Main-d'oeuvre bon marché dénoncée à la bibliothèque de Saint-Augustin-de-Desmaures

Le titre de bibliothécaire professionnel est protégé au... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le titre de bibliothécaire professionnel est protégé au Québec, mais rien n'empêche les municipalités ou institutions d'embaucher des personnes détenant un autre type de formation pour gérer leur bibliothèque.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ) critique la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures pour avoir affiché un poste de coordonnateur de bibliothèque payé 13 $ de l'heure alors que les tâches et les qualifications exigées sont les mêmes que pour des candidats détenant une formation universitaire de deuxième cycle.

«Nous comprenons que la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures doit composer avec des restrictions financières limitées. [...] Toutefois, puisque les exigences de l'emploi affiché reflètent les tâches et les qualifications normalement exigées pour des postes de bibliothécaires qui détiennent une formation de deuxième cycle en bibliothéconomie et sciences de l'information, je souhaite vous exprimer notre désaccord face à cet affichage», écrit la présidente du conseil d'administration de la CBPQ, Isabelle Pion, sur la page Web de l'organisme.

«Nous considérons que pour occuper un poste de direction en bibliothèque, il est impératif de posséder une formation universitaire de deuxième cycle en bibliothéconomie et sciences de l'information comme recommandé par l'American Library Association», poursuit-elle.

Jointe par Le Soleil, Mme Pilon a expliqué que c'est pour défendre la profession que son organisme réagissait parfois à de tels affichages de postes.  «Treize dollars de l'heure, c'est très peu pour les attentes liées au poste, qui requiert l'embauche d'un bibliothécaire professionnel. Nous avions aussi réagi pour la même raison à l'affichage d'un poste par la Montreal Children Library. Nous le faisons aussi quand on décrit les tâches d'un bibliothécaire professionnel et qu'on demande, par exemple, un technicien en loisirs», poursuit-elle.

Le titre de bibliothécaire professionnel est protégé au Québec, mais rien n'empêche les municipalités ou institutions d'embaucher des personnes détenant un autre type de formation pour gérer leur bibliothèque.

Réducteur

«Nous trouvons dommage qu'on résume trop souvent le titre de bibliothécaire au travail d'un commis qui fait des prêts et place des livres. C'est très réducteur», explique Mme Pilon, qui estime que seul un professionnel de l'information qualifié est en mesure de répondre adéquatement aux impératifs et contraintes liés à un milieu qui doit se redéfinir constamment afin de jouer un rôle de premier plan.

La Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures traîne une dette de 114 millions $ et a dû se résoudre à mettre 25 employés à pied à l'automne 2015 en plus d'avoir augmenté les taxes de ses contribuables de 25 % en 2015 et de 4,9 % en 2016.

«Nous comprenons très bien que les organisations n'ont pas toujours les moyens de verser des salaires plus importants, mais elles seraient alors mieux d'engager un bibliothécaire à raison de trois jours par semaine et de compléter avec des bénévoles plutôt que d'offrir des salaires aussi bas pour un emploi à temps plein», termine Mme Pilon.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer