Shoiry condamne Labeaume pour ses propos sur Trump

Paul Shoiry... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Paul Shoiry

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire Régis Labeaume «nuit aux efforts de Québec sur la scène internationale» avec des déclarations intempestives comme celle sur Donald Trump, qui, ne lui en déplaise, a été élu président des États-Unis.

C'est ce qu'affirme le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Paul Shoiry, en ce lendemain d'élections.

«Je pense que c'est un bon exemple où M. Labeaume a fait une erreur avec cette déclaration. Je fais un parallèle avec l'élection française, où il appuie son ami Alain Juppé. Pour une ville comme Québec qui fait des efforts pour attirer des touristes et des investissements de partout dans le monde, c'est important d'être prudent. On ne doit pas dire si on est pour ou contre un candidat au scrutin présidentiel», a fait valoir le chef de Démocratie Québec.

Lundi, en marge d'une conférence prononcée à Lévis, le maire de Québec a souhaité publiquement l'élection de la démocrate Hillary Clinton. «Parce que l'idée que M. Trump va redevenir normal une fois président, je pense que ça se peut pas. Je pense que son problème d'ego est tellement exacerbé qu'il va être pire», a-t-il déclaré.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, présent à ses côtés, est allé plus loin encore. «Si Donald gagne, moi, je bâtis un mur pis j'envoye le bill», a-t-il lancé, sur le ton de la boutade. «On ouvre un camp de réfugiés à Québec, nous autres!» a aussitôt renchéri M. Labeaume.

Pour M. Shoiry, c'est une jambette aux entreprises de Québec qui tentent de développer des marchés aux États-Unis et à l'industrie touristique qui tente d'attirer nos voisins du Sud dans la capitale. «Il nuit aux efforts de Québec sur la scène internationale, que ce soit pour des échanges commerciaux ou le tourisme», dit le conseiller municipal de Saint-Louis-Sillery.

Lui-même dit «reconnaître le choix de la population américaine». «Qu'on l'aime ou pas, M. Trump va être président et on va devoir travailler avec lui.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer