Québec pleure avec la France

  • Le maire de Québec, Régis Labeaume, se trouve encore une fois aux côtés du consul français Nicolas Chibaeff, après Paris (Bataclan), en novembre dernier (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le maire de Québec, Régis Labeaume, se trouve encore une fois aux côtés du consul français Nicolas Chibaeff, après Paris (Bataclan), en novembre dernier

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 1 / 10
  •  (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 2 / 10
  •  (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 3 / 10
  • La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 4 / 10
  •  (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 5 / 10
  • Politiciens et citoyens ont déposé des fleurs au pied du drapeau français, mis en berne depuis l'attentat (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Politiciens et citoyens ont déposé des fleurs au pied du drapeau français, mis en berne depuis l'attentat

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 6 / 10
  • Boucar Diouf (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Boucar Diouf

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 7 / 10
  • L'heure était au recueillement, samedi (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    L'heure était au recueillement, samedi

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 8 / 10
  •  (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 9 / 10
  • L'émotion était palpable en ces heures sombres. La France a été frappée par trois attentats meurtriers en à peine 19 mois. (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    L'émotion était palpable en ces heures sombres. La France a été frappée par trois attentats meurtriers en à peine 19 mois.

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quelques centaines de personnes se sont réunies, samedi midi, au consulat général de France, à Québec, pour témoigner leur soutien au peuple français après les attentats de Nice.

Ils étaient autant d'origine française que québécoise, vers 11h, samedi, à se recueillir devant les drapeaux français, canadiens et québécois mis en berne devant le consulat de France, sur Grande Allée.

«On est presque démunis devant ce genre d'attaque. On est en guerre contre ça. C'est un mot que tout le monde utilise, mais que peut-on faire, à part dire que l'on ne se laissera pas abattre?» se questionnait Jacques, un Français exilé au Québec depuis 16 ans, résumant bien l'ambiance qui régnait dans la foule réunie pour la vigile.

De nombreux politiciens s'étaient déplacés pour témoigner de leur solidarité avec le peuple français et offrir leur soutien au consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff. La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, le ministre canadien de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, le député conservateur Steven Blainey et le maire Régis Labeaume entouraient notamment M. Chibaeff lorsque ce dernier s'est adressé à la foule. 

«Pensons aux victimes de Nice, pensons à leur famille et pensons à tous ceux qui à travers le monde subissent une violence, subissent une haine, quelle que soit les idéologies barbares qui peuvent chercher à les orchestrer et à semer la division. Pensons à tous et restons unis», a invité le consul, se disant ému de voir les gens s'être déplacés en si grand nombre. 

«C'est un signal de réunion, de fraternité et d'une certaine manière de résilience. Une volonté de maintenir nos valeurs, notre façon de vivre», a-t-il poursuivi un peu plus tard, après avoir entonné avec tous les gens réunis une solennelle Marseillaise. 

Besoin de se rassembler

Pour celui qui a eu l'idée de la vigile, Romain Vignol, les liens étroits unissant la France et le Québec expliquent le besoin de se rassembler de ce côté-ci de l'Atlantique. «Quand la France est touchée, le Québec est touché aussi et les gens ont ce besoin de venir témoigner leur solidarité avec le peuple de France. C'est un peu le seul truc que l'on peut faire que de se rassembler, montrer que l'on est touchés nous aussi et que l'on se tient debout contre le terrorisme.»

Celui qui vit au Québec depuis six ans espère ne plus avoir à organiser des rassemblements du genre, mais il le fera chaque fois qu'une attaque similaire se produira. «C'est extrêmement important parce que ça montre que ce n'est pas quelque chose de banal, peu importe la fréquence; que ce sera quelque chose que les Français et le monde n'accepteront jamais.»

Les prises de parole ont duré une trentaine de minutes, samedi, après quoi de nombreux citoyens ont patienté en file devant le consulat afin d'écrire quelques mots dans un livre vierge qui avait été laissé ouvert à cet effet. Plusieurs ont également laissé une gerbe de fleurs au pied du drapeau français.

Les Montréalais se rassemblent

Du côté de Montréal, quelque 400 personnes se sont rassemblées au consulat général de France pour commémorer l'attentat à Nice. Plusieurs personnalités politiques étaient présentes dès le début du rassemblement, dont les députés péquistes Véronique Hivon, Martine Ouellet et Jean-François Lisée, ainsi que le maire de Montréal, Denis Coderre. En face du bâtiment du consulat, au moins une dizaine de chandelles étaient disposées, avec des bouquets de fleurs, des oursons en peluche et des drapeaux de la France. Selon l'organisatrice du rassemblement, Vanessa Franco, plusieurs centaines de personnes étaient attendues. Cette Niçoise d'origine, installée au Québec depuis cinq ans, était très émue et souhaitait qu'un message de solidarité ressorte de cette soirée. Elle a estimé que la France avait déjà vécu «trop de deuils» et que c'était devenu «malheureusement» une habitude. Le maire Coderre a quant à lui affirmé que la devise de la France, «liberté, égalité, fraternité», représente «des valeurs universelles que nous devons préserver». La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer