Pas de bouffe de rue dans le Vieux-Québec et sur Grande Allée

La consultation sur la cuisine de rue à Québec est lancée et culminera vers une... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La consultation sur la cuisine de rue à Québec est lancée et culminera vers une journée d'audiences le 4 octobre. Mais déjà, l'administration Labeaume a fait son nid : elle ne souhaite pas voir de camions-restaurants s'installer dans le Vieux-Québec ou sur la Grande Allée.

«C'est sûr que le Vieux-Québec et la Grande Allée, ce n'est pas si évident que ça pour la cuisine de rue et ça, on se l'est fait dire», a indiqué la vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, Julie Lemieux, en conférence de presse en prévision des consultations.

Questionnée, l'élue a laissé entendre que le secteur du boulevard Champlain serait «peut-être» plus approprié. On pourrait aussi imaginer des camions-restaurants dans le Vieux-Québec, mais à l'occasion d'événements ponctuels, a-t-elle dit.

«On évitera de placer un camion de cuisine de rue devant un restaurant. Il faut avoir le respect d'éviter la concurrence», a renchéri Jean Soulard, chef émérite et président du comité de consultation sur la cuisine de rue.

La volonté de ne pas nuire aux restaurants existants, surtout dans l'arrondissement historique et les rues commerciales, est la principale des orientations préliminaires contenues dans un document préparé par le comité formé en juin.

Ce Guide du participant, disponible au www.villequebec.qc.ca/cuisinederue, servira à mettre la table pour aider les gens intéressés à préparer leur mémoire. Autant les citoyens que les restaurateurs ou les organismes ont jusqu'au 27 septembre pour déposer un mémoire. Les audiences auront lieu le mardi 4 octobre de 13h30 à 16h30 et de 19h à 22h au Centre récréatif Saint-Roch.

Le groupe de travail présidé par M. Soulard composé d'élus, de représentants des commerçants et des restaurateurs du Vieux-Québec avait le mandat d'explorer «les diverses possibilités pour les camions de cuisine de rue à Québec» en prévision des consultations de cet automne.

Le groupe a aussi dégagé six orientations préliminaires. Outre le fait de ne pas nuire aux restaurateurs qui ont pignon sur rue, le comité souhaite de futurs camions de cuisine de rue propres, sécuritaires, bien encadrés et qui offrent une cuisine à l'image de la qualité gastronomique de la ville de Québec.

«On pense que la ville de Québec a une identité gastronomique et qu'il y a autre chose que des frites et des hot-dogs», a dit Jean Soulard lundi, réitérant sensiblement sa position exprimée lors de l'annonce du comité en juin.

Dans le Guide du participant, on indique que «la Ville souhaite se doter d'une vision claire de la cuisine de rue» et «promouvoir l'établissement d'une vision d'ensemble».

Le comité produira d'ici la fin de l'année un rapport à la lumière des consultations du 4 octobre. Un projet-pilote de camions-restaurants devrait suivre à l'été 2017.

Jean Soulard, chef émérite et président du comité... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Jean Soulard, chef émérite et président du comité de consultation sur la cuisine de rue, le maire Régis Labeaume et Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, ont dévoilé lundi les modalités de la journée d'audiences qui se déroulera le 4 octobre prochain.

Le Soleil, Patrice Laroche

Revoir le moratoire sur les restos?

La consultation sur les camions de cuisine de rue est une étape d'une réflexion plus vaste sur la restauration dans le Vieux-Québec, a dit le maire Régis Labeaume lundi. 

«C'est aussi l'occasion de questionner le moratoire à Québec, qui fait qu'on ne peut pas ajouter un restaurant. Tu peux en ouvrir un en achetant un permis qui existe, c'est comme ça que ça fonctionne», a-t-il lancé en conférence de presse annonçant la consultation sur les camions-restaurants (voir autre texte). 

«Il y a des gens qui me disent qu'à cause du moratoire, il y a moins d'activité dans le Vieux-Québec. D'autres disent qu'on va fragiliser les restaurants existants. Je n'ai pas la réponse, mais ça vaut la peine de se poser la question.» Le moratoire est en vigueur depuis «plus de 25 ans», a-t-il dit. 

Questionné à savoir s'il n'y a pas de contradiction dans l'idée de préférer ne pas avoir de camions de cuisine de rue dans ce secteur tout en réfléchissant à la pertinence des restrictions sur les permis, le maire n'a pas été plus loin, insistant sur le fait que la consultation sur les camions-restaurants doit venir en premier.

Consultation sur la cuisine de rue

Date limite d'inscription pour déposer un mémoire : 27 septembre, 16h

Audition des opinions : 4 octobre de 13h30 à 16h30, et de 19h à 22h

Centre récréatif Saint-Roch (230, rue du Pont)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer