiliser le transport en commun.

Muet sur les chiffres

M. Normand refuse de révéler quelque chiffre que ce soit par respect pour les discussions entreprises avec le Cégep Garneau, mais également avec d'autres collèges de la région qu'il n'identifie pas. L'Université Laval a maintes fois exploré cette possibilité aussi, sans jamais aboutir.

Chaque fois, le RTC a adopté une attitude discrète. Son président actuel juge en effet la «situation délicate» puisque le principe de l'universalité suppose que tous paient, même ceux qui ne profitent pas des services. M. Normand considère donc qu'il revient aux principaux intéressés de décider si cela leur convient. Au Cégep Garneau, la direction prévoit d'ailleurs consulter les étudiants au printemps. 

M. Normand suggère finalement de parler d'un laissez-passer institutionnel plutôt qu'universel. «S'il était universel, il serait disponible à l'ensemble de la population ou de la clientèle visée», dit-il.  




À lire aussi

  • Le RTC en grève le lundi 13 mars

    La Capitale

    Le RTC en grève le lundi 13 mars

    Les 950 chauffeurs d'autobus du RTC déclencheront une grève générale illimitée le lundi 13 mars prochain à partir de 4h du matin. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer