Pont de Québec: Labeaume invitera un expert français

Le CN, propriétaire du pont de Québec, n'entend... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le CN, propriétaire du pont de Québec, n'entend pas dérouler le tapis rouge à l'expert français Michel Virlogeux afin qu'il inspecte la structure de l'ouvrage «pour des raisons de sécurité».

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire Régis Labeaume invitera l'ingénieur français Michel Virlogeux, grand spécialiste des ponts en France, à inspecter le pont de Québec et à répéter l'importance d'une nouvelle peinture.

«Je me souviens pas d'avoir entendu un spécialiste avec cette compétence-là avoir un verdict sur le pont. Vous avez le gars qui a autorisé les ponts depuis je sais pas combien d'années en France. Peut-être qu'on devrait commencer à l'écouter. On va le faire venir, on devrait être capables d'avoir accès au pont, jamais je croirai. Ensuite, on veut comprendre sa science pis pourquoi il dit ça. Vous savez, dans ce dossier-là, on tente d'être responsables pour pas trop parler de sécurité. Mais là, c'est pas moi qui l'ai dit, c'est lui. Je veux le comprendre, comme il est vraiment meilleur que moi dans les ponts», a expliqué d'un trait le maire de Québec lors de son dernier point de presse avant les vacances.

M. Virlogeux était cité dans Le Journal de Québec en début de semaine, disant que la peinture était nécessaire à la durabilité de tout pont. «Si vous ne peignez pas le pont de Québec, il tombera, c'est absolument garanti», a-t-il lancé.

M. Labeaume a convenu que M. Virlogeux a exprimé une opinion générale sur le pont de Québec, sans jamais l'avoir vu de près. «En général, ce qu'il dit, c'est pas juste ce pont-là, c'est tous les ponts. Comment une structure en métal qui rouille devrait pas voir sa capacité s'éroder? Moi je l'ai déjà dit, c'est à l'envers du bon sens. Tu remplaces les pièces, mais l'érosion, ça a un effet.» 

Selon les plans du maire, l'expert pourrait débarquer au Québec en septembre. Il sera alors présenté aux médias. 

«Accès contrôlés»

Le CN, propriétaire du pont de Québec, n'entend pas dérouler le tapis rouge. «Les accès au pont sont contrôlés pour des raisons de sécurité. L'invité du maire Labeaume pourra observer les effets qu'ont eus les sels de déglaçage sur la structure à partir du trottoir, s'il le désire», a fait savoir le vice-président des services corporatifs, Olivier Chouc. 

Celui-ci s'est aussi porté à la défense de l'ouvrage, à demi peinturé dans les années 90 et entretenu depuis en changeant les pièces trop usées. «Il existe un consensus que la structure est sécuritaire. Tous les intervenants l'ont reconnu. Remettre en question la sécurité d'une structure qu'empruntent plus de 35 000 automobilistes au quotidien est irresponsable. Ni le CN ni le ministère des Transports [du Québec] ne permettraient son utilisation s'il présentait un risque pour la sécurité des usagers. Cette discussion détourne l'attention du véritable enjeu, soit l'opportunité d'investir plus de 400 millions $ pour rehausser la valeur patrimoniale du pont», a déclaré M. Chouc. 

Les discussions sur une nouvelle peinture piétinent depuis que les libéraux de Justin Trudeau, qui s'étaient engagés à régler le problème de gré ou de force, ont fait marche arrière. Selon leur analyse, il est impossible d'obliger le CN à financer les travaux et il n'est pas dans leur intention de les subventionner. Une rencontre sur le sujet, réunissant tous les partenaires locaux, doit encore être organisée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer