La Ville de Québec ne mettra «pas un sou» dans un cimetière musulman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec n'investira pas d'argent public dans un cimetière musulman, mais jouera un rôle de facilitateur auprès de la communauté à la recherche d'un terrain pour enterrer ses morts.

«Il n'est pas question que la Ville investisse dans la création d'un cimetière, ça va de soi. C'est pas le rôle d'une ville d'investir dans la création d'un cimetière. Ceci dit, c'est compliqué. Il y a des embûches réglementaires et fiscales assez importantes. Ce que nous, on va faire avec la communauté, c'est de les accompagner et de mettre à leur disposition les spécialistes de la Ville pour les aider à se rendre jusqu'à la création du cimetière. C'est absolument pas financier, c'est très légal», a expliqué le maire Régis Labeaume, lundi matin, en marge d'une annonce économique.

Celui-ci a ajouté que le cimetière pourrait se trouver ailleurs qu'à Québec même. «Ça veut pas dire qu'il sera à Québec, en passant. Il pourrait être l'autre bord du fleuve», a précisé M. Labeaume. 

Répétant qu'il ne mettra «pas un sou» là-dedans, le maire a dit avoir déjà trouvé une «solution fiscale» pour la communauté musulmane, mais il ne l'a pas détaillée. Il attend que les représentants musulmans reviennent vers lui après la période de deuil de 40 jours à respecter. 

Questionné en après-midi, le maire de Lévis n'a pas fermé la porte à un projet commun. «Comme je l'ai indiqué à la Ville de Québec, on serait prêts à regarder avec eux une solution plus globale. Il n'y a pas de problème, on est ouverts», a déclaré Gilles Lehouillier. Ce dernier s'est montré réticent à l'idée d'investir dans un cimetière musulman. Il a toutefois précisé qu'il s'interroge plus largement sur le financement municipal d'initiatives à caractère religieux. 

L'article 204 de la Loi sur la fiscalité municipale établit que les cimetières, comme les églises, ne paient pas de taxes foncières, municipales ou scolaires. À moins qu'ils ne soient exploités dans un but lucratif, ce qui est rarement le cas. 

La semaine dernière, le vieux projet visant à doter Québec d'un cimetière musulman est revenu sur le tapis. Après la tuerie à la Grande Mosquée, il a été mis en lumière qu'il n'y avait pas de cimetière dans la capitale pour enterrer les morts de confession musulmane. Vendredi, lors de la cérémonie funéraire en hommage à trois des six victimes, le maire Labeaume a promis de remédier à ce manque. 

Dans toute la province, trois cimetières catholiques ont actuellement des sections consacrées aux défunts musulmans. Selon Hadjira Belkacem, présidente de l'Association de la sépulture musulmane au Québec, c'est «l'option la plus gagnante». Acheter un terrain et le convertir en cimetière lui apparaît «très difficile». «On ne rêve pas beaucoup à ça», admet-elle en entrevue téléphonique. 

Accord annulé en 2008

En 2008, un accord entre la communauté musulmane et le cimetière Belmont à Sainte-Foy avait été conclu. Mais en fonction des règles provinciales alors en vigueur, le lotissement du terrain visé obligeait la remise d'un montant ou d'une partie de lot à la Ville de Québec à titre de dédommagement pour «fins de parc». La transaction a avorté car le montant de cette compensation était trop élevé. 

Aujourd'hui, la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme accorde aux municipalités une plus grande flexibilité dans la gestion de cette contribution aux fins de parc. 

Toutefois, la corporation du cimetière Saint-Charles, qui gère aussi le cimetière Belmont, ne souhaite plus vendre. En 2013, des terrains excédentaires ont été cédés pour 4 millions $ à la Ville de Québec, qui y exploite un dépôt à neige et n'a pas l'intention de s'en départir. Les terrains vierges qui restent sont promis à un développement, souligne Julie Robitaille, coordonnatrice des communications pour le cimetière Saint-Charles. «Concéder une parcelle [à la communauté musulmane], ce serait une solution à court terme. Ils ont besoin de plus», dit-elle, offrant du même souffle un accompagnement logistique aux promoteurs du projet. 

Le cimetière Mont-Marie à Lévis n'a pas plus de terrains à partager. «À mon avis, ils [les représentants musulmans] devraient profiter du contexte favorable pour s'acheter un terrain et avoir leurs propres installations. Sinon, ils seront toujours restreints à des petits coins», fait remarquer sa directrice générale, Monique Morin, qui gérera bientôt une dizaine de cimetières sur la Rive-Sud. 

Les principaux intéressés doivent toutefois s'attendre à passer au travers d'une procédure de changement de zonage en plus d'obtenir un certificat d'autorisation environnementale. Des règles strictes doivent en effet être suivies afin d'éviter que les dépouilles ne contaminent le sous-sol et plus particulièrement les sources d'eau potable.

Relations hommes-femmes : attention à l'extrémisme, dit Labeaume

Le maire Régis Labeaume fait une différence entre la séparation des femmes et des hommes de confession musulmane lors de la cérémonie funéraire en l'honneur des victimes de l'attentat de Québec et le fondamentalisme religieux. 

Interrogé sur la ségrégation constatée vendredi au Centre des congrès de Québec, mais aussi la veille à Montréal, il a choisi de dénoncer les hommes qui obligent les femmes à se voiler complètement le visage, une pratique qu'il abhorre. 

«Soyons très prudents. Ça n'appartient pas seulement à la religion musulmane. J'ai le même sentiment de révolte par rapport aux vieux cardinaux qui empêchent l'église d'accueillir les homosexuels à la communion, qui empêchent les hommes et les femmes divorcés à la communion, qui sont contre la contraception. Ça, c'est du fondamentalisme, de l'extrémisme aussi évident que ce qui se fait dans la religion musulmane. On n'est pas meilleurs dans la religion catholique», a-t-il lancé lundi, invitant les gens à faire attention à ce qu'ils considèrent comme la «normalité». 




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer