Le défilé gai de retour à Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une bonne dizaine d'années d'absence, Québec aura de nouveau un défilé de la fierté gaie, le 2 septembre prochain, lors de la Fête Arc-en-ciel 2016. L'Alliance Arc-en-ciel de Québec, organisme qui défend les intérêts des gais et lesbiennes de la région, en a fait l'annonce jeudi matin, lors d'une conférence de presse à laquelle s'est associé le chanteur et guitariste des Lost Fingers Byron Mikaloff.

«C'est un peu la thématique de cette année, Briller de tous ses feux, qui a amené ça, a indiqué le directeur de l'Alliance, Louis-Filip Tremblay. On s'est dit qu'il faudrait qu'on fasse quelque chose qui viendrait le souligner artistiquement, alors pourquoi ne pas ramener un défilé? Ce ne sera pas nécessairement comme les autres défilés de la fierté gaie, ce sera plus un défilé artistiquement dirigé du début à la fin, avec des thématiques différentes dans six tableaux.»

Comme en d'autres occasions, tout au long des quatre jours que durera la Fête Arc-en-ciel, l'un de ces «tableaux» rendra hommage aux victimes de la tuerie d'Orlando, où un tireur a abattu 49 personnes dans un bar gai en juin dernier. Dans l'ensemble, le Défilé des lumières jouera, comme son nom l'indique, sur le thème de la lumière; il aura d'ailleurs lieu de soir, à partir de 20h, sur la rue Saint-Jean entre Turnbull et la place D'Youville.

«Depuis que c'est l'Alliance qui organise les fêtes de la fierté [depuis 10 ans], il n'y a jamais eu de défilé. [...] J'ai l'impression que lorsqu'il y en avait à Québec, il n'y avait pas nécessairement beaucoup de gens pour y participer», dit M. Tremblay.

La Fête Arc-en-ciel 2016 commencera le jeudi, 1er septembre et se poursuivra jusqu'au dimanche, principalement dans le Vieux-Québec et le quartier Saint-Jean-Baptiste.

Lost Fingers

Parmi les activités dévoilées, la «tête d'affiche», dit M. Tremblay, sera sans doute le spectacle gratuit que donneront les Lost Fingers à la place D'Youville le samedi soir.

«Ce n'est pas juste un show comme un autre, dit Byron Mikaloff, membre fondateur des Lost Fingers. C'est un show où on peut dire : "Regardez, je suis d'accord avec cette cause-là et on va l'aider, on va sensibiliser et on va créer de l'empathie".»

«Je viens de la ville de Terrace, dans le nord de la Colombie-Britannique, juste à côté de l'Alaska, et c'est très redneck comme endroit. Alors même si mes parents en parlaient à la maison, il n'y avait pas de gais, personne ne s'affichait comme tel à l'école. Et aujourd'hui, je vois des gars avec qui je jouais au volleyball qui ont fait leur coming-out et sont maintenant ouvertement gais. Mais ils ont attendu de vivre dans une grande ville avant de sortir du placard, et je trouve ça triste que des gens doivent traîner ça, qu'ils doivent jouer un personnage plutôt que d'être eux-mêmes.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer