Dans la bouette... avant le «oui, je le veux»!

  • Avant de se marier en après-midi, Micheline Baril tenait à participer à l'événement Total bouette. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Avant de se marier en après-midi, Micheline Baril tenait à participer à l'événement Total bouette.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 1 / 12
  • Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 2 / 12
  • Un groupe de 75 personnes a participé à l'événement pour soutenir Jean-François Baril, 33 ans, qui est atteint de sclérose en plaques. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Un groupe de 75 personnes a participé à l'événement pour soutenir Jean-François Baril, 33 ans, qui est atteint de sclérose en plaques.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 3 / 12
  • Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 4 / 12
  • Micheline Baril avec celui qui allait devenir son mari plus tard dans la journée, Jeffrey Hayes. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Micheline Baril avec celui qui allait devenir son mari plus tard dans la journée, Jeffrey Hayes.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 5 / 12
  • Près de 2000 coureurs ont participé à la course à obstacles organisée par la Société canadienne de la sclérose en plaques. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Près de 2000 coureurs ont participé à la course à obstacles organisée par la Société canadienne de la sclérose en plaques.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 6 / 12
  • Se salir peut parfois rimer avec plaisir! (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Se salir peut parfois rimer avec plaisir!

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 7 / 12
  • Les organisateurs de la course à obstacles espéraient amasser près de 150 000 $ pour la recherche sur la sclérose en plaques. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Les organisateurs de la course à obstacles espéraient amasser près de 150 000 $ pour la recherche sur la sclérose en plaques.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 8 / 12
  • L'événement avait lieu à Neufchâtel, samedi matin. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    L'événement avait lieu à Neufchâtel, samedi matin.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 9 / 12
  • C'est ce qui s'appelle «plonger» pour la cause! (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    C'est ce qui s'appelle «plonger» pour la cause!

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 10 / 12
  • Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Petits et grands ont pataugé avec plaisir dans la boue.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 11 / 12
  • L'activité se tient depuis quatre ans dans la capitale. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    L'activité se tient depuis quatre ans dans la capitale.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que certaines femmes prennent une demi-journée à se préparer pour leur mariage, Micheline Baril, elle, a préféré sauter dans la bouette quelques heures avant de dire le fameux «oui, je le veux».

Samedi matin, le cadran sonne; petit déjeuner, puis direction l'événement Totale bouette, à Neufchâtel. À 9h45, en compagnie d'un groupe de 35 personnes, Mme Baril prend le départ pour un parcours de cinq kilomètres où elle devra franchir une vingtaine d'obstacles.

Vers 11h30, elle termine finalement sa course, essoufflée et mouillée de la tête au pied. La future - ou nouvelle, aujourd'hui - mariée est encore facilement reconnaissable. Elle porte toujours un semblant de voile sur sa tête.

Questionnée par Le Soleil sur les motivations l'ayant poussé à participer à un tel événement le jour de son mariage, Mme Baril répond du tac au tac avec le sourire, sans toutefois regretter son choix: «En boisson, on dit toujours n'importe quoi...»

C'est à l'été 2015, lors du mariage de son frère, que son conjoint, Jeffrey Hayes, a fait la grande demande, après 39 ans passés ensemble. Blessé à une hanche, il n'a toutefois pas pris de bain de bouette, samedi. «Elle ne manque pas de courage», a-t-il confié quelques minutes après avoir vu sa conjointe traverser le fil d'arrivée et recevoir sa médaille.

Mariage en jeans

«Lorsqu'il m'a fait la demande, j'ai dit oui, à condition qu'on fasse Totale bouette et qu'on se marie en jeans. Je tenais à ça. Finalement, on a choisi de ne pas se marier en jeans», raconte la dame, dont l'union était prévue à 16h au domaine Maizerets. «On a choisi la date de notre mariage en conséquence de l'événement. On voulait se marier le 20, car c'était sa fête, et j'ai dit non, car Totale bouette, c'est le 27 août», poursuit-elle.

Mme Baril indique avoir développé l'an dernier sa passion pour la course. Elle a notamment participé à une épreuve de cinq kilomètres à New York, aux États-Unis, avec des membres de sa famille.

«J'ai vraiment aimé ça. [...] Et j'étais curieuse d'essayer quelque chose de nouveau», confie-t-elle, ajoutant que l'événement se tient également au profit d'une bonne cause.

L'objectif des organisateurs était d'amasser près de 150 000 $ pour la recherche sur la sclérose en plaques. Près de 2000 coureurs ont participé à la course à obstacles, organisée par la Société canadienne de la sclérose en plaques. L'activité se tient dans la capitale depuis quatre ans.

L'entrevue terminée, le temps commençait à filer pour la future mariée de 59 ans, dont la journée s'annonçait encore bien chargée d'émotions.

Tous pour un!

Ils étaient une quinzaine de coureurs l'an dernier à participer à l'événement Totale bouette pour soutenir Jean-François Baril, atteint de sclérose en plaques. Cette année, ce sont près de 75 personnes qui se sont déplacées pour soutenir l'homme de 33 ans.

Rencontré par Le Soleil sur les lieux de l'événement, «Jeff» était tout sourire entouré de sa conjointe, d'amis, de proches et de connaissances. «On est de retour! L'équipe a légèrement grossi», se réjouit-il.

C'est le 6 septembre 2013 que M. Baril, alors âgé de 30 ans, a reçu son diagnostic de sclérose en plaques de type progressive. Depuis, son état s'est détérioré; aujourd'hui, il est contraint de se déplacer en fauteuil roulant.

«Ça va mieux. Ça a été extrêmement rapidement dans mon cas. L'an passé, je réussissais à faire quelques pas encore, mais là, je ne suis plus capable de marcher. Mais on a tout de même réussi à ralentir la maladie», raconte celui qui a reçu des traitements de chimiothérapie. «Voir autant de monde pour venir me supporter aujourd'hui, ça me donne une énergie énorme», poursuit-il, notant qu'il attendait avec impatience ce moment.

L'an prochain, il espère avoir assez de coureurs pour former un départ complet, c'est-à-dire 110 personnes. «C'est ce qu'on vise. C'est une cause très importante», conclut celui qui allait suivre son groupe sur un véhicule tout terrain. Il prévoyait d'ailleurs prendre part à au moins un bain de bouette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer