Saint-Augustin: des contrats octroyés en 2009 font sourciller le maire

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, s'interroge sur des décisions prises par les élus municipaux il y a près de sept ans dans le dossier de la réfection du Collège Saint-Augustin, devenu le Centre Jean-Marie-Roy.

Le Centre Jean-Marie-Roy, que le maire considère comme un gouffre financier, mais que les cinq conseillers issus de l'administration de l'ancien maire Marcel Corriveau souhaitent conserver, est l'une des pommes de discorde entre les deux clans qui sont présentement en guerre ouverte au conseil municipal de Saint-Augustin.

Le maire Juneau a diffusé jeudi un communiqué de presse où il laisse entendre que les conseillers auraient séparé en sept mandats de moins de 25 000 $ un mandat de 170 000 $ confié au bureau d'experts-conseils en ingénierie Les Consultants Laforte afin d'éviter de procéder à un appel d'offres.

«Considérant que la Loi sur les cités et villes stipule qu'un mandat de plus de 100 000 $ doit être octroyé par appel d'offres public, comment expliquer et justifier qu'en 2009, la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures ait octroyé pas moins de sept mandats distincts de moins de 25 000 $ chacun sans appel d'offres au bureau d'experts-conseils en ingénierie Les Consultants Laforte pour un montant total maximal de près de 170 000 $, alors que tous ces mandats portaient sur un seul projet, soit la réfection du Collège Saint-Augustin, aujourd'hui appelé Centre communautaire Jean-Marie-Roy?» s'interroge le maire.

M. Juneau a joint à son communiqué une copie des sept résolutions adoptées entre le 14septembre et le 21 décembre 2009 et proposées par les conseillers Denis Côté, Louis Potvin, Guy Marcotte, Lise Lortie et l'ex-conseiller Denis Lapointe.

Pas la faute des conseillers

Joint à son domicile par Le Soleil, le conseiller du district Les Bocages, Guy Marcotte, a refusé de porter le blâme pour ces décisions prises en 2009. «Je ne me rappelle pas exactement de tous les détails, ça fait quand même sept ans, mais je peux vous dire que nous, les conseillers, n'avons certainement pas décidé de séparer un mandat en sept», a-t-il affirmé.

«Les mandats comme celui-là étaient préparés par l'administration municipale et non pas par les conseillers. Moi, je n'ai jamais eu cette façon de faire là», a poursuivi M. Marcottte.

Au début du mois, le maire et les conseillers s'étaient entendus pour lancer un second appel d'intérêt pour le Centre Jean-Marie-Roy. La Ville a déjà dépensé 19 millions $ dans le Centre Jean-Marie-Roy, et d'autres rénovations sont nécessaires au niveau du toit et des fenêtres. Le maire Juneau, qui est très favorable à la vente du bâtiment, avait vu les conseillers rejeter l'offre de 500 000 $ qui avait été déposée à la suite de l'appel d'intérêt de 2015 pour le bâtiment et le terrain évalués à 15 millions $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer