Une dizaine de postes de cadres abolis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec a une nouvelle structure. Après en avoir donné un avant-goût ces dernières semaines, l'administration Labeaume confirme que chaque arrondissement aura ses spécialités. Des postes de cadres sont supprimés pour des économies prévues de 21,5 millions $ d'ici 2021, dont 4,5 millions $ en masse salariale.

Cette réforme représente l'abolition immédiate de deux postes de cadres et neuf autres seront supprimés au courant de 2017. À terme, une trentaine de postes de cadres devraient être abolis d'ici cinq ans en n'étant pas remplacés lors de départs à la retraite.

«Depuis que je suis là, c'est peut-être la plus importante», a affirmé Régis Labeaume en annonçant cette réorganisation en conférence de presse lundi. Le maire de Québec a fait le calcul que les économies anticipées représentent 20 % des quelque 100 millions $ sur cinq ans de manque à gagner pour les gels et les baisses de taxes contenues dans le budget 2017.

Essentiellement, la réforme consiste à revoir les postes de directions générales adjointes et à concentrer la gestion de certains services dans les arrondissements (voir tableau).

Les postes abolis sont ceux de directeurs qui «n'avaient pas de sécurité d'emploi». Leurs contrats n'ont donc tout simplement pas été renouvelés, a dit le maire.

Ainsi, le nombre de directions générales adjointes passera de cinq à quatre. L'animation culturelle, sociale et touristique sera incluse à la Direction générale adjointe à la qualité de vie urbaine. L'Office du tourisme, la stratégie institutionnelle et les relations intergouvernementales relèveront dorénavant de la direction générale, poste présentement occupé par André Legault. 

«Comme une entreprise»

«Nous allons briser les silos des arrondissements. Sept responsabilités qui étaient au central descendent dans les arrondissements», a aussi annoncé le maire de Québec. 

Contrairement à ce qui avait été annoncé, l'arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge sera responsable de la collecte des matières résiduelles plutôt que celui de La Haute-Saint-Charles. La raison est que l'administration Labeaume met sa confiance en Isabelle Dubois. Cette directrice était à La Haute-Saint-Charles avant de passer à Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge. «Ils vont suivre Isabelle», a illustré le maire. Or, Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge conserve aussi l'importante responsabilité du déneigement sous la supervision de Denis Ferland.

«On ne fait pas abstraction des individus. On ne veut pas travailler en fonction d'un organigramme. Il faut que ce soit cohérent et il y a des individus qui ont des qualités que d'autres n'ont pas, a expliqué M. Labeaume. On fait comme dans une entreprise. Si tu as un individu qui est bon dans telle matière, tu te fous de la case de l'organigramme, tu t'organises pour que ça fasse», a-t-il ajouté.

Les citoyens pourront toutefois continuer à appeler à leur arrondissement pour des questions sur les ordures ménagères ou le déneigement, par exemple. D'autant plus, a rappelé Régis Labeaume, que le numéro central 3-1-1 est maintenant en vigueur.

Du coté de l'opposition, la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, a déploré être placée devant le fait accompli, sans véritable explication sur «l'impact de cette réorganisation». «Pourtant, ça va être efficace dès le 29 janvier. Comment ça se fait qu'on ne nous a pas du tout parlé de ça pendant la période budgétaire? On nous arrive comme ça à la dernière minute.»

Loi 109

Ce remaniement de la structure de la Ville de Québec était visiblement planifié de longue date. Mais Régis Labeaume a dit qu'il devait attendre l'adoption de la loi 109 sur le statut de capitale nationale qui concède de nouveaux pouvoirs et davantage de souplesse pour de telles réformes.

Immobilier: Chantal Gilbert blanchie par le vérificateur général

La conseillère municipale d'Équipe Labeaume Chantal Gilbert... (Photothèque Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

La conseillère municipale d'Équipe Labeaume Chantal Gilbert

Photothèque Le Soleil

La conseillère municipale d'Équipe Labeaume Chantal Gilbert ne s'est pas placée en conflit d'intérêts en achetant un immeuble dans son district, conclut le vérificateur général après une «vérification particulière».

«Nous n'avons relevé aucun élément qui démontre que la conseillère municipale est en conflit d'intérêts au sujet de l'immeuble qu'elle a acheté», écrit Michel Samson, dans un rapport de 16 pages portant exclusivement sur le cas de la conseillère de Saint-Roch-Saint-Sauveur.

Dans le document, le vérificateur général indique avoir amorcé la vérification après avoir été informé par la Ligne de signalement fraude et inconduite.

La question portait surtout sur le fait que Mme Gilbert, aussi membre du comité exécutif de la Ville de Québec, n'avait pas indiqué l'achat d'un terrain dans sa déclaration d'intérêts que doivent signer les élus municipaux. «La déclaration d'intérêts pécuniaires signée par Chantal Gilbert le 16 novembre 2015 était complète», écrit le vérificateur. «Cependant, lors de son dépôt au conseil de la Ville de Québec le 21 décembre 2015, elle était incomplète parce que l'immeuble qu'elle a acquis le 4 décembre 2015 n'y figurait pas.»

Le 22 juillet 2016, Le Soleil avait révélé que Mme Gilbert, Daniel Tessier et France Laberge ont acheté en décembre 2015 un terrain à l'intersection des rues Lavergne et de Mazenod pour y construire trois maisons de ville au prix de 350 000 $ chacune.

Chantal Gilbert avait finalement modifié sa déclaration d'intérêts le jour même de la publication de l'article.

Pas de favoritisme

Dans son rapport, Michel Samson affirme aussi que les collègues de Mme Gilbert n'ont pas favorisé son dossier lorsque son projet a eu le feu vert pour une demande de dérogation mineure en septembre 2016. «Nous n'avons trouvé aucun élément qui démontre que des élus auraient favorisé les intérêts de madame Chantal Gilbert au cours de la séance du conseil d'arrondissement du 11 octobre 2016 ou des séances de la Commission d'urbanisme et de conservation de Québec», peut-on lire.

Chantal Gilbert n'était pas présente à l'hôtel de ville lundi puisqu'elle était retenue à la maison pour des raisons de santé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer