Exclusif

Déficit au Centre Vidéotron: la Ville fait un chèque de 730 000 $ à Québecor

Les spectacles présentés au Centre Vidéotron n'ont pas... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les spectacles présentés au Centre Vidéotron n'ont pas permis d'éviter un déficit d'exploitation important en 2015.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec avait prévu des rentrées d'argent totalisant 1,3 million $ pour les premiers mois d'exploitation de son amphithéâtre flambant neuf. Elle doit se contenter de 370 000 $, soit près de 1 million $ de moins qu'anticipé.

Le comité exécutif puis le conseil municipal ont approuvé lundi l'émission d'un chèque de 729 167 $ à QMI Spectacles, filiale de Québecor et gestionnaire du Centre Vidéotron. Cela correspond au remboursement intégral du loyer pour l'année 2015.

QMI Spectacles a pris possession des lieux en juillet, mais l'inauguration officielle a eu lieu le 8 septembre et les activités lucratives ont suivi. 

Les profits n'ont toutefois pas été au rendez-vous. En vertu des baux signés en 2011, l'administration municipale doit éponger la moitié du déficit annuel du gestionnaire jusqu'à concurrence du montant du loyer, qui est de 2,5 millions $ par année sans équipe de hockey. 

C'est donc dire que le déficit de l'amphithéâtre pour l'année 2015, qui se résume à son dernier tiers, est d'au moins 1,4 million $, peut-être plus. 

L'opposition officielle à l'hôtel de ville, Démocratie Québec, a ébruité l'affaire dans la matinée, après avoir reçu un sommaire décisionnel préparé par l'administration pour le politique. 

Le chef de l'opposition, Paul Shoiry, a qualifié le tout d'«un peu scandaleux». «S'il y avait des profits, la Ville n'en bénéficierait pas. Mais puisqu'il y a un déficit d'opération important, les contribuables sont obligés de faire un chèque pour quatre mois de 730 000 $», a-t-il dénoncé. 

«Si on projette sur un an, c'est un déficit de 2,2 millions $» seulement pour la Ville, a ajouté M. Shoiry, pour qui c'est la preuve que «c'est pas rentable».

Rapport financier

En après-midi, l'administration municipale publiait son rapport financier pour la dernière année, lequel confirmait l'absence de revenus de loyer, mais faisait également état de revenus de billetterie de 334 000 $ (4 $ par billet) et de revenus de stationnement de 36 000 $. 

Le maire Régis Labeaume a mis l'accent là-dessus. «On peut pas penser que dans les quatre premiers mois, une entreprise qui démarre va faire des surplus. Moi, j'ai jamais vu ça», a-t-il lancé.

Si des revenus de 1,3 million $ ont pourtant été inscrits au budget de 2015, c'est «parce que c'est contractuel» et qu'il ne faut pas présumer d'un déficit, a ajouté le maire. Il a fini par admettre «qu'on y était allé un peu fort» sur les prévisions des ventes de billets, qui tournaient autour de 600 000 $. 

«On n'est jamais à risque», a répété plusieurs fois M. Labeaume, rejetant sur Québecor l'obligation de rentabiliser le Centre Vidéotron et se félicitant des 33 millions $ déjà récoltés pour les droits d'identification du bâtiment. 

Pour 2016, la Ville de Québec a calculé qu'elle engrangerait 4 millions $ grâce à l'amphithéâtre. 

L'opposition s'est fait un plaisir de rappeler que Régis Labeaume avait prédit une facture maximale de 600 000 $ par année sans la présence d'une équipe de hockey dans l'amphithéâtre. 

«Les chiffres avec lesquels le maire a fait sa tournée pour aller chercher l'adhésion des citoyens, on les a toujours remis en doute. Et là aujourd'hui, ce que nous envisagions semble se concrétiser. [...] Le maire nous a fait un beau pitch de vente, mais là on s'inquiète de ce que ça va nous coûter, quel impact ça va avoir sur nos taxes, sur notre dette», a commenté la conseillère Anne Guérette, qui a annoncé dimanche son intention de briguer la chefferie de Démocratie Québec et donc la mairie de Québec en 2017. 

CHiffres «privés»

Rappelons qu'en février, l'administration Labeaume a signé une lettre d'entente avec Québecor pour éviter à son partenaire de présenter officiellement ses revenus de ventes de billets et ses états financiers. Les représentants de la Ville doivent plutôt se déplacer pour consulter les documents dans les bureaux de l'entreprise privée. Pour éviter que la Loi sur l'accès aux documents publics ne s'applique, aucune copie n'est conservée par la Ville et celle-ci ne permet que des «notes personnelles» à ses employés. 

Dans la documentation soumise au conseil municipal, on ne trouve donc qu'une note signée le 3 juin par la trésorière Chantal Pineault. Celle-ci fait état des travaux de consultation menés chez QMI Spectacles les 31 mai, 1er et 2 juin, puis elle recommande le versement du fameux remboursement de 729 167 $, qualifié de «contribution non taxable». 

Un mois plus tôt, le 29 avril, la firme comptable Raymond Chabot Grant Thornton avait déjà calculé cette somme pour le compte de QMI.

Revenus 2015 de l'amphithéâtre... (Infographie Le Soleil) - image 4.0

Agrandir

Revenus 2015 de l'amphithéâtre

Infographie Le Soleil

Labeaume accuse l'opposition d'être «tricky»

Alors qu'il n'avait pas répliqué directement à l'opposition pendant la journée, lundi, Régis Labeaume s'est repris en soirée, accusant Démocratie Québec d'être «tricky» dans le dossier du déficit de QMI.

«Quand je lis dans le journal que la Ville fait un chèque de 729 000 $ à Québecor et que l'opposition dit : "Un gros déficit!", on oublie qu'on a reçu 33 millions $ de Québecor. C'est de l'argent en tabarouette!» a martelé M. Labeaume.

Il a qualifié de «tricky» («tordue») la lecture de Démocratie Québec. «C'est tricky, c'est truqué. C'est pas vrai qu'on participe au déficit, on n'a pas mis une cenne. On lui remet son loyer!» a-t-il lancé, visiblement piqué au vif.

Le maire a aussi certifié la rigueur de la démarche. «Je vais déposer une lettre du Vérificateur général de la Ville qui a eu accès aux chiffres et qui dit que tout a été fait dans l'ordre. Le vérificateur, je lui fais confiance», a dit M. Labeaume en indiquant que «le vérificateur externe de QMI» a aussi validé le verdict financier. «Tout est impeccable», a-t-il répliqué à l'opposition à qui il reproche d'être négative. «Mon Dieu qu'on souhaite que ça aille mal», a dit M. Labeaume à l'endroit de Paul Shoiry.

En soirée, les élus d'Équipe Labeaume ont voté pour la contribution de la Ville à Québec. Les trois conseillers de l'opposition ont voté contre et demandé à voir les états financiers de Québecor.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer