Saint-Augustin mise sur sa certification pour se vendre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré la crise financière et politique, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures fait bonne figure sur le plan de la transparence et de la qualité de vie. Et la Municipalité entend profiter de sa nouvelle certification internationale pour se «vendre» et attirer les investisseurs dans son parc industriel.

En mai, Saint-Augustin est devenue la quatrième ville canadienne à obtenir la certification ISO 37120 après Toronto, Surrey et Shawinigan. Cette norme décernée par le World Council on City Data (WCCD) calcule la qualité de vie sur la base de 100 indicateurs et 17 thèmes comme la santé, la dette, la sécurité, le degré de scolarité, l'environnement ou le transport. 

Saint-Augustin a fourni les réponses pour 98 des 100 indicateurs, ce qui, aux yeux du WCCD, en fait un modèle dans sa volonté de se comparer pour s'améliorer.

«Il s'agit d'un outil exceptionnel notamment lorsque viendra le temps de vendre notre ville à de potentiels investisseurs étrangers à la recherche d'un emplacement dans notre parc industriel», a dit le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau. Une entreprise intéressée pourra alors savoir tout sur la ville, a-t-il poursuivi.

Le maire a précisé que la certification n'est pas obtenue seulement si les indicateurs montrent un bon score, mais avant tout sur l'idée même de partager les données, signe d'ouverture pour une ville qui accepte ainsi de se comparer, estime-t-il.

Sur le plan de la dette, par exemple, Saint-Augustin a une piètre performance, mais le fait que l'administration Juneau rende cette information publique a contribué à l'obtention de la certification.

La présidente sur place

Mercredi, la direction de Saint-Augustin n'a rien ménagé pour accueillir en grande la présidente du WCCD, Patricia McCarney, aussi professeure de science politique à l'Université de Toronto. Une salle de l'hôtel de ville était remplie à craquer de conseillers et d'employés municipaux venus assister à la présentation. Le maire de Québec, Régis Labeaume, était aussi présent. Il faut dire que plusieurs données fournies au WCCD, comme celles sur les services de police ou de pompiers viennent de l'agglomération, a dit le maire Sylvain Juneau en saluant la collaboration de Québec.

Mme McCarney a pour sa part dit apprécier qu'une ville aussi petite que Saint-Augustin, avec 19 000 habitants, ait souhaité obtenir la certification à l'instar de villes bien plus imposantes comme Amsterdam, Barcelone, Boston, Melbourne, Helsinski, Shanghai ou Bogota. 

«C'est la plus petite ville à se qualifier et aussi rapidement pour la certification platine», a dit Mme McCarney à propos de Saint-Augustin. Les données «ouvertes et comparables» des villes membres du WCCD sont mises en commun afin d'établir des standards, peu importe la taille de la municipalité.

«On peut maintenant comparer des pommes avec des pommes», a illustré Mme McCarney à propos de la certification ISO 37120 élaborée à partir de 2008, mais distribuée depuis 2014. «Un citoyen peut comparer sa ville et voir par exemple que le temps de réponse des services d'urgence pourrait être meilleur. Que faire pour l'améliorer? Tout ça ouvre le dialogue avec l'administration municipale, construit la démocratie, la transparence et la confiance.»

Maintenir l'adhésion au club des villes du WCCD coûtera environ 7000 $ par an à Saint-Augustin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer