Règlements plus sévères demandés pour la densification

L'hôtel de ville de Québec... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'hôtel de ville de Québec

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La réglementation de la Ville de Québec pour encadrer la densification doit encore être bonifiée pour éviter la construction de maisons trop grosses et «toutes pareilles» ainsi que l'abattage d'arbres matures.

Une consultation avait lieu lundi, avant le conseil municipal, sur le règlement 2378 concernant les projets d'insertion, lequel vient renforcer le précédent 2220 sur les projets de densification. 

Tous deux soumettent les propriétaires qui démolissent une résidence pour mieux rebâtir à l'obligation de présenter un plan d'implantation et d'intégration architecturale. La Ville peut du coup exiger que le projet de remplacement respecte l'alignement sur rue et la hauteur du rez-de-chaussée des maisons voisines. Elle a également droit de regard sur les matériaux utilisés et la végétation en cour avant et latérale. 

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec et conseiller municipal de Saint-Louis-Sillery, Paul Shoiry, a été le premier à prendre la parole. Il a déclaré que les fonctionnaires et les élus n'avaient pas les outils nécessaires pour bien encadrer les projets immobiliers qui leur sont soumis. 

Son parti, Démocratie Québec, demande à ce que la réglementation soit plus sévère concernant «la hauteur des bâtiments, notamment en ce qui concerne les gabarits, les rapports volumétriques et l'harmonisation des toitures et l'assemblage du revêtement extérieur». Il souhaite également que la réglementation concernant l'abattage des arbres soit renforcée. 

«Ce qu'on constate souvent, c'est que les promoteurs construisent des maisons quasi identiques qui ont l'air de maisons préfabriquées et parfois même une allure commerciale dans des secteurs où la trame urbaine a été développée dans les années 50, 60, 70, 80. Ça jure complètement dans le décor. Comme on l'a dit dans le passé, il ne reste plus d'arbres sur le terrain. Les maisons sont quand même très grosses par rapport au lot sur lequel elles sont construites, donc il n'y a presque plus d'espace pour planter. Il y en a encore un peu, mais on plante des cotons qui vont prendre 50 ans à pousser», a dénoncé le politicien. 

Une dizaine de citoyens présents 

Une dizaine de citoyens s'étant déplacés pour la consultation - dont ils ont dénoncé l'heure hâtive (16h) - ont aussi déploré la tendance aux maisons «toutes pareilles» et mal intégrées aux quartiers ainsi que la disparition de vieux arbres pour faire place à du béton et de l'asphalte. 

La vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, a fait remarquer que la Ville oblige désormais les promoteurs à conserver de l'espace pour des plantations en façade. «Oui, on se fait de la place pour en avoir, mais quand on en a déjà, pourquoi ne pas imposer plus de contraintes à l'entrepreneur pour les conserver?» a répliqué le porte-parole du Comité de citoyens pour une densification respectueuse (CCDR), Michel Fournier. 

Le vote sur la nouvelle réglementation devrait avoir lieu dans deux semaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer