Volte-face de Marchand, qui envisage de se présenter comme conseiller

Anne Guérette et François Marchand... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Anne Guérette et François Marchand

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le candidat défait à la chefferie de Démocratie Québec François Marchand n'écarte plus la possibilité de se présenter comme conseiller municipal et lorgne même le district d'Anne Guérette.

L'avocat en droit municipal a effectué un retour dans la confusion, mardi. Après avoir publié un communiqué de presse portant sur le dossier du service rapide par bus (SRB), il a assuré au Soleil qu'il n'était pas prêt pour un retour en politique. Au Journal de Québec, il a plutôt déclaré qu'il examinait la possibilité de briguer les suffrages dans le district du Cap-aux-­Diamants. C'est celui occupé par Anne Guérette, qui a remporté la course à la chefferie de Démocratie Québec au début de décembre. À la prochaine élection, elle briguera la mairie. 

«Si Mme Guérette veut bien me recevoir, moi, je pourrais peut-être considérer une collaboration», a admis M. Marchand mercredi, répétant qu'«aucune décision» n'est prise. Cette collaboration pourrait prendre plusieurs formes, allant de simples conseils à une candidature en bonne et due forme. 

«Opposition forte»

«Ce que j'ai dit et que j'aurais peut-être pu mieux vous dire, c'est que moi, ce que je ne veux pas, c'est que M. [Régis] Labeaume puisse siéger seul avec 21 conseillers municipaux. Ça serait un drame. À ce moment-là, s'il faut que je me présente, je vais considérer ça», a expliqué l'avocat, qui souhaite «une opposition forte» à l'hôtel de ville. 

Après avoir échappé la chefferie de Démocratie Québec, M. Marchand avait pourtant assuré qu'il ne comptait pas se présenter comme conseiller municipal. Un discours alors cohérent puisqu'il a toujours dit viser la mairie et rien d'autre. «Je suis rendu ailleurs», affirmait-il au moment de se lancer dans la course. 

Aucune discussion quant à une éventuelle candidature n'a encore eu lieu avec le parti d'opposition. Le premier contact téléphonique sur ce thème a eu lieu mercredi matin, à l'initiative de Mme Guérette. Une rencontre est prévue la semaine prochaine. 

En entrevue téléphonique, mercredi, la chef était satisfaite de constater que «la pensée de M. Marchand a évolué» et s'est dite prête à évaluer toutes les formes de collaboration possibles avec lui. «J'accueille ça comme une bonne nouvelle. Des fois, on perd des matelots et on en gagne d'autres sur le navire de Démocratie Québec qui se dirige vers une campagne électorale importante en novembre prochain», a-t-elle lancé. 

Mme Guérette a refusé de dire si l'avocat pourrait être le colistier qu'elle a déjà évoqué. Elle a plutôt vanté les «belles compétences» de l'avocat en droit municipal, son adhésion aux valeurs du parti, sa solidarité. «C'est quelqu'un qui a de l'expérience, qui est dynamique, qui a le goût de changer les choses, qui n'aime pas du tout la gouvernance actuelle à la Ville de Québec», a-t-elle énuméré. 

Quant aux critiques de M. Marchand à son endroit - il critiquait mardi la mollesse des positions de Démocratie Québec sur le transport en commun -, Mme Guérette n'en fait pas de cas. «C'est son opinion, ça ne me dérange pas plus qu'il faut. On ne fait pas nécessairement tout à la perfection pour plaire à tout le monde», a-t-elle répondu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer