Amphithéâtre: la Ville continuera d'avoir les infos, assure le maire

Le Centre Vidéotron... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le Centre Vidéotron

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec a toujours eu et continuera d'avoir accès aux informations relatives aux événements qui se déroulent dans le Centre Vidéotron, y compris le nombre de billets vendus par spectacle, assure Régis Labeaume.

Le maire de Québec est sorti de ses vacances expressément pour réagir à un reportage du Soleil paru vendredi. On y révélait notamment un document obtenu par la Loi sur l'accès à l'information, selon lequel QMI Spectacles (Québecor) veut cesser de fournir à la Ville des informations sur le nombre de billets vendus par spectacle. «C'est complètement faux. On a l'information sur tous les billets vendus, à chaque spectacle [...] Non seulement on l'a après, on l'a avant [l'événement]», a tranché le maire en mêlée de presse à Roberval, précisant que la Ville se servait entre autres de ces chiffres pour préparer la sortie des spectateurs après chaque spectacle (présence policière, par exemple).

Dans un document interne remis au Soleil, le Service des finances de la Ville présente pourtant des changements à venir dans l'entente signée entre Québec et Québecor. Sous la mention «charges contractuelles», soit les redevances qui reviennent à la Ville, il est mentionné que «des représentants du Locataire» sont d'avis «que les informations actuellement fournies à ExpoCité dans le cadre des règlements d'attraction sont confidentielles et que par conséquent des ajustements sur les échanges d'information sont à prévoir».

Régis Labeaume... (Photothèque Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Régis Labeaume

Photothèque Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Plus loin dans le même paragraphe, on ajoute qu'il a «été convenu que dorénavant, un rapport provenant directement de Ticketmaster serait remis à ExpoCité dans lequel le nombre de billets par tranche de charges contractuelles sera donné à ExpoCité». En bref, l'information transmise par Québecor à la Ville ferait désormais abstraction des événements et plutôt référence à la quantité de billets vendus par tranche de revenus pour la Ville. La Ville reçoit 10 % du prix d'un billet jusqu'à concurrence de 4 $ maximum. 

«Je ne sais pas d'où ça vient», a affirmé M. Labeaume à propos de ces changements. «On a accès et on va avoir accès», a-t-il martelé. 

Sur les cachets d'artiste, que QMI Spectacles ne dévoilera à personne, ni même au Service des finances de la Ville, le maire Labeaume n'en a pas fait de cas. «Ça fonctionne comme ça», a-t-il dit, rappelant qu'il a déjà été président du Festival d'été et soulignant que de telles données étaient sensibles du point de vue de la concurrence.

Guérette stupéfaite

De son côté, la conseillère de l'opposition Anne Guérette ne digère pas du tout les nouvelles règles faisant en sorte que la Ville de Québec ne pourra pas connaître le cachet des artistes et le nombre de billets vendus par spectacle au Centre Vidéotron.

La conseillère de l'opposition Anne Guérette... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

La conseillère de l'opposition Anne Guérette

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

L'élue y voit la concrétisation des craintes émises par son parti Démocratie Québec dès la signature de l'entente de gestion avec Québecor. «On trouve ça inacceptable. C'est un équipement qui nous appartient», a-t-elle décoché à propos de l'édifice inauguré en septembre 2015 et construit avec 370 millions $ de fonds publics.

«Le maire nous avait dit qu'on aurait toute l'information. Il disait qu'on était négatif, mais on commence à avoir les preuves des doutes qu'on avait soulevés dès le début», a-t-elle lancé en entrevue. «On s'enfonce chaque jour vers de plus en plus d'opacité. Pour qui le maire de Québec devrait-il travailler? Pour ses citoyens ou pour des grosses machines?»

Aux yeux de Mme Guérette, chacun des amendements aux modalités de l'entente demandés par Québecor est une étape de plus montrant que le maire Régis Labeaume «a mal négocié cette entente». «On travaille à la pièce.»

«Ce qui avait été prévu est qu'on nous remettrait tous les détails. Or, on nous a fait voter un changement disant qu'on ne recevra plus les documents, mais que des gens de la Ville devaient se rendre sur place. Aujourd'hui, on veut encore changer les règles du jeu pour donner de moins en moins d'information», a-t-elle dénoncé.  Avec Louis Potvin (Le Quotidien)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer