Projet immobilier reporté au printemps pour l'église St. Michael's

Ce n'est pas avant le printemps 2017 que... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Ce n'est pas avant le printemps 2017 que le vieux presbytère de l'église St. Michael's de Sillery sera démoli afin de faire place à quatre maisons en rangées.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La démolition du presbytère abandonné de l'église anglicane St. Michael's, son remplacement par des maisons en rangées et la conversion de la salle paroissiale en condos n'auront pas lieu avant le printemps 2017 en raison des délais occasionnés par la contestation du PPU de Sillery.

En entrevue au Soleil, la directrice générale du diocèse anglican de la capitale, Marie-Sol Gaudreau, explique n'avoir eu d'autre choix que de prendre son mal en patience à la suite d'une opposition citoyenne au programme particulier d'urbanisme du secteur jugé en dérogation avec la vocation patrimoniale de ce même secteur. Dans une décision rendue à la fin de mai, la Commission municipale du Québec l'avait cependant jugé conforme.

«Nous avons eu une rencontre avec la Ville au début de juillet pour éclaircir quelques questionnements et points techniques. Nous sommes en attente des permis afin de procéder aux travaux», mentionne-t-elle.

La contestation du PPU ayant mis le projet sur la glace pendant plusieurs mois et entrainé des retards, le début des travaux a par le fait même été repoussé au printemps prochain. «Le conseil d'arrondissement nous a appelés à quelques reprises, mais nous n'avons pas encore de plans à montrer. Nous sommes en attente de la Ville pour les permis [...] Tranquillement pas vite, on va arriver à quelque chose.»

Aucune valeur patrimoniale

Dans un premier temps, le presbytère de la rue de Bergerville, rendu inhabitable à la suite d'un incendie en 2011, sera démoli pour faire place à quatre maisons en rangée. L'immeuble ne possède aucune valeur patrimoniale. Les ouvriers procèderont ensuite à la transformation de la salle paroissiale (le Memorial Hall) du chemin Saint-Louis en six unités de condos. Il n'est nullement question de toucher aux chênes centenaires qui bordent le lieu de culte.

Les stationnements de surface des deux chantiers demeurent une préoccupation pour le diocèse. Des citoyens ont fait part de quelques «irritants» qu'on tente d'aplanir au maximum. «Notre objectif est d'avoir quelque chose de beau pour le monde et que le projet d'ensemble soit correct. Nous avons d'ailleurs l'intention de montrer nos plans au comité de citoyens de Sillery.»

Pas une fortune

Ce projet immobilier vise à renflouer les finances du diocèse anglican de Québec, mises à mal par la désaffection des fidèles. En septembre 2015, l'évêque Denis Drainville avait fait état d'une dette de 200 000 $ qui mettait en péril la survie de l'église patrimoniale.

«Si rien ne se passe, c'est sûr que nous n'avons plus les moyens de conserver les bâtiments et de les entretenir, avait-il expliqué au Soleil. Nous avons de sérieux problèmes financiers. Nous ne sommes plus en mesure de maintenir les lieux dans leur état actuel.»

Comme toutes les communautés religieuses, l'Église anglicane de Québec doit composer avec une baisse radicale du nombre de pratiquants et de donateurs. Ils ne sont plus qu'une vingtaine à assister aux cérémonies, comparativement à quelque 1600 au milieu du siècle dernier.

«Il ne faut pas que le projet coûte une fortune afin qu'il reste de l'argent pour l'église», termine Mme Gaudreau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer