Célébrer le vélo par l'art

Le fondateur du Bicycle Film Festival, Brendt Barbur, en... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le fondateur du Bicycle Film Festival, Brendt Barbur, en compagnie de Kathleen Roy, de La bécane à bouffe

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Libre. C'est ainsi que se sent ce producteur de films new-yorkais passionné du vélo lorsqu'il serpente à travers les voitures chez lui, dans les rues bondées de Manhattan. Partout où il va sur la planète, il loue une bicyclette pour explorer la ville dans laquelle il s'arrête. Plus qu'une religion, la bicyclette est un monde de vie. Le Soleil a rencontré Brendt Barbur, fondateur du Bicycle Film Festival (BFF), qui s'est déroulé samedi à Québec.

Q Qu'est-ce qui vous a amené à créer le BFF?

R J'aime les vélos. J'aime l'art et j'aime les films. J'ai fait du vélo toute ma vie. Il y a environ 17 ans, sur la 3e Avenue à New York, j'ai été frappé par un autobus. Et là je me suis dit que je voulais faire quelque chose de positif à partir de cette expérience négative. J'ai réalisé quelques films pour le plaisir de les partager avec mes amis. Mais rapidement, nous avons organisé des expositions d'art. Puis, des projections étaient organisées tous les jours de la semaine et les salles étaient bondées, j'étais surpris! Et me voici 16 ans plus tard ici, à Québec, après avoir visité près de 75 villes à travers le monde et diffusé mon message à plus d'un million de personnes.

Q Racontez-nous l'une de vos bonnes histoires de cycliste.

R J'adore rouler à New York, c'est comme être dans un jeu vidéo. Je ne circule pas seulement sur les voies cyclables, j'aime aussi serpenter à travers les voitures. La ville est en vie! Vous pouvez sentir les odeurs provenant des restaurants comme celles qui sont dégoûtantes. À New York, quand vous prenez le métro, vous n'êtes pas en contact avec ce qu'il y a au-dessus de vous. L'avantage, c'est que vous pouvez arrêter ça et là manger une bouchée... ou même rencontrer votre mère!

Shanghai était aussi amusante pour s'y balader sur deux roues parce que tout est presque chaotique. Mais tout le monde porte attention à ce qui se passe autour d'eux. Dans le chaos, tu trouves les gens les plus avertis, car à n'importe quel moment, quelque chose peut surgir de n'importe où.

Q Quelle ville vous a le plus marquée?

R San Francisco est vraiment unique pour ses pentes abruptes et les vues imprenables qu'elle offre. Paris, de son côté, est amusante parce que tous les cyclistes sont bien habillés. Copenhague et Amsterdam sont parmi les villes les plus accommodantes pour les cyclistes. Je voyage beaucoup, mais je dois reconnaître que j'ai eu beaucoup de plaisir à rouler ici, à Québec, à monter et descendre les côtes.

Q Vous souhaitez répandre votre amour pour le vélo à travers vos films?

R Les films racontent des histoires de gens où nous vivons. Si nous pouvons partager les histoires des cyclistes, par différents médiums comme la peinture, le cinéma ou la sculpture, mon souhait est que les gens soient inspirés des histoires des autres.

Je me souviens quand j'étais enfant et que j'embarquais sur mon vélo. La première fois que je me suis éloigné de mes parents, j'ai ressenti que j'avais de l'espace. J'avais le temps de me découvrir et j'avais l'impression d'être indépendant. C'est la meilleure sortie à vélo que j'ai fait.

Un savoureux smoothie mélangé grâce à la force... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Un savoureux smoothie mélangé grâce à la force des jambes attendait ceux qui se prêtaient au jeu.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Une quatrième édition dans Saint-Roch

Ça a pédalé samedi sur la rue Saint-Joseph! Le Bicycle Film Festival, grande fête internationale du vélo, s'est arrêtée à Québec pour une quatrième année consécutive.

Les amateurs ont pu découvrir les joies associées à pratiquer le vélo par un éventail d'activités artistiques. Des films ont été projetés en après-midi et deux autres programmes étaient prévus à 18h et 20h.  

Cycliste de type utilitaire ou récréatif, automobiliste ou piéton, il y en avait pour tous les goûts. Une troupe venue de Montréal s'est amusée à jouer au bikepolo, un sport qui s'apparente au hockey, mais qui se pratique sur deux roues. Non loin, un savoureux smoothie mélangé grâce à la force des jambes attendait ceux qui se prêtaient au jeu. 

Un camion de la Ville de Québec était aussi stationné alors que des agents du contrôle routier de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) sensibilisaient les curieux à l'effet des larges angles morts d'un poids lourd. Une façon d'informer la population en général, mais surtout les cyclistes, des dangers de se retrouver en zone à risque, a indiqué le coordonnateur de projets chez Accès transports viables Jonathan Charlebois.

Le Bicycle Film Festival, qui se veut une célébration de la bicyclette par l'art, se déplace à travers le monde. La fête se transportera à Amsterdam début octobre, puis à Milan du 20 au 22 octobre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer