Exclusif

Projet de zoo privé à Lévis

Avec le Zoo du site des Pins, Pierre... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Avec le Zoo du site des Pins, Pierre Côté et sa fille Alexandra proposent un vaste site récréotouristique où les gens pourraient pique-niquer tout en étant en contact étroit avec les animaux.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Amoureux des animaux, Pierre Côté et sa fille Alexandra projettent d'ouvrir un zoo qui accueillerait entre autres des tigres, des grizzlis et des hyènes sur le site des Pins, à Lévis. Ils attendent toutefois un changement de zonage pour aller de l'avant.

«On veut faire quelque chose de l'fun pour les petites familles, on veut que ça bouge à Pintendre», lance Pierre Côté, enthousiaste, en entrevue au Soleil. Propriétaire de Contrôle d'animaux domestiques (CAD), qui s'occupe de la gestion des chats et des chiens sur tout le territoire de la Ville de Lévis, M. Côté a de grandes ambitions pour le site des Pins, un terrain de trois millions de pieds carrés, qu'il a acheté il y a quelques années.

Alexandra Côté, la chargée de projet, parle d'un vaste site récréotouristique où les gens pourraient pique-niquer tout en étant en contact étroit avec les animaux. «On veut que ça reste très naturel, et garder plusieurs grands pins», exprime-t-elle.

Le Zoo du site des Pins comprendrait une mini-ferme, plusieurs animaux de la faune québécoise, comme des cerfs, des orignaux, des ours noirs et quelques animaux exotiques. Mais pas question pour l'instant de se lancer dans la savane africaine, avec des girafes et des éléphants par exemple, étant donné la complexité des installations à construire pour accueillir de tels animaux.

Le futur Zoo du site des Pins ne serait pas aussi gros que les zoos de Granby ou de Saint-Félicien, par exemple. Il serait plutôt comparable, en nombre d'animaux, au Zoo de Falardeau, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Déjà, les entrepreneurs ont fait aménager un accès qui part du chemin des Couture, dans Pintendre, et qui va jusqu'aux deux lacs du site des Pins, autrefois utilisé par les scouts, mais abandonné depuis plusieurs années. «On va oxygéner les lacs en mettant de grandes fontaines», explique M. Côté.

Ayant en main les plans de ce à quoi ressemblera leur pavillon principal, la famille Côté a déjà construit les fondations du bâtiment et aménagé le stationnement au cours de l'été. Elle aimerait ouvrir un casse-croûte et un bar laitier à l'intérieur, de même qu'une salle de réception à l'étage. Le tout serait accessible aux personnes âgées et handicapées, indique M. Côté.

D'autres activités pourraient se greffer au zoo, comme des sentiers d'hébertisme, une tyrolienne et des jeux d'eau pour les enfants. M. Côté aimerait aussi construire un pont de bois au-dessus de la petite rivière à la Scie, qui traverse le site. «Il y a tellement de belles choses à faire ici, on a plein d'idées», lance-t-il.

Le jardin zoologique serait entièrement financé par M. Côté et le prix d'entrée sur le site ne serait pas très élevé. «On veut que ce soit une activité abordable pour les familles», soutient Mme Côté.

Parc à chiens

Le projet n'en est toutefois qu'à ses débuts et la famille ne peut prévoir une date d'ouverture. Elle doit tout d'abord convaincre la Ville de Lévis et la Commission de protection du territoire agricole du Québec de changer le zonage de tout le terrain, pour qu'il passe d'agricole à récréotouristique. Une fois cette étape franchie, elle compte s'adresser au ministère de la Faune pour obtenir un permis de jardin zoologique.

Pour le moment, M. Côté a en main toutes les autorisations nécessaires pour construire un parc à chiens au coeur du site des Pins, soit des enclos fermés où les citoyens pourraient faire courir librement leur bête. Il ne s'est toutefois pas encore entendu avec la Ville de Lévis pour l'exploitation de ce parc. Et il préfère attendre que le dossier du zoo soit plus avancé afin de placer le parc à chien au meilleur endroit possible sur le vaste terrain.

La Ville de Lévis, qui ne gère aucun parc à chiens public pour le moment, avance prudemment dans ce dossier. «On aimerait partir de cette expérience-là du parc à chiens à Pintendre, et voir un peu ce que ça donne pour pouvoir l'implanter ailleurs sur le territoire», a commenté le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, mercredi.

La Ville s'informe également des coûts dans d'autres municipalités qui gèrent des parcs à chiens. «Honnêtement, ce qu'on nous dit, c'est que ça demande un certain budget de fonctionnement. C'est beaucoup de travail, beaucoup d'organisation, faut faire l'inventaire de ça, voir ce qu'il en coûte pour implanter un parc à chiens, ce qu'il en coûte pour le faire fonctionner, pour le gérer», énumère le maire Lehouillier, qui se dit cependant toujours ouvert à faire «l'expérience» sur les terrains de M. Côté, dans le secteur Pintendre. Une expérience qui serait indépendante du projet plus global de zoo.

Pas encore ficelé, dit le maire Lehouillier

La Ville de Lévis est au courant des intentions de la famille Côté d'ouvrir un zoo, mais manque de documents pour faire avancer le dossier. 

«Ce qu'on a, c'est très préliminaire. On n'a pas de projet concret, ficelé, qui nous a été présenté», a commenté le maire Gilles Lehouillier mercredi. 

La Ville veut connaître tous les plans et les bâtiments qui seront construits avant de se présenter devant la Commission de protection du territoire agricole

du Québec. «Nous, dès qu'un projet est déposé, on va le regarder sérieusement. Mais pour le moment, on n'a pas de matière.» 

Le maire Lehouillier est toutefois heureux de constater le dynamisme des entrepreneurs à Lévis. «On est ouverts à tous les projets à Lévis qui peuvent être intéressants, dans la mesure où c'est accepté par les milieux, avec les consultations publiques qui s'imposent», dit-il. 

Depuis la fermeture du Jardin zoologique du Québec, dans Charlesbourg, en 2006, aucun autre zoo n'a ouvert ses portes dans la région de Québec. Un parc animalier, nommé Zoofari, a été exploité pendant deux ans à L'Ange-Gardien, mais il a fermé ses portes abruptement en juin dernier. 

La Beauce a toutefois son jardin zoologique depuis deux ans. Le Miller Zoo, situé à Frampton, était un centre de réhabilitation de la faune, qui présente maintenant une variété d'animaux, dont une lionne et une tigresse.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer