Fête nationale: les commerçants de la Grande Allée toujours comblés

La St-Jean a résolument pris une tournure familiale,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La St-Jean a résolument pris une tournure familiale, ce qui n'est pas sans déplaire aux commerçants de la Grande Allée.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré un désir d'alléger les mesures de sécurité entourant la fête nationale, la foule et l'ambiance sur la Grande Allée jeudi soir ne risquaient pas de rappeler les années folles de la Saint-Jean-Baptiste à Québec. Les restaurateurs, hôteliers et tenanciers de bars du coin interrogés par Le Soleil étaient cependant loin de s'en plaindre.

Fête nationale oblige, l'hôtel Le Concorde affichait complet. «On aurait pu remplir l'hôtel deux fois avec tous les appels que l'on a reçus dans les derniers jours, mais toutes les chambres étaient déjà réservées», expliquait le directeur de l'hébergement, Jean-Luc Fluet.

Cinq ans après l'entrée en vigueur du périmètre de sécurité, les commerçants de la Grande Allée semblent toujours comblés par la formule, même après une année comme 2015, où le peu d'achalandage avait été remarqué sur la grande scène des Plaines.

Outre les barrières du périmètre de sécurité et les drapeaux du Québec ornant quelques établissements, Grande Allée n'était pas vraiment différente de n'importe quel beau soir d'été, vers 21h. Deux jeunes hommes vêtus de drapeaux du Québec et coiffés de chapeaux en forme de chopes de bière tournaient en rond les mains vides tels Doc et Marty à leur sortie de la DeLorean, comme s'ils venaient de réaliser qu'ils étaient en 2016 et non en 2006.

N'empêche, si certains jeunes rencontrés par Le Soleil évoquaient encore avec nostalgie les célébrations déjantées d'il y a quelques années sur la Grande Allée, ils ne pouvaient se dire réellement déçus de l'ambiance familiale. Ils se déplacent désormais en connaissance de cause.

«Ça commence un peu tranquille cette année, mais c'est toujours une belle soirée», lançait pour sa part le propriétaire de L'Atelier, Fabio Monti. Lui non plus ne s'ennuie pas de l'époque où il barricadait les fenêtres de son autre restaurant, le Savini, le 23 juin. Même dans un bar comme le Dagobert, le gérant Mario Julien assure qu'aucun impact ne s'est réellement fait sentir au fil des ans. La rue est peut-être plus dégarnie, mais l'établissement reçoit encore autant de clients. «Ils sont juste moins saouls, c'est plus facile à gérer.»

À minuit, la police de Québec signalait trois arrestations à l'intérieur du périmètre de sécurité, dont une seule, pour désordre, en lien avec le spectacle. «C'est très tranquille, dans la lignée des dernières Saint-Jean-Baptiste», a expliqué la porte-parole Nancy Roussel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer