Funérailles payées par des donateurs musulmans

Abdelbasset Benaissa gère le fonds de développement régional... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Abdelbasset Benaissa gère le fonds de développement régional d'une organisation caritative musulmane qui a des bureaux à Montréal, le Islamic Relief Canada.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une organisation caritative musulmane et un riche donateur torontois prendront en charge les familles de toutes les victimes de l'attentat survenu dimanche soir à la Grande Mosquée de Québec, a appris Le Soleil. Non seulement les proches des morts et des blessés seront épaulés, mais tous les frais encourus seront épongés : funérailles, nettoyage et réparation, systèmes de sécurité...

«On va payer tout.» Devant nous, attablé dans un café de la capitale, Abdelbasset Benaissa. Nous l'avions connu dans la capitale, lui qui a été l'imam du Centre culturel islamique de Québec durant quelques années. Aujourd'hui, il gère le fonds de développement régional d'une organisation caritative qui a des bureaux à Montréal, le Islamic Relief Canada.

Son organisation pilote une campagne de sociofinancement en cours sur LaunchGood : QuebecShooting. Depuis le lancement, lundi, les dons affluent. Seulement pendant notre entretien avec M. Benaissa, 1000 $ de plus y avaient été versés. L'objectif initial a vite grimpé de 60 000 $ à 90 000 $, puis à 150 000 $. Au moment d'envoyer cet article, plus de 103 000 $ étaient accumulés.

Cet argent sera à 100 % remis au Centre culturel islamique de Québec pour être ensuite redistribué aux familles, assure M. Benaissa, qui connaissait des victimes. Pas de frais de gestion, dit-il. Au début, on voulait payer pour les funérailles. Maintenant, on collecte aussi pour donner un support pécuniaire aux proches des six hommes décédés.

Fortuné commerçant de Toronto

Mais il y a plus. Un fortuné commerçant de Toronto, Mohamad Fakih - qui possède plus d'une trentaine d'entreprises, selon son site Web -, a décidé de prendre en charge tous les autres frais : des fonds seront versés pour éponger les pertes des blessés et les aider à se relever; la mosquée sera rénovée; les factures pour de nouveaux systèmes de sécurité aux deux mosquées du Centre culturel islamique de Québec acquittées...

D'autres organisations musulmanes surfent aussi sur la vague de sympathie. La collecte en ligne «Support Victims of #QuebecMosque» (sur GoFundMe) organisée par la torontoise DawaNet s'envole. Ici aussi, l'objectif initial de la campagne gonfle à mesure que l'argent est versé. En début de soirée, environ 205 000 $ avaient été reçus.

Le président du C. A., Taha Ghayyur, certifie que tous les fonds seront versés aux familles touchées par l'attentat. «Nous travaillons directement avec le Centre culturel islamique de Québec.»

Difficile toutefois de dire quand les fonds seront distribués. Le plus rapidement possible, dit-il, reconnaissant qu'il faudra quelques jours, peut-être plusieurs jours, avant de bien cerner les besoins à combler.

Le chef de la direction de Paramount Fine... (paramountfinefoods.com) - image 2.0

Agrandir

Le chef de la direction de Paramount Fine Foods, Mohamad Fakih

paramountfinefoods.com

Afflux de donateurs 

Le Centre culturel islamique de Québec devra gérer l'afflux de donateurs. Entre autres, celui qui tient un blogue culinaire avec Marilou, Alexandre Champagne, a aussi lancé sa collecte sur le Web : «Pour nos amis musulmans» (GoFundMe). En début de soirée, le compteur approchait de 30 000 $.

D'autres initiatives similaires sont en cours. Dont une par une ligue féminine de baseball.

Les collectes de fonds se multiplient

Un responsable du Centre culturel islamique de Québec est touché, mais «pas surpris» par la vague de solidarité et les campagnes de financement pour venir en aide aux familles des victimes de l'attentat de dimanche. «Venant des musulmans, je ne suis pas surpris», a dit Mohamed Labidi en point de presse après une rencontre avec le maire Régis Labeaume à l'hôtel de ville de Québec. Ce dernier est au courant du succès fulgurant de la campagne de Islamic relief, mais indique ne pas connaître toutes les initiatives de financement présentement en cours. «C'est très apprécié, toutes les initiatives sont très appréciées», a dit M. Labidi. Toujours quant à la générosité des musulmans, il a aussi donné l'exemple de l'actuelle mosquée, achetée 1,4 million $ «dont 700 000 $ de dettes. On l'a payée au courant de trois années, 220 000 $ par année. La générosité des fidèles ici à Québec est exceptionnelle, au-delà de nos espérances», a-t-il expliqué. Pour financer son bâtiment, le CCIQ avait dressé une liste de donateurs qui, relate M. Labidi, ont tous donné plus qu'anticipé. «Quand on disait : "Toi, tu donnes 1000 $," il donnait 2000 $», a-t-il illustré. Valérie Gaudreau

«Ne laissons pas ces événements nous éloigner les uns des autres»

L'ancien imam de la Grande Mosquée de Québec, Abdelbasset Benaissa, demande à la communauté musulmane d'éviter le repli, d'ouvrir grand les bras et d'aller à la rencontre des autres Québécois. 

«J'invite toutes les mosquées à faire des portes ouvertes, lance-t-il. Si elles véhiculent des messages positifs, ça va aider les gens d'être positifs.» Et pourquoi pas se déplacer dans les centres commerciaux, par exemple, pour y répondre aux questions.

Se dévoiler 

«On ne doit pas laisser cette stratégie d'horreur [nous] empêcher d'aller aux mosquées, ou de dire qu'on est des musulmans, ou de vivre notre principe de l'islam. Au contraire, c'est le moment de dévoiler.»

M. Benaissa souhaite aussi que les citoyens d'autres confessions s'avancent. «C'est le moment pour les Canadiens et les Québécois de faire un premier pas envers les musulmans, d'essayer de connaître de très, très proche. De connaître les coutumes, les principes, poser des questions.»

«Essayez d'aller vers cette communauté, enchaîne-t-il. J'aimerais bien voir les Québécois inviter les musulmans chez eux.» Que des groupes de citoyens organisent des activités multiculturelles, que les églises convient des musulmans...

«Ne laissons pas ces événements nous éloigner les uns des autres. C'est un moment d'union et de fraternité.»

Le tueur ne doit pas gagner, poursuit l'homme de foi. Il faut l'empêcher de «séparer» les deux communautés. «En faisant des pas d'union, on va détruire toute cette stratégie. [...] Il ne représente que sa personne. On sait bien que la violence n'est pas la bienvenue dans cette société.»

«Tous les musulmans qui sont venus ici, ils sont venus à cause de la liberté, ajoute-t-il. Ils cherchent la liberté.» La liberté de religion, d'action, d'expression, même la liberté de s'habiller comme bon lui semble, dit-il. «On doit vivre ensemble.» 

Baptiste Ricard-Châtelain




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer