Déficit au Centre Vidéotron: Labeaume critique la couverture médiatique

Le maire Régis Labeaume... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le maire Régis Labeaume

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec, Régis Labeaume, a blâmé «la guerre entre groupes médiatiques» pour l'ampleur de la couverture journalistique du déficit du Centre Vidéotron.

«Je regarde ça et je suis un peu dépassé. Je pense qu'on assiste à un autre épisode de la guerre des grands groupes médiatiques», a dit M. Labeaume dont l'administration absorbe le loyer de 729 000 $ de l'amphithéâtre.

«Je ne sais pas qui est surpris ce matin à part les compétiteurs. Et je ne les blâme pas, parce que ce sont des groupes qui se battent souvent», a-t-il ajouté.

«Qu'on décide de l'avenir du Centre Vidéotron sur les résultats des quatre premiers mois alors que c'est le moment où tu investis lourdement en commençant, je trouve ça honnêtement ridicule», a lancé M. Labeaume. «Les grands groupes peuvent bien se battre entre eux autres.»

Le comité exécutif puis le conseil municipal ont approuvé lundi l'émission d'un chèque de 729 167 $

à QMI Spectacles, filiale de Québecor et gestionnaire du Centre Vidéotron, propriétaire de TVA et du Journal de Québec. 

La somme correspond au remboursement intégral du loyer pour l'année 2015 et il confirme donc un déficit d'au moins 1,4 million $ pour les quatre premiers mois d'opération.

Guerre des médias

Appelé à préciser sa pensée sur la «guerre» médiatique, le maire a dit qu'il «disait ça en passant, de même».

Comme il l'a fait la veille, il a martelé qu'il est normal qu'une entreprise en démarrage ne soit pas immédiatement rentable.

Du côté de Démocratie Québec, le chef de l'opposition Paul Shoiry a qualifié «d'argument de pacotilles» l'idée voulant que la couverture du déficit soit due à une forme de rivalité médiatique. «Franchement, c'est un dossier important. Les médias en ont beaucoup parlé et le maire en beaucoup parlé. Il a fait presque deux campagnes électorales là-dessus», a-t-il dit, faisant valoir l'intérêt l'amphithéâtre construit avec des fonds publics et son entente de gestion qui a fait couler beaucoup d'encre. «Il y a même eu une loi privée pour valider le contrat.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer