Québec lance le service 311

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après trois ans de préparation et de tests, la Ville de Québec a officiellement lancé mercredi le 3-1-1, un numéro de téléphone unique que les citoyens pourront composer pour toute question sur les services municipaux.

Ce service, dont le centre d'appel compte 20 personnes réunies dans l'ancien hôtel de ville de Sainte-Foy, répondra aux demandes non urgentes. Pour la police et les urgences, le 9-1-1 demeure.

Les citoyens pourront composer le 3-1-1 pour des plaintes ou diverses demandes d'information, peu importe leur arrondissement. Chaque téléphoniste répondra à une centaine d'appels par jour pour un total de plus de 2000 quotidiennement, ont indiqué mercredi le maire de Québec, Régis Labeaume et la conseillère responsable des relations avec le citoyen, Michelle Morin-Doyle.

En marge de la conférence de presse, les deux élus ont d'ailleurs pris des appels devant les journalistes, ce qui a donné lieu à quelques moments cocasses. Notamment quand une dame est tombée sur le maire concernant une demande pour des déchets encombrants à ramasser. «Je sais que ça surprend, mais c'est moi!» a lancé M. Labeaume. Plus tard, un homme appelait pour une demande concernant L'Ancienne-Lorette. Le maire de Québec lui a transmis le numéro de la ville voisine en lui proposant de demander à parler à «M. Loranger». 

Sur une note plus sérieuse, Mme Morin-Doyle a expliqué que le service 3-1-1 a un protocole d'entente avec les villes voisines où les appels seront redirigés.

La Ville de Québec a investi 498 000 $ pour le regroupement de ce centre d'appels appelé Centre de relation avec le citoyen. Les bureaux sont dotés d'ordinateurs à la fine pointe de la technologique avec, entre autres, des cartes électroniques permettant de localiser rapidement l'appel. «Pour le citoyen, c'est une nette amélioration et un service grandement simplifié», a dit Mme Morin-Doyle.

Le Centre est ouvert de 8h à 19h. Le personnel répond aussi aux demandes formulées en ligne au ville.quebec.qc.ca/311.

Ancien Patro Saint-Vincent-de-Paul: le maire refuse de se réjouir

Que le promoteur immobilier Jacques Robitaille semble reprendre ses démarches pour développer le terrain de l'ancien Patro Saint-Vincent-de-Paul n'impressionne pas tellement le maire de Québec. «Je n'en parlerai pas parce que ça fait neuf ans qu'on parle de ça», a dit Régis Labeaume, prudent. «Il est toujours supposé se passer quelque chose sur le terrain de Saint-Vincent-de-Paul. Alors, j'en parlerai quand on aura l'impression qu'il se passe quelque chose pour vrai, sinon on va poser nos gestes juridiques», a-t-il ajouté.

La semaine dernière, la compagnie Les immeubles Jacques Robitaille inc. s'est inscrite au registre des lobbyistes pour des «démarches auprès de la Ville de Québec en vue d'obtenir un permis de construction et d'occupation pour permettre l'érection d'un projet mixte d'hôtel et d'unités d'habitation au 800-816, côte d'Abraham à Québec, en vertu de la réglementation municipale en vigueur». 

La future loi sur le statut de capitale prévoit un nouveau pouvoir de taxation sur les terrains vacants qui tardent à se développer. Le terrain de M. Robitaille fait aussi partie des sites que la Ville de Québec veut protéger dans une version modifiée du programme particulier d'urbanisme de la colline Parlementaire. Mais mercredi, M. Labeaume est resté prudent avant de lier directement l'inscription de l'entreprise à l'existence de nouveaux recours. «Si ç'a de l'effet, bravo. On me disait que ça pourrait avoir de l'effet», a-t-il seulement laissé tomber.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer