Saint-Augustin limite la hausse de taxes à 2,2%

Sylvain Juneau, maire de Saint-Augustin... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Sylvain Juneau, maire de Saint-Augustin

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Après avoir encaissé des augmentations successives de leur compte de taxes de 25 % en 2015 et de 4,9 % en 2016, les contribuables de Saint-Augustin-de-Desmaures verront encore leur fardeau fiscal augmenter en 2017. La Ville a cependant réussi à limiter la hausse à 2,2 %.

De 0,9767 $ du 100 $ d'évaluation, le taux de la taxe foncière générale passera à 1,003 $ dans le secteur résidentiel. Le compte de taxes moyen pour une résidence évaluée à 359 528 $ passera ainsi de 3967 $ (cette année) à 4054 $ (l'an prochain).

Il s'agit de la plus petite hausse du compte de taxes des Augustinois depuis 2011, alors que l'augmentation avait été de l'ordre de 1,5 % et les citoyens réunis à l'hôtel de ville jeudi soir en ont applaudi l'annonce par le maire Sylvain Juneau.

Dans un budget de 60 498 967 $ que le maire Juneau a qualifié de «responsable», les dépenses de la Ville augmenteront de 2,2 millions $ l'an prochain, en grande partie en raison de dépenses non récurrentes de 1,1 million $ causées par la nécessité de mettre en place de nouvelles façons de faire suite à l'enquête du ministère des Affaires municipales et de l'Organisation du territoire.

Quote-part

Pour la première fois, la quote-part que Saint-Augustin versera à l'agglomération de Québec diminuera de 214 543 $ en 2017. Le maire Juneau qualifie toutefois cette baisse «d'exceptionnelle» et ajoute s'attendre à un déficit de l'agglomération en 2017, que sa Ville devra contribuer à compenser, en raison du gel de taxes annoncé à Québec.

Celui qui avait signé une entente de principe avec Québec sur le partage de la quote-part a aussi avoué que, si la nouvelle entente rejetée par les conseillers municipaux avait été ratifiée, la quote-part aurait été de 190 000 $ plus élevée en 2017.

«Par contre, il y a dans le compte de taxes une hausse de 1,4 % attribuable au fait que nous ayons toujours une poursuite contre Québec dans ce dossier. Comme l'entente prévoyait de mettre fin à la poursuite, la hausse de taxes aurait pu n'être que de 0,8 % l'an prochain», a expliqué le maire.

Pas de pavoisement 

Même si la hausse de taxes a été maintenue à un niveau acceptable, le maire a toutefois évité de pavoiser, indiquant que sans des ventes de terrains de 2,9 millions $ et le surplus de 900 000 $ prévu en 2017 qui seront affectés à équilibrer le budget, la hausse de taxes aurait atteint 11 %.

«L'an dernier, on prévoyait des projections de hausses annuelles de 5 % du fardeau fiscal, mais c'était le scénario du pire. Ça ne pouvait être que mieux et je pense que ça l'est, alors la projection est maintenant de hausses annuelles autour de 2,2 %», a expliqué le maire.

Quant à la dette à long terme de Saint-Augustin, elle passera de 115 millions $ en 2016 à 104,2 millions $ en 2017 en raison du fait que la Ville fermera l'an prochain pour 11 millions $ de règlements d'emprunt temporaires qui n'avaient pas été utilisés.

Le service de la dette est maintenant de 10 560 042 $ par année, une baisse de 715 767 $, un montant que le maire a tout de même qualifié «d'épouvantable». «Cette diminution est surtout attribuable aux taux d'intérêt qui sont moindres. Pour s'en sortir et rembourser notre dette, ça va passer par l'industriel. Ça rapporte presque 4 $ du 100 $ d'évaluation alors que c'est environ 1 $ pour le résidentiel», a expliqué le maire.

Il souhaite éventuellement ouvrir un nouveau parc industriel dans sa ville.

Même si la hausse des taxes est moins importante, plusieurs citoyens demeurent en colère contre le lourd passif que traîne la Ville. Ex-candidate à la mairie, Sylvie Asselin a montré du doigt les cinq conseillers issus de l'administration de l'ex-maire Marcel Corriveau, jeudi soir.

«C'est très pessimiste, ce que vous dites», a rétorqué la conseillère France Hamel. «On ne paie pas plus cher de taxes qu'à Cap-Rouge et on a plein d'infrastructures qu'ils n'ont pas, eux.»

Le maire a sauté sur l'occasion pour en remettre sur le cas de ses adversaires politiques. «C'est à cause d'un conseil d'incompétents qu'on est rendus là. Ce qui fait que tout le monde est écoeuré, c'est qu'on continue à vous voir la face. Là, il reste 324 dodos et après, on va avoir la paix», a-t-il lancé, provoquant les applaudissements de ses partisans.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer