«Pour lui, rien n'était impossible»

Roberto «Bob» Bissonnette s'est lancé dans la musique... (Archives, fournie par Bob Bissonnette)

Agrandir

Roberto «Bob» Bissonnette s'est lancé dans la musique en 2010, après avoir pris sa retraite du hockey.

Archives, fournie par Bob Bissonnette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «La clé du succès de Bob, c'est qu'il faisait sentir chacun de ses fans, chaque personne qu'il rencontrait, comme si c'était son meilleur chum.»

Les mots sont ceux de Bruno Lachance, réalisateur des 11 vidéoclips de la carrière de Bob Bissonnette. Ayant rencontré le joueur de hockey devenu chanteur alors qu'il se lançait dans la musique, en 2010, Lachance avait depuis fait sa place dans ce que Bissonnette appelait sa famille. Une grosse famille composée de nombreux amis, de membres des Capitales de Québec, dont il était devenu coactionnaire il y a quelques mois, et de tous ceux qui mettaient l'épaule à la roue pour faire avancer sa carrière.

Tant de gens endeuillés, lundi, dont plusieurs ont accepté de dépeindre au Soleil le sympathique Roberto «Bob» Bissonnette comme ils l'avaient connu: authentique, drôle, créatif et ambitieux.

Ex-capitaine des Olympiques de Hull, dont il avait porté les couleurs de 1998 à 2002, Bissonnette avait poursuivi sa carrière dans le hockey professionnel et semi-professionnel durant plusieurs années avant de faire le saut, en 2010, dans le monde de la chanson.

Le Colisée en rêve

«J'ai été présenté à lui tout de suite après la sortie de son premier album par un ami interposé. La première chose qu'il m'avait dit, c'est qu'il voulait faire le Colisée de Québec dans la prochaine année», se rappelle Stéphanie Legros, ancienne responsable des communications de l'artiste. «C'était un boute-en-train qui faisait sentir tout le monde autour de lui important. Un cabochon assumé, comme il le disait lui-même. Mais surtout un éternel ambitieux et audacieux, avec une tête de business comme je n'en ai jamais rencontré de ma vie. Pour lui, rien n'était impossible.»

«Le cerveau de Bob tournait tout le temps. Il avait toujours des idées, ça n'arrêtait jamais, et il n'attendait pas de subventions pour que ça se concrétise. Il le faisait lui-même», ajoute Bruno Lachance. Il avait mené sa carrière musicale sans maison de disques et sans grande visibilité, mais le lien privilégié que Bissonnette créait avec son public a rapidement fait effet sur les réseaux sociaux. «Tout le monde était proche de Bob, tout le monde avait une photo avec lui. Il mordait dans la vie et en profitait de toutes les façons imaginables.»

La carrière dans la musique de Bissonnette était liée à la carrière dans le hockey de son ex-coéquipier chez les Olympiques, Maxime Talbot. Le chansonnier s'était d'abord fait connaître des internautes québécois grâce à une interprétation d'une de ses compositions, Chris Chelios, filmée à son insu lors d'une fête privée organisée par Talbot après sa conquête de la Coupe Stanley avec les Penguins, en 2009. Talbot avait ensuite financé le premier de trois albums de son ami.

«Tu me manques déjà»

De la Russie, où il poursuit sa carrière dans la KHL, Maxime Talbot a livré un vibrant hommage à Bissonnette, dimanche soir, sous le choc de son décès. «Les joueurs de hockey, ça ne pleure pas. À part présentement et le lendemain de ton échange de Hull vers Bathurst quand je me suis retrouvé seul sur le banc de l'aréna Guertin en m'ennuyant de mon héros. [...] La vie ne sera plus la même sans toi mon chum. Tu me manques déjà. Merci pour tout. Au revoir.»

«C'était un gars extrêmement vrai. Si tu le rencontrais une fois, c'est automatique qu'il devenait ton chum», a pour sa part confié au Soleil le boxeur Éric Martel-Bahoéli, qui avait évolué avec Bissonnette dans le hockey senior, à Donnacona. Récemment, le chanteur l'avait approché pour faire la sécurité dans ses spectacles. «Il cherchait quelqu'un qui, plutôt que de brasser les spectateurs turbulents, les amènerait tranquillement à l'arrière en leur promettant que Bob viendrait les voir après le spectacle.»

Ce qu'ils ont dit...

«Je crois que la seule façon d'être éternel, c'est de marquer tellement les autres qu'on continue à vivre dans leurs souvenirs. Pour ma part, ta grande gentillesse, ton sens de l'humour et ton sourire resteront dans ma mémoire!» - L'humoriste Alexandre Barrette, ancien camarade de classe de Bissonnette

*****

«Toi, mon chum, tu l'as saisi le moment. Tu savais comment ça fonctionne, la vie. Tu as profité et en a fait profiter les autres. Tu as vécu tes rêves, mon ami. Tu touchais à tout, voulais tout comprendre, voulais tout changer.» - Maxime Talbot

*****

«Je n'y crois tout simplement pas. Je ne veux pas y croire. [...] Tu voulais changer le monde. Tu as changé ma vie, buddy.» - Maxime Talbot

*****

«J'ai le coeur déchiré en écoutant tes albums. Bob, tu resteras une légende qui a apporté beaucoup à nos vies. Merci d'avoir été toi.» - Le défenseur Bruno Gervais, coéquipier de Bissonnette chez le Titan d'Acadie-Bathurst

*****

«Bob Bissonnette célébrait la vie tous les jours. Le party vient juste de se terminer.» - L'ex-gardien de but Martin Biron, maintenant analyste au réseau TSN

*****

«Bob Bissonnette, c'était la générosité, c'était l'amour, c'était faire rire le monde. Il faut vraiment se servir de sa force pour continuer d'avoir du fun.» - Son ami Marto Napoli, animateur à Énergie

*****

«Bob Bissonnette a vécu sa vie exactement comme il voulait la vivre. À 100 milles à l'heure, debout sur la pédale. Le chanteur du hockey est mort; repose en paix, Roberto.» - Son ami Jean-Charles Lajoie, animateur au 91,9 Sport

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer