Hausse de taxes de 1,9% à Lévis

«Le Père Noël, c'est pas pour nous (....)... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Le Père Noël, c'est pas pour nous (....) Je n'ai pas la marge de manoeuvre que d'autres villes se sont peut-être donnée dans le passé», a justifié le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il entame la dernière année de son mandat, le maire de Lévis Gilles Lehouilier n'a pas été tenté de geler les taxes municipales. Les Lévisiens devront payer une hausse de taxes de 1,9% en 2017, qui équivaut à l'inflation et qui représente en moyenne 49$ de plus par résidence.

«Le Père Noël, c'est pas pour nous (....) Je n'ai pas la marge de manoeuvre que d'autres villes se sont peut-être données dans le passé», a justifié M. Lehouillier en conférence de presse mardi. Le maire soutient qu'il ne veut pas faire «rêver les gens inutilement, pis qu'après, une fois que tu es réélu, tu augmentes les taxes de 4%. Ça marche pas.»

M. Lehouillier indique que Lévis a le ratio de dépenses le plus faible des 10 plus grandes villes du Québec, et qu'actuellement, il est «déjà au plus bas» pour ce qui est des services à la population. Un gel de taxes le condamnerait à couper dans les services, évalue-t-il. 

Le maire de Québec Régis Labeaume a quant à lui annoncé un gel, sinon une légère baisse de taxes pour 2017, question de donner une pause aux contribuables. 

Une mesure qui devrait se poursuivre en 2018 à Québec, mais que M. Lehouillier ne se sent pas le besoin d'imiter, car selon lui, les Lévisiens ne sont pas surtaxés. «Pour la même résidence, un citoyen à Lévis paie 600$ de moins de taxes qu'à Québec», a-t-il fait valoir. 

Un nouveau rôle d'évaluation entre également en vigueur le 1er janvier à Lévis et prévoit une hausse des valeurs des propriétés de 6,3%. Mais les citoyens ne devraient pas ressentir d'impact sur leur compte de taxes, promet la Ville. «Avec le nouveau rôle, on ne va pas chercher de revenus additionnels. On fait des ajustements», explique le conseiller Robert Maranda, président du comité des finances. 

Les citoyens auront comme par les années passées l'opportunité de payer leurs taxes en 12 versements égaux, sans frais, sans intérêt. Une mesure qui coûte 500 000$ à la Ville, mais qu'elle tient à conserver, étant donné la forte demande. Les commerces subiront aussi une hausse de taxes de 1,9%, tandis qu'elle s'établit à 1,6% pour les industries.

Freiner la dette

Le conseil municipal a adopté mardi soir un budget équilibré de 257,9 millions $, en hausse de 4,7% par rapport à 2016. Et bien qu'elle se développe à un rythme soutenu, la Ville de Lévis veut rester prudente. «La croissance ne doit pas nous faire oublier qu'on doit faire une gestion très, très, très serrée de nos dépenses», a souligné le maire. 

Ayant une dette moins importante que la plupart des villes de taille semblable, Lévis compte toutefois s'attaquer à sa croissance, en plafonnant ses emprunts nets pour les 10 prochaines années. Pour 2017, elle veut limiter ses emprunts à 56,8 millions $. 

Parce qu'«il faut être capable d'accepter qu'on peut s'améliorer», la Ville a augmenté le budget de son vérificateur général à 500 000$ pour 2017. «Il était sous-financé par rapport à ce qu'il aurait dû avoir», souligne M. Lehouillier. 

La Ville prévoit également animer le quai Paquet et ses fontaines d'eau l'été prochain, avec un spectacle musical (le Quai de la relève) et des spectacles son, eau et lumières. Comme les visiteurs sont nombreux (environ 2000 par jour l'été dernier), elle prévoit également plus de surveillance des lieux. 

Le chef par intérim du parti d'opposition Renouveau Lévis, Éric Lambert, est pour sa part surpris que Lévis n'annonce pas de gel de taxes cette année. «On s'endette, on s'endette, et il n'y a toujours pas de retour pour le citoyen», déplore-t-il. Selon lui, Lévis s'est développée à un «rythme alarmant» ces quatre dernières années, ce qui n'a pas nécessairement été payant pour les citoyens, car plusieurs projets d'infrastructures ont, au même moment, été mis en branle.

D'anciennes dettes jusqu'en 2026

Maintenant que le taux de taxes des anciennes villes qui composent aujourd'hui Lévis est harmonisé, «la seule chose qui va faire une différence sur le compte de taxes, c'est les dettes des anciennes villes», explique Robert Maranda, président du comité de finances. Par exemple, les dettes de Pintendre sont déjà chose du passé et celles de Saint-Jean-Chrysostome s'effaceront en 2019. Mais d'autres secteurs de la ville traîneront encore le poids du passé pendant 10 ans. Parmi ceux-ci, les plus endettés sont Charny (3,4 M$), Saint-Nicolas (3 M$) et l'ex-ville de Lévis (2,6 M$). Patricia Cloutier

Les principales nouvelles dépenses de 2017

1,3 M$ pour exploiter la nouvelle caserne incendie de Pintendre

500 000 $ à la Société de transport de Lévis

425 000 $ pour animer le quai Paquet

200 000 $ à l'Office municipal d'habitation

155 000 $ pour le Vérificateur général

L'Ancienne-Lorette baisse son taux de taxation de 1 %

Malgré une légère hausse de 0,63 % du budget 2017 et une augmentation de 25 % de la dette à long terme, les contribuables de L'Ancienne-Lorette ne subiront pas de hausse de taxes l'an prochain. En fait, leur compte de taxes diminuera en moyenne de 1 %.

Le conseil municipal en a fait l'annonce mardi soir lors de la séance de présentation du budget 2017.

Le taux de la taxe foncière générale du secteur résidentiel passera de 0,8979 $  à 0,884 $ du 100 $ d'évaluation, mais la tarification fixe augmentera de 10 $ pour une baisse de 3020,15 $ à 2991,08 $ du compte de taxes d'une résidence moyenne évaluée 289 358 $.

Si le secteur résidentiel est épargné, les secteurs industriel et commercial devront toutefois composer avec une augmentation de 1,8 % de leur fardeau fiscal en 2017.

Quote-part

L'Ancienne-Lorette a bénéficié d'une baisse de 354 410 $ de sa quote-part versée à l'agglomération de Québec attribuée en grande partie à la baisse de son potentiel fiscal et à la diminution des dépenses nettes de l'agglomération.

«Cette baisse nous a donné une marge de manoeuvre et nous avons aussi ralenti la cadence dans tous les départements en raison des importants investissements qui seront réalisés cette année avec l'aide du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées [FEPTEU]», a expliqué le maire Émile Loranger.

Alors que L'Ancienne-Lorette est toujours en guerre devant les tribunaux contre l'agglomération sur le partage de la quote-part, le maire n'a pas manqué de faire remarquer que la Ville avait économisé 442 482 $ en ne signant pas l'entente qui avait été proposée pour régler le litige.

«Cette proposition d'entente était pourtant une panacée, selon mon homologue de Saint-Augustin...», a laissé tomber M. Loranger, lançant une flèche au maire Sylvain Juneau. 

Il a ajouté que la décision du conseil de Saint-Augustin de laisser pour l'instant la poursuite sur la glace avait évité un retard de deux ans dans le processus judiciaire. «Nous déposerons notre dernière requête en janvier 2017 et la cause devrait durer de deux à trois semaines. Nous espérons qu'elle puisse se régler rapidement.»

Dette

De 18 753 196 $ qu'elle était au 31 décembre 2015, la dette de L'Ancienne-Lorette se chiffrera à 23 431 320 $ en 2017. Cette hausse est essentiellement due aux travaux majeurs dans lesquels plus de 13 millions $ seront investis, mais inclut cependant des subventions à venir de plus de 8 millions $ du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées.

«La dette est en contrôle et elle diminuera à partir de 2018 car nous avons opté pour un remboursement accéléré des dettes sur 15 ans au lieu de 20 ou 25 ans», a expliqué le maire. Les prévisions à long terme permettent à la Ville d'envisager que son passif soit réduit de près de moitié, soit à 13,53 millions $, en 2023.  Ian Bussières




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer