Des ampoules DEL garniront bientôt les lampadaires

L'été dernier, environ 2700 ampoules DEL sur un... (Phothothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'été dernier, environ 2700 ampoules DEL sur un total de 4000 avaient déjà été installées dans des lampadaires de Québec. Les 1300 autres continuent à être installées en remplacement.

Phothothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Confiante de recevoir un avis positif de la Santé publique, la Ville de Québec prévoit aller de l'avant avec l'installation de quelque 30 000 ampoules DEL dans ses lampadaires. La Ville avait freiné en juillet l'usage de ce type de lampe parce qu'elle pourrait nuire au sommeil des citoyens.

«On avait suspendu en attendant un avis de l'Institut national de santé publique du Québec. Mais d'après les conversations qu'on a de façon informelle, on va pouvoir repartir ce programme parce que l'Institut donnerait éventuellement un avis positif», a dit le directeur du Service de la gestion des immeubles à la Ville de Québec, Jean Rochette.

L'été dernier, l'administration Labeaume avait mis sur la glace l'achat de 30 000 ampoules DEL au coût de 5,1 millions $. Environ 2700 sur un stock de 4000 luminaires avaient déjà été installés dans divers secteurs de la ville. Les 1300 autres continuent à être installés en remplacement. 

Or, voilà que la somme de 7,4 millions $ figure au programme des dépenses de la Ville de Québec d'ici à 2019 pour reprendre l'installation complète.

Les potentiels effets négatifs des DEL avaient été étudiés par l'Organisation mondiale de la santé et l'American Medical Association jugeant que le bleu perturbe la production de mélatonine qui agit sur le cycle du sommeil, ce qui peut contribuer à des problèmes comme la dépression ou le diabète. Montréal et Trois-Rivières avaient aussi suspendu le déploiement de telles lumières en attendant des études.

«On va attendre et on va agir en conséquence», a poursuivi Jean Rochette en relativisant la notion de danger. «Ce n'est pas une question de cancer. Le danger sur la santé est que les gens s'endorment moins vite. Mais on en met dans les gymnases et les arénas parce que là, on espère que les gens vont rester réveillés pendant qu'ils pratiquent leur sport», a-t-il blagué.

Or, assure le directeur de la gestion des immeubles, l'éclairage par ampoules DEL est de plus en plus sophistiqué, notamment dans la façon d'orienter la lumière pour la rendre moins franche.

En juillet, après la publication de l'article du Soleil sur l'arrêt de l'installation de ces luminaires, plusieurs commerçants de luminaires DEL nous ont contactés pour dire qu'il y avait moyen de choisir et programmer les luminaires pour ne pas affecter le sommeil des résidents.

«La charrue devant les boeufs»

Du côté des élus, tant le maire de Québec, Régis Labeaume, que le conseiller responsable des infrastructures, Jonatan Julien, ont assuré «ne pas minimiser les inconvénients» et attendre les conclusions de la santé publique avant d'aller de l'avant.

Mais la chef de l'opposition Anne Guérette se questionne sur la présence des sommes dans le programme triennal d'immobilisation (PTI) et reproche à l'administration Labeaume de «mettre la charrue devant les boeufs».

«On apprend aujourd'hui qu'on continuait malgré l'avis de la Santé publique. C'est inacceptable. On a semblé minimiser les dangers sur la santé. On ne peut pas présumer de ce que la Santé publique va conclure.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer