Lévis veut baisser le son du voisinage

On a tous connu des voisins fêtards aux...

Agrandir

On a tous connu des voisins fêtards aux goûts musicaux douteux et nocturnes, un chien jappeux, une tondeuse un peu trop matinale. Mais avant d'appeler la police, parlez-vous, dit en substance Lévis dans sa campagne au ton ludique lancée cette semaine.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'été bat son plein et les bruits qui viennent avec aussi! Mais plusieurs coups de fil à la police peuvent être évités, estime la Ville de Lévis qui mise sur le civisme et le bon voisinage pour contrer la hausse des plaintes.

On a tous connu des voisins fêtards aux goûts musicaux douteux et nocturnes, un chien jappeux, une tondeuse un peu trop matinale. Mais avant d'appeler la police, parlez-vous, dit en substance la municipalité dans sa campagne au ton ludique lancée cette semaine.

«Cet été, tout le monde s'entend» est le slogan à double sens de cette offensive qui se déploie ces jours-ci sur des panneaux publicitaires, dans un encart dans le journal municipal et sur le Web.

Pourquoi une campagne sur le bruit? Parce que les plaintes ont bondi. Assez pour faire réagir l'administration Lehouillier.

Bon an mal an, la police de Lévis reçoit en moyenne 1150 plaintes pour le bruit. Mais la hausse a été marquée ces dernières années, passant de 1009 en 2014 à 1225 en 2015.

Du lot, la majorité, soit 66 %, touche le résidentiel. «Contrairement à ce qu'on pourrait penser, peu de plaintes viennent des bars ou des chantiers de construction», a commenté au Soleil le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. En effet, seulement 5 % des plaintes portaient sur le bruit dans les débits de boisson et 3 % sur celui émis par les chantiers.

«On a mis au point cette campagne à la lumière des statistiques et des chiffres qui nous ont surpris», a expliqué M. Lehouillier.

Conclusion : la ville estime que bien des conflits sonores pourraient être désamorcés en amont, avant un appel aux forces de l'ordre.

«Pourtant, une discussion entre voisins est beaucoup plus agréable qu'une visite des policiers», illustre le maire de Lévis.

 Couverture du Petit guide pratique du bon voisinage... - image 2.0

Agrandir

 Couverture du Petit guide pratique du bon voisinage de la Ville de Lévis

Civisme 101

Un document de quatre pages rappelle donc quelques règles de civisme à la population portant sur l'heure limite de 23h selon le règlement municipal, le bruit des animaux de compagnie ou de la musique pendant un BBQ.

On y propose aussi sur un ton humoristique de prendre le temps d'aviser les voisins de l'organisation d'une fête ou d'y penser à deux fois avant de démarrer les travaux de rénovation à l'aube. 

Par exemple, celui de réduire les décibels dans la piscine. «Vous avez l'impression que les enfants de votre voisin ne trouveront jamais Marco Polo? Une plainte ne les aidera pas dans leur quête. Discutez-en directement avec votre voisin et soyez clément. Après tout, l'été c'est fait pour jouer», peut-on lire dans le fascicule.

«On ne voulait pas avoir un ton moralisateur», note la conseillère en communications à la Ville de Lévis, Nicole Rodrigue à propos du caractère léger de la campagne.

Mais, dit-elle, un simple rappel qu'il est possible de parler à son voisin avant d'appeler la police ne fait pas de tort. «On est dans une ère où la communication est facile, mais ça se fait via les réseaux sociaux. Quand vient le temps de parler au voisin, ce n'est peut-être pas la première chose qu'on fait», dit-elle.

Quatre conseils du bon voisinage

  1. Soyez tolérants jusqu'à 23h. Après quoi, parlez directement à votre voisin avant d'appeler la police.
  2. Prenez «un bon café» avant de commencer vos travaux de rénovations... histoire de laisser dormir vos voisins un peu plus longtemps.
  3. Reporter «la taille de votre pelouse ou la taille de vos cèdres d'une journée» si vous voyez que les voisins ont de la visite.
  4. Installez une minuterie sur le système de filtration de votre piscine.
Source : «Cet été, tout le monde s'entend», Petit guide pratique du bon voisinage, Ville de Lévis

Les plaintes moins ciblées à Québec

La Ville de Québec n'envisage pas de campagne comparable à celle de sa voisine de l'autre rive. Le nombre de plaintes pour nuisance est en moyenne de 3000 par an, mais elles ne sont pas ventilées pour isoler celles liées au bruit du voisinage comme à Lévis, explique le porte-parole de la Ville de Québec, David O'Brien. «Le nombre de 3000 plaintes liées au voisinage est stable, a dit M. O'Brien. Mais on ne peut pas dire combien concernent le bruit.» Difficile, donc, de savoir si les décibels des citoyens de Québec ont augmenté, ou si leur tolérance au bruit des autres a baissé ces dernières années.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer