Marchand candidat à la direction de Démocratie Québec

L'avocat François Marchand n'a pas voulu confirmer encore... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'avocat François Marchand n'a pas voulu confirmer encore sa candidature, disant avoir encore des choses à discuter sur les plans «familial et professionnel». Il devrait officialiser sa décision jeudi prochain.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'avocat François Marchand annoncera jeudi prochain sa candidature à la direction du parti d'opposition Démocratie Québec. Il affrontera la conseillère Anne Guérette dans une course qui s'annonce serrée.

M. Marchand n'a pas voulu confirmer encore sa candidature, disant avoir encore des choses à discuter sur les plans «familial et professionnel». Il ne fait cependant plus de doute qu'il sera de la course. 

Le nom de François Marchand et celui de son agent officiel ont d'ailleurs été inscrits ce mardi au registre du Directeur général des élections après validation auprès du parti.

Cette inscription ne donne pas de certitude que M. Marchand sera candidat, mais est une condition nécessaire pour pouvoir faire du financement.

Pour officialiser sa candidature, M. Marchand doit recueillir 84 signatures de membres du parti répartis dans tous les arrondissements. 

Cette étape ne devrait pas poser de problème. C'est la suite qui sera plus difficile. 

Démocratie Québec compte actuellement 350 membres en règle, dont plusieurs recrutés par Mme Guérette, dont les intentions pour la direction du parti sont connues depuis longtemps.

Lorsqu'il a évoqué pour la première fois son intérêt pour la mairie, il y a quelques semaines, M. Marchand disait hésiter entre se présenter comme indépendant ou au sein d'un parti politique. On comprend qu'il a choisi de faire équipe avec l'opposition.

Le président de Démocratie Québec, Me Denis Langlais, a toujours souhaité que le prochain chef soit choisi lors d'une course plutôt que par couronnement.

Une course anime la vie d'un parti, permet d'amener de nouveaux membres et de rentrer de l'argent dans le coffre de «guerre», explique-t-il. Une course permet aussi d'attirer davantage l'attention des médias.

Des militants reprennent du service

L'entrée en scène de François Marchand semble avoir «réveillé une partie des membres de Démocratie Québec qui dormaient», dit constater Marc Rolland, un militant de longue date qui a signé le bulletin de M. Marchand et travaille désormais à bâtir son organisation.

M. Rolland est un de ceux qui seraient restés à la maison lors de la prochaine campagne électorale, n'eût été la venue de M. Marchand.

Il croit que Mme Guérette a été «courageuse sur le terrain parlementaire», mais pense qu'il faut aussi avoir la «capacité de travailler en équipe».

Il souhaite un candidat qui aura un «intérêt pour toute la ville» et pas seulement pour les quartiers du centre. M. Marchand aura cet intérêt, évalue-t-il, bien qu'il soit lui aussi résident du centre-ville.

L'ex-conseiller du Rassemblement populaire Claude Cantin a également repris du service ces derniers jours. M. Cantin dit souhaiter une «vraie course à la convention», mais dans les faits, il appuie ouvertement M. Marchand.

Il note lui aussi l'importance de pouvoir travailler en équipe et croit que M. Marchand sera «plus rassembleur», même s'il vient de l'extérieur du parti.

 «Il a une bonne connaissance de la ville et des dossiers; il a une formation d'urbaniste et une certaine notoriété. On ne part pas de zéro», note M. Cantin. 

Il se réjouit aussi que «M. Marchand n'arrive pas avec sa gang et tous ses candidats. Ce ne sera pas un take over», analyse-t-il.

M. Cantin rappelle que François Marchand fut à une certaine époque un adversaire politique dans l'équipe de l'ex-maire Jean Pelletier.

Il ne lui en tient pas rigueur et n'y voit pas d'obstacle. «Il faut faire alliance» pour espérer battre le maire Régis Labeaume, analyse-t-il. 

Encore deux semaines

La date limite pour le dépôt des candidatures (84 signatures, lettre d'intention et 1000 $) à Démocratie Québec est le 27 octobre, à 17h. 

Des débats entre candidats sont déjà prévus les mercredis 9 et 23 novembre. Le prochain chef doit en principe être choisi en assemblée générale le samedi 3 décembre.

Il n'est pas impossible que le vote soit reporté au lendemain. La tradition municipale est de choisir les chefs le dimanche où il est plus facile d'attitrer des participants que le samedi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer