Le sort de Bussières en suspens

Le départ de Paul Shoiry (au centre) comme... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le départ de Paul Shoiry (au centre) comme chef de Démocratie Québec a mené Yvon Bussières (à droite) à devenir chef intérimaire, le temps que la course à la chefferie se fasse. Anne Guérette (à gauche), s'est déjà porté candidate.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La course à la chefferie de Démocratie Québec déterminera l'avenir politique du conseiller municipal Yvon Bussières.

En poste depuis 1993, le conseiller du district de Montcalm-Saint-Sacrement ne cache pas qu'il est «en réflexion» quant à sa participation au scrutin de novembre 2017. En entrevue, il apparaît cependant très motivé à continuer.

«Ça me tenterait un autre quatre ans. Même pour un retraité ou quelqu'un du troisième âge comme moi, c'est une fonction intéressante de représenter les citoyens. Je n'irais pas là pour être chef de l'opposition ou à la mairie, je n'ai pas cette prétention, mais revenir dans mes terres et servir mes concitoyens, oui», a-t-il expliqué au Soleil lundi.

M. Bussières était alors interrogé sur la course à la chefferie de Démocratie Québec, le parti d'opposition dont il est le chef intérimaire actuellement. Cette fonction lui impose de demeurer neutre dans le duel qui se dessine entre sa collègue Anne Guérette et l'avocat spécialisé en droit municipal François Marchand. Ce dernier a manifesté son intérêt pour le poste - et conséquemment la mairie de Québec - et il s'affaire à amasser les signatures d'appui nécessaires.

M. Bussières n'a pas l'intention d'appuyer un candidat en particulier, mais mentionne que le résultat de cette course aura une influence sur son avenir à lui. «Moi, je prendrai ma décision après l'issue de la campagne à la chefferie. Après les Fêtes, je déciderai si je suis partant pour une autre campagne électorale avec la nouvelle équipe qui sera en place», dit-il. Le choix d'un nouveau chef permettra de mesurer «le dynamisme du parti et l'état de la mobilisation», des variables importantes pour le conseiller municipal d'expérience.

«Le parti va très bien»

Pour le moment, il assure que «le parti va très bien», tout comme ses finances. La course à la chefferie sera néanmoins l'occasion de mener une campagne de financement et de recrutement de membres. L'opération aura lieu en novembre, à temps pour que les nouveaux adhérents puissent participer au choix du prochain chef, le dimanche 4 décembre. «Ça va permettre de ramener des gens et des fonds pour la campagne électorale», souligne le chef intérimaire.

À noter que le scrutin, initialement annoncé pour le samedi 3 décembre, a été reporté d'une journée pour respecter la tradition municipale voulant que les chefs soient choisis le dimanche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer