Labeaume responsable de la baisse au RTC, dit l'opposition

La baisse de l'achalandage du transport en commun... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La baisse de l'achalandage du transport en commun est d'autant plus déplorable qu'elle survient dans un contexte où la congestion routière augmente à Québec, souligne l'opposition.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'administration Labeaume est responsable de la baisse d'achalandage dans les autobus, estime Démocratie Québec qui invite le maire à «reconnaître cet échec» et à «corriger le tir».

Le parti d'opposition à l'hôtel de ville de Québec a réagi jeudi aux chiffres contenu dans le rapport annuel du Réseau de transport de la capitale (RTC) faisant était d'une baisse de 3% en 2015, loin de la hausse souhaitée de 1%.

Le RTC a enregistré 45,2 millions de déplacements en 2015, ce qui représente 1,4 million de moins qu'en 2014.

«Il est décevant de constater que les choix de l'administration Labeaume ont pour résultat la baisse de l'achalandage du transport en commun, surtout dans un contexte où la congestion routière augmente à Québec et qu'un des principaux objectifs du plan de mobilité durable est d'augmenter la part modale du transport en commun», a commenté dans un communiqué le chef de l'opposition, Paul Shoiry.

Sa collègue Anne Guérette se dit pour sa part préoccupée par la baisse d'adhésion au programme Abonne-BUS qui vise à voir les travailleurs troquer leur voiture pour le bus.

«Comment peut-on penser pouvoir réduire la congestion le matin et le soir si on n'incite pas les travailleurs à utiliser les transports en commun? Si le RTC veut conserver ses usagers et en attirer de nouveaux, il devra corriger le tir. Quand est-ce qu'on va appliquer le Plan de Mobilité durable?» a demandé Mme Guérette.

Aux yeux des élus de Démocratie Québec, l'arrivée du Service rapide par bus (SRB) dans plusieurs années «n'améliorera en rien la situation à court terme». Les conseillers de l'opposition croient plutôt qu'il faut bonifier les parcours express, repenser la déserte et peut-être à «la mise en place d'un lien direct entre Lebourgneuf et le centre-ville».

«Pour l'administration Labeaume, le transport en commun, ce n'est pas une priorité, dit pour sa part le conseiller Yvon Bussières. La preuve, la priorité du maire en matière de transports c'est l'élargissement des autoroutes.»

«Je regarderais dans ma cour»

Questionné sur la sortie de l'opposition, le président du RTC, Rémy Normand, a invité Paul Shoiry à se rappeler qu'il a lui-même présidé le réseau de transports en 2002 et 2004.

«Or, il a subi exactement la même baisse d'achalandage que ce que nous subissons en ce moment, soit de 3%. Je regarderais un peu dans ma cour», a lancé M. Normand. Il défend le bilan de son administration et rappelle que le transport collectif un service que les gens demeurent libre ou non d'utiliser.

«On ne peut pas nous taxer de ne pas investir dans le transport en commun. Mais au bout du compte, personne ne tort un bras aux citoyens pour qu'ils prennent le transport en commun, a conclu M. Normand. Ça reste une question de libre choix.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer