Le ministère de la Culture appelé à la rescousse de l'église Saint-Coeur-de-Marie

L'église Saint-Coeur-de-Marie est située sur la Grande Allée... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'église Saint-Coeur-de-Marie est située sur la Grande Allée à Québec.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le promoteur immobilier Louis Lessard cherche à obtenir une subvention du ministère de la Culture et des Communications du Québec pour restaurer, du moins en partie, l'église Saint-Coeur-de-Marie sur la Grande-Allée.

La compagnie à numéro référant à la Société immobilière Lessard, propriétaire de l'église depuis 2014, a mandaté récemment deux lobbyistes pour mousser son projet de tour de condominiums sur ce terrain fort bien situé, à l'angle de la rue de l'Amérique française, non loin de l'Hôtel Le Concorde. 

L'église désacralisée en 1997 est en décrépitude depuis des années. Pour la première fois, en mai, la Ville de Québec s'est montrée ouverte à sa démolition si un projet de remplacement «extraordinaire» était présenté. 

L'un des lobbyistes doit faire des représentations auprès du ministère de la Culture et des Communications «afin d'évaluer les possibilités de soutien financier». «Le montant du financement est inconnu à l'heure actuelle, mais le soutien financier pourrait servir à restaurer une partie du bâtiment déjà existant», dit l'inscription au registre des lobbyistes. 

Un autre lobbyiste doit contacter la Ville de Québec pour obtenir un zonage résidentiel. Or, l'usage est déjà permis dans la zone visée. Il n'y a pas de maximum quant au nombre de logements qu'il est possible de construire, mais la hauteur permise pour un édifice est bloquée à 26 mètres, ce qui équivaut à 8 ou 9 étages. L'entreprise en construction Pomerleau est d'ailleurs déjà chargée d'entreprendre des démarches auprès de la Ville pour hausser le plafond à 59 mètres, soit environ 20 étages. 

Le promoteur Louis Lessard a décliné notre demande d'entrevue. 

Conseil du patrimoine religieux 

Le ministère de la Culture nous a indiqué, lui, que c'est le Conseil du patrimoine religieux qui est responsable de distribuer les subventions - environ 10 millions $ par année - pour restaurer le patrimoine religieux, qu'il s'agisse de bâtiments ou d'objets. 

La plus récente entente, qui date de 2014, permet aux propriétaires privés d'avoir accès à des fonds pour recycler des immeubles patrimoniaux à caractère religieux. Alors que les paroisses peuvent financer jusqu'à 85 % des travaux requis, le secteur privé doit se contenter de 25 %. Et encore, il faut que les immeubles aient une valeur patrimoniale reconnue. 

L'église Saint-Coeur-de-Marie présente une architecture particulière de style romano-byzantin, mais elle n'est pas classée. Si bien que son propriétaire ne peut espérer plus que 15 % de participation gouvernementale, au mieux. La Ville de Québec a déjà évalué qu'il en coûterait au moins 10 millions $ pour remettre le bâtiment en état.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer