Le Phare: une salle de spectacle unique au monde, selon Barakatt

Le directeur de création de la future salle... (Fournie par le Groupe Dallaire)

Agrandir

Le directeur de création de la future salle de concert multimédia du Phare, Steve Barakatt, explique que la salle de 750 places proposera «un mélange absolument extraordinaire» entre la musique classique et les projections technologiques dernier cri permettant la projection d'images 3D, voire d'hologrammes.

Fournie par le Groupe Dallaire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À titre de directeur de création de la future salle de concert multimédia du Phare, le pianiste et compositeur Steve Barakatt ne ménage pas les superlatifs pour décrire cette installation dont l'acoustique et la conception s'annoncent uniques au monde. «On va proposer quelque chose de totalement nouveau avec une dynamique nouvelle.»

En entrevue au Soleil, l'artiste de 43 ans, natif de Québec, explique que la salle de 750 places proposera «un mélange absolument extraordinaire» entre la musique classique et les projections technologiques dernier cri permettant la projection d'images 3D, voire d'hologrammes.

«On veut créer une expérience multimédia unique qui stimule tous les sens. On va faire quelque chose qui n'existe pas, c'est sûr», lance le pianiste, précisant que la scène sera assez vaste pourra accueillir un orchestre symphonique. «L'OSQ pourrait en faire un lieu extraordinaire (pour ses musiciens).»

Pour s'être donné en représentation dans plus de 500 salles à travers le monde, Steve Barakatt croit que celle du Phare comblera les attentes les plus grandes, dont les siennes. «Toute ma carrière, je n'ai jamais joué dans une salle où il n'y avait pas quelque chose qui était déficient.» De toute évidence, c'est cette perfection, rare, qu'il voit dans sa boule de cristal pour celle du Phare.

Steve Barakatt veut proposer quelque chose de totalement... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Steve Barakatt veut proposer quelque chose de totalement nouveau avec une dynamique nouvelle pour la future salle de concert multimédia du Phare.

Le Soleil, Patrice Laroche

La particularité de ce «nouveau pôle d'attraction» sera de «créer du contenu», insiste-t-il. En cela, l'endroit ne sera pas en rivalité avec les autres salles de la capitale, en raison de ses spectacles spécialement adaptés au lieu. «Notre modèle d'affaires sera beaucoup plus près de celui récréo-touristique du Cirque du Soleil que de celui d'une location de salle.»

Par exemple, M. Barakatt verrait très bien la création d'un spectacle permanent, «créé ici avec des gens ici», axé sur la culture de Québec, qui s'installerait l'été durant au Phare. Une façon, croit-il, d'attirer les touristes avec une expérience scénique et musicale comme les salles de Las Vegas arrivent à faire.

En outre, la présence d'un studio d'enregistrement devrait s'avérer «un projet extrêmement porteur pour les musiciens de Québec» et pour les producteurs étrangers. «Cette salle sera un endroit extraordinaire pour attirer les grandes maisons de films et de jeux vidéo.»

«Résultat optimum»

Retournés à leurs tables à dessin après la présentation d'une première mouture qui s'était attiré les critiques, l'an dernier, les architectes associés au projet du Phare estiment en être arrivés «à un résultat optimum», particulièrement au regard de la forme triangulaire du gratte-ciel.

«Une tour en triangle, c'est du nouveau, c'est assez inusité. Je n'ai pas vu pareil exemple de forme architecturale ailleurs au Canada», explique Jean Grondin, architecte à la firme Alpha-architecture.

M. Grondin croit que le projet a bénéficié d'une série d'ajustements salutaires. Lui et ses collaborateurs ont pris bonne note des commentaires sur le manque d'ensoleillement de la place publique et les forts vents susceptibles d'être créés par le gabarit de l'immeuble. «Une des premières choses qu'on a faites, c'est d'enlever les passerelles du 18e étage qui créaient de l'ombre. Ce faisant, on apportait un apport d'ensoleillement supplémentaire», explique au Soleil M. Grondin, flanqué de la directrice générale Maude Pichette.

Quatre tours

La décision d'éliminer une tour, pour en garder quatre, a également permis d'enlever une contrainte. «Ça permettait de faire respirer davantage le projet et l'installation de la salle de concert multimédia», mentionne M. Grondin. «Je crois que les gens vont être impressionnés, honnêtement», ajoute Mme Pichette, qui estime que les problèmes de circulation dans le secteur, objet de plusieurs critiques, vont bénéficier de l'arrivée du système rapide par bus (SRB).

Représentante de la firme Gensler, qui a conçu la tour Shanghai, haute de 632 mètres, Rosanne Dubé précise que le Phare s'inspire «de la géographie locale, de la géométrie des roches du Bouclier canadien» qui lui confère son nouvel «effet cristallin».  Normand Provencher

Des consultations au printemps

La population pourra se prononcer sur l'imposant projet Le Phare dès le mois de mars, promet l'administration Labeaume qui, d'ici là, passera au peigne fin les études de circulation déposées par le promoteur. 

«Je ne pourrais vous dire la date exacte, mais on peut dire mars. Car il reste quelques devoirs à faire», a indiqué la vice-présidente responsable de l'aménagement du territoire, Julie Lemieux. «On se donne quelques mois encore de travail», a-t-elle ajouté, prévoyant des consultations publiques courues par les citoyens.

D'ici les consultations, la Ville de Québec voudra aussi vérifier l'étude de circulation présentée pour le Groupe Dallaire. «On veut faire des contre-expertises. On veut valider cette étude-là pour être certains qu'on règle tous les problèmes en amont. On veut répondre aux questions des citoyens», a ajouté Mme Lemieux. 

Labeaume «complètement dingo»

Le maire de Québec, Régis Labeaume a réitéré mardi, comme il l'avait dit avant le dévoilement de la nouvelle mouture du projet, qu'il trouve Le Phare «magnifique». 

Il dit aimer particulièrement la fenestration en mosaïque, ce qui le rend «complètement dingo».  Il s'est dit convaincu que «la population va adorer ça».

Quant à la salle de spectacle, il importe, croit le maire, de voir l'état du marché «dans 10 ans» et garder en tête que cette construction n'est pas pour demain. 

«On a posé la question et ça nous rassure de savoir qu'il ne veut pas piler sur les pieds des autres salles de spectacles de la ville. Mais ça reste à lui de définir son produit», a ajouté Julie Lemieux à propos du promoteur.

Rouvrir le PPU

Pour la conseillère d'opposition Anne Guérette, il est encore trop tôt pour se prononcer sur la nouvelle apparence du futur complexe. Au-delà des changements apportés à l'architecture, dit-elle, l'important est la consultation pour parler du «fond» de la question.

Et, plaide Démocratie Québec, la nécessaire réouverture du Programme particulier d'urbanisme (PPU) du plateau centre de Sainte-Foy qui prescrit des hauteurs jusqu'à 28 étages alors que Le Phare en compterait plus du double.

«On n'a jamais eu l'occasion de se prononcer. Pour nous, c'est inacceptable. On doit rouvrir le PPU. Est-ce que c'est l'endroit pour faire un projet comme celui-là? Même si on fait évoluer le projet sur le plan architectural, d'autres dimensions n'ont pas été évaluées.»  Valérie Gaudreau

Un pôle d'échanges pour le SRB

Le Groupe Dallaire propose d'aménager à même le Phare, à ses frais, un pôle d'échanges du service rapide par bus (SRB) Québec-Lévis. Le président n'a pas encore reçu de réponse du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et de la Ville de Québec, mais il a appris que l'accès pourrait se situer au niveau de la rue ou même être souterrain. C'est l'intersection du boulevard Laurier et de l'avenue Lavigerie qui est visée. «Ça serait l'édifice qui serait le mieux desservi en transport en commun à Québec», souligne Michel Dallaire, s'inspirant du 1000, de la Gauchetière, à Montréal, présenté comme un carrefour intermodal. Pour le reste, le promoteur immobilier ne sait pas comment le réseau routier environnant sera adapté au nouveau développement. Il suppose que le réaménagement de la tête des ponts en tiendra compte, mais n'a pas vu les conclusions du ministère des Transports du Québec.  Annie Morin

Inspiré du quartz

L'artiste Florent Cousineau... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 7.0

Agrandir

L'artiste Florent Cousineau

Le Soleil, Patrice Laroche

Pour l'artiste multidisciplinaire Florent Cousineau, l'architecture repensée du Phare est née «d'une réflexion profonde à partir d'un quartz, une forme asymétrique, un peu erratique». Et l'homme de sortir de sa poche de pantalon un «quartz fantôme» pour mieux illustrer son propos.

C'est au créateur de La falaise apprivoisée, située sur la côte d'Abraham, que Michel Dallaire a pensé lorsqu'est venu le temps d'intégrer une approche artistique à la conception de son gratte-ciel. M. Cousineau se dit d'autant plus flatté qu'on soit venu le chercher «sans qu'[il] tende la main». «M. Dallaire veut m'avoir pour 10 ans. C'est parfait, je vais avoir 76 ans...»

Pour un artiste, s'enthousiasme-t-il, il s'agit d'«une chance inouïe» de pouvoir travailler «en amont», avec les ingénieurs et les architectes, qu'il n'hésite pas à «brasser» un peu afin de mieux faire passer ses idées. Son expertise sera présente à toutes les phases de la construction. «Ce ne sera pas de l'art velcro, où on dit à l'artiste d'accrocher ses oeuvres çà et là, sans dire un mot.»

Fort de la politique d'intégration des arts publics à l'architecture, qui consiste à allouer 1 % du budget de construction d'un édifice à la réalisation d'oeuvres d'art conçues pour celui-ci, Florent Cousineau disposera d'un budget d'environ 6 M$. Comptez sur lui, des oeuvres d'art, il y en aura, autant sur la place publique que dans la salle de concert. 

Familial et ludique

S'appuyant sur la volonté de Michel Dallaire de faire de l'endroit une place familiale et ludique, M. Cousineau imagine déjà une sculpture inspirée d'un bilboquet, par exemple.  Normand Provencher

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer