Appel à la sauvegarde des pierres taillées du Centre Durocher

Les pierres taillées qui ornent la façade représentent... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les pierres taillées qui ornent la façade représentent les différents sports qui ont été pratiqués au Centre Durocher.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les pierres taillées ornant la façade du Centre Durocher pourraient-elles être sauvées? Au moment où l'immeuble commence à tomber sous le pic des démolisseurs, une citoyenne et un artisan souhaitent voir ces bas-reliefs de 1950 conservés et mis en valeur.

Jeune résidente du quartier Saint-Sauveur, Myriam Nickner-Hudon a remarqué la qualité visuelle de ces pierres taillées intégrées dans la façade de l'édifice. 

Ces pierres représentent des quilles et divers sports qui ont été pratiqués au Centre Durocher au fil des décennies.

Les conserver serait une belle façon de garder la mémoire de ce lieu emblématique de Saint-Sauveur qui sera bientôt remplacé par 68 logements, estime-t-elle.

«Ce serait facile à récupérer», lance Myriam Nickner-Hudon qui a étudié en patrimoine. «Ces pierres de style Art déco sont un des rares éléments du quartier en pierres sculptées», ajoute-t-elle. La citoyenne imaginerait bien les pierres intégrées dans les futures Habitations Durocher. «Elles pourraient être à l'intérieur, visibles dans la bibliothèque ou encore les garder dehors, en faire un dos pour un banc public, par exemple.»

Ces pierres ont tellement attiré l'attention de Myriam Nickner-Hudon qu'elle en a parlé au tailleur et sculpteur de pierre Adrien Bobin.

Joint par Le Soleil, l'artisan basé à l'île d'Orléans assure qu'il y a quelque chose à faire avec ces oeuvres ornementales vieilles de 66 ans. Il se porte d'ailleurs volontaire pour récupérer les pierres et les entreposer le temps de déterminer quoi en faire.

«Il est possible d'intégrer ces pierres qui peuvent être encore en très bonne condition. Elles pourraient être utilisées comme témoignage et mises en valeur sans un coût trop élevé», dit M. Bobin, qui est régulièrement appelé à travailler à la restauration de pierres patrimoniales. «On peut aussi imaginer une proposition de création plus artistique», a-t-il avancé.

Un précédent

Ce type de pierre sculptée n'est pas sans rappeler les oeuvres de Raymond Delwaide inaugurées aussi en 1950 en façade du vieux Colisée. Les bas-reliefs représentant différents sports ont été installés à l'intérieur du Colisée après les rénovations de 1981. En février, on apprenait que les quatre sculptures de pierre calcaire mesurant chacune 2,75 m de hauteur sur 1,25 m de largeur seront aménagées dans le hall du Pavillon de la jeunesse alors que le Colisée sera démoli.

À la Ville de Québec, l'idée de garder les pierres du Centre Durocher n'a jamais fait l'objet de discussion, a-t-on indiqué en dirigeant Le Soleil vers Action Habitation, l'organisme en charge du chantier des Habitations Durocher. Malgré diverses demandes faites depuis mercredi, l'organisme n'a pas rappelé Le Soleil.

Toujours concernant le Centre Durocher, une trentaine de ses défenseurs ont profité du petit matin jeudi pour faire valoir une fois de plus leur opposition à sa démolition.

Les travaux de démolition ont commencé mercredi, et le rassemblement, qui se voulait à l'origine une chaîne humaine autour du bâtiment, aura attiré une trentaine de personnes vers 7h30.

Malgré un mur déjà éventré par les travaux de désamiantage et de démolition, ce groupe de citoyens souhaite encore faire changer d'idée l'administration Labeaume.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer