Centre Vidéotron: une première année empreinte de réalisme

En un an, 1 134 745 personnes ont... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

En un an, 1 134 745 personnes ont assisté à un spectacle ou à une partie des Remparts à l'amphithéâtre et 55% des gens de Québec y ont mis les pieds, selon les données dévoilées par le pdg de Québecor lundi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus d'une personne sur deux à Québec a déjà mis le pied dans le Centre Vidéotron. Et elles ont très largement aimé leur expérience. Mais un an après l'ouverture et l'effet de nouveauté passé, les gestionnaires de Québecor sont réalistes: moins de gros noms sont à prévoir sur scène dans les prochains mois. Et le déficit sera toujours au rendez-vous en 2016.

«Ça dépend du cycle», a dit lundi le président et directeur général de Québecor, Pierre Dion, à propos des tournées des grandes vedettes internationales. Avec d'autres responsables du Centre Vidéotron et un sondage Léger fort positif à la main, il a rencontré les journalistes lundi le temps du bilan un an jour pour jour après l'inauguration en grande pompe de l'amphithéâtre de 370 millions $ de fonds publics.

Satisfait des 1 134 745 personnes qui ont assisté à un spectacle ou à une partie des Remparts et des 55% de gens de Québec qui ont mis les pieds dans l'amphithéâtre depuis un an, M. Dion s'est fait réaliste quant aux vedettes qui prendront l'affiche au Centre Vidéotron ces prochains mois. «Mais on est très confiants, l'équipe travaille sans cesse. Des annonces s'en viennent pour les prochains mois», a-t-il promis.

Le pdg de Québecor, Pierre Dion, ne cache pas que... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Le pdg de Québecor, Pierre Dion, ne cache pas que d'autres déficits seront à prévoir pour le Centre Vidéotron en 2016, ainsi que moins de gros noms.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Départ canon

Il reconnaît que le départ canon avec les mégavedettes comme Metallica, Rihanna, Madonna, Justin Bieber, Muse, Pearl Jam ou Céline Dion en quelques mois revêtait un caractère exceptionnel.

«Si Céline avait décidé de venir cet automne, là, on aurait dit qu'on a eu un été plus tranquille», a-t-il toutefois illustré.

Réaliste aussi, le président des Remparts de Québec, Jacques Tanguay, a reconnu que l'assistance aux matchs de hockey junior était largement attribuable à l'effet de nouveauté et de curiosité pour l'édifice flambant neuf. 

«Est-ce qu'on s'attend à avoir les mêmes résultats que l'an dernier? C'est non, mais on va avoir encore d'excellents résultats et en progression par rapport à ce qu'on avait au Colisée Pepsi. Les Remparts ne sont pas l'histoire d'une journée», a dit M. Tanguay, rappelant que les Remparts ont la plus grande assistance de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Pierre Dion a aussi réitéré, comme il l'avait fait en juin, que d'autres déficits sont à prévoir pour le Centre Vidéotron, qui a enregistré un manque à gagner d'au moins 1,4 million $ pour les quatre premiers mois, de septembre à décembre 2015. «On s'attend également à un déficit en 2016 et c'est normal, a-t-il prévenu. «Ça va prendre quelques années à arriver à la rentabilité», a-t-il expliqué, évoquant de nouveau un horizon «de 10 à 15 ans» pour véritablement évaluer l'impact d'un tel équipement.

Le bilan de l'amphithéâtre en quatre temps

93 soirs d'occupation

À l'heure du bilan, les responsables de Québecor ont annoncé que le Centre Vidéotron a été occupé 93 soirs depuis son ouverture le 12 septembre 2015, ce à quoi s'ajoutent 30 événements corporatifs. Les gens qui ont assisté à ces soirées privées corporatives ne sont pas comptés dans le bilan d'achalandage de 1 134 745 personnes. Le nombre de billets de spectacles vendus est de 350 000, selon M. Dion. Ce dernier s'est réjoui lundi de la provenance des spectateurs. Quelque 70% venaient de Québec. Des 30% restants, 8% venaient de la région de Montréal, 7% des États-Unis, 3% du Saguenay et 2% du Bas-du-Fleuve. Une preuve, selon le pdg, que l'amphithéâtre attire au-delà des frontières de la capitale et contribue aux retombées économiques que le gestionnaire n'a toutefois pu chiffrer lors de son bilan lundi.

Satisfaction au rendez-vous

Un sondage Léger réalisé auprès de 500 personnes a de quoi réjouir les responsables du Centre Vidéotron: près des trois quarts des gens interrogés (74%) se disent satisfaits de la programmation de l'amphithéâtre. Quant à ceux qui ont assisté à un événement, ils sont 96% à avoir aimé leur expérience. «C'est une première année couronnée de succès, on peut dire mission accomplie», a lancé le chef de la direction de Québecor, Pierre Dion. «Après un an, on peut dire qu'on n'imaginerait pas Québec sans le Centre Vidéotron.» Le sondage révèle aussi que 69% des gens de la région considèrent que construire l'amphithéâtre a été une bonne décision. De tous les répondants, ceux âgés de 18 à 44 ans ont été les plus favorables, avec une proposition de 81%.

On laisse les taxis à Régis

Ne comptez pas sur le patron de Québecor, Pierre Dion, pour ajouter son grain de sel aux sorties publiques virulentes du maire de Québec, Régis Labeaume, contre le service de taxis au Centre Vidéotron. «On ne fera pas de commentaires sur les taxis, on fait entièrement confiance à Régis», a-t-il lancé. Le directeur général du Centre Vidéotron, Louis Painchaud, a pour sa part dit travailler étroitement avec la Ville de Québec en prévision de la mise en place des bornes électroniques de paiement. Il souhaiterait aussi qu'une personne puisse payer sa case de stationnement au moment de l'achat d'un billet de spectacle. «On regarde comment les applications peuvent se faire et on a commencé à travailler avec Ticketmaster et avec les applications de la Ville pour qu'une personne puisse acheter une case de stationnement. On en est là», a-t-il dit.

Enchanté par la visite de Bill Daly

Incontournable question lorsqu'on parle du Centre Vidéotron: l'absence des Nordiques un an après l'ouverture et près de trois mois après l'annonce qu'il n'y aura pas d'équipe d'expansion à court ou moyen terme. Se disant toujours confiant de ramener un jour un club de la Ligue nationale à Québec, le patron de Québecor, Pierre Dion, a été emballé par la visite «d'une heure et demie» qu'il a fait faire à Bill Daly, l'adjoint du commissaire de la LNH, Gary Bettman. M. Daly était en ville à l'occasion du match de la Coupe du monde de hockey entre l'Europe et l'Amérique du Nord. «Il disait qu'on a vraiment pensé à tout, dans les moindres détails. C'était tellement plaisant d'avoir ses commentaires, a relaté M. Dion. C'est là que je me rendais compte que le travail des six dernières années a mené à des décisions reconnues par Bill jeudi passé.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer