Cure de jouvence pour Saint-Roch

Un lieu de rassemblement serait aménagé sous l'autoroute... (Ville de Québec)

Agrandir

Un lieu de rassemblement serait aménagé sous l'autoroute Dufferin-Montmorency.

Ville de Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus de résidents, plus de verdure, moins de stationnements de surface. La Ville de Québec veut donner un grand coup pour terminer la métamorphose du quartier Saint-Roch.

L'administration Labeaume a présenté lundi matin son «impression» de ce que deviendra ce secteur de la basse ville à l'hôtel de ville. Cette vision plus verte et plus dense est contenue dans l'avant-projet du Programme particulier d'urbanisme (PPU) de Saint-Roch Sud. Il touche le territoire entre le boulevard Langelier à l'ouest, jusqu'aux bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency à l'est et de la falaise à la rivière Saint-Charles.

Ce projet, qui fera l'objet de consultations en septembre, se démarque par l'ajout d'espaces verts et d'unités d'habitations. La Ville souhaite aussi de meilleurs axes pour les piétons et les cyclistes. Elle vise de plus la construction d'immeubles dotés de stationnements souterrains sur les stationnements à ciel ouvert.

La Ville de Québec n'a pas chiffré les investissements éventuels pour ce vaste projet dont on pourrait voir les effets d'ici 3, 5 ou 10 ans. Pas de chiffres non plus pour le nombre de résidents additionnels qu'on souhaite voir venir s'installer dans le secteur. Ce PPU vise avant tout à élaborer les grands axes qui seront définis avec plus de détails ces prochaines années.

Consultations privées

Lundi, la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, s'est dite confiante de l'adhésion de la population du quartier Saint-Roch, auprès de qui la Ville a mené des consultations ciblées. Un sondage mis en ligne en 2015 et auquel ont participé 676 personnes a aussi permis d'élaborer ce PPU.

Selon la conseillère de Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert, les exercices de consultations citoyennes en amont se reflètent dans le résultat présenté lundi.

La première rencontre d'information sur ce PPU se tiendra dès mardi prochain, 21 juin. Les citoyens et les groupes intéressés peuvent déposer un mémoire d'ici le 15 septembre à 16h. Des audiences auront lieu le 22 septembre de 13h30 à 16h30 et de 19h à 22h.

Stationnement Dorchester

Le lieu actuel... (Photothèque Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

Le lieu actuel

Photothèque Le Soleil

Le lieu après la métamorphose... (Benoit Gauthier Architecture Design) - image 5.1

Agrandir

Le lieu après la métamorphose

Benoit Gauthier Architecture Design

Un point majeur du plan pour Saint-Roch touche les stationnements de surface. Au premier chef, celui derrière l'édifice La Fabrique le long de la rue Saint-Vallier Est. L'administration Labeaume prévoit des immeubles jusqu'à neuf étages du côté de la rue Dorchester qui baisseraient graduellement de gabarit pour atteindre quatre ou cinq vers la rue Caron. Les plans présentés lundi montrent aussi un parc public. «Il faut qu'il se passe quelque chose là», a dit le maire Régis Labeaume. Il y aura moyen, assure-t-il, de convaincre des promoteurs d'inclure des stationnements souterrains à leurs édifices. «Ça peut devenir très rentable», a dit le maire. Il a aussi laissé entendre que le nouveau pouvoir de taxation contenu dans la future loi sur la capitale pourrait être utilisé pour «convaincre» le propriétaire du stationnement Dorchester, la firme Kevlar, de développer. «On va pousser dans le dos de Kevlar», a illustré M. Labeaume.

Piscine et marina Saint-Roch

La piscine de Saint-Roch maintenant...... (Photothèque Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

La piscine de Saint-Roch maintenant...

Photothèque Le Soleil

... et après la métamorphose.... (Photo fournie par la Ville de Québec) - image 7.1

Agrandir

... et après la métamorphose.

Photo fournie par la Ville de Québec

«La piscine et la marina Saint-Roch, présentement, elles manquent d'amour», a illustré la conseillère responsable de l'aménagement, Julie Lemieux. «On s'entend que ce n'est pas une piscine qui est tout à fait hospitalière», a-t-elle poursuivi lundi à propos de l'infrastructure récréative de la rue du Pont. Oui, la piscine est là pour rafraîchir, mais paradoxalement, son environnement ultrabétonné «ressemble plus à un îlot de chaleur», a illustré Mme Lemieux. Le PPU présenté hier souhaite changer les choses. «On veut investir dans cette piscine et la brancher davantage sur la rivière Saint-Charles. L'accès accru à la rivière est un des plans de l'administration Labeaume qui souhaite «redonner» les plans d'eau urbains aux citoyens. La conseillère a aussi précisé que toutes les maquettes numériques présentées lundi ne sont que préliminaires. «On a le temps de travailler tout ça, mais on veut un projet pour les citoyens du quartier.»

Le carré Lépine

L'endroit actuel...... (Photo fournie par la Ville de Québec) - image 9.0

Agrandir

L'endroit actuel...

Photo fournie par la Ville de Québec

... et après sa métamorphose.... (Photo fournie par la Ville de Québec) - image 9.1

Agrandir

... et après sa métamorphose.

Photo fournie par la Ville de Québec

Si on se fie au projet de PPU, le secteur autour de l'ancien cinéma Charest est appelé à profiter d'une solide cure de jeunesse. En plus du terrain de l'ancien cinéma qui accueillera un nouveau centre communautaire, vraisemblablement un YMCA, la Ville projette de revoir le «carré Lépine» où se trouve notamment un stationnement de béton en colimaçon. On prévoit reconstruire ce secteur au sud de Charest. «On veut lui donner le look technoculturel qui manque peut-être», a dit la conseillère Julie Lemieux. Déjà, ce coin accueille des artistes et des entreprises technologiques dans les Ateliers du réacteur dans l'ancien complexe funéraire Lépine-Cloutier. «Nous souhaitons renforcer le caractère distinctif du quartier en accentuant ses caractéristiques technologiques et créatives et en affirmer son statut de centre-ville», a dit le maire de Québec, Régis Labeaume.

Sous les bretelles de Dufferin-Montmorency

Les bretelles de Dufferin-Montmorency maintenant...... (Photothèque Le Soleil) - image 11.0

Agrandir

Les bretelles de Dufferin-Montmorency maintenant...

Photothèque Le Soleil

... et après la métamorphose.... (Photo fournie par la Ville de Québec) - image 11.1

Agrandir

... et après la métamorphose.

Photo fournie par la Ville de Québec

Un nouveau parc est prévu sous les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency où se trouve présentement un stationnement. C'est notamment là que le Cirque du Soleil a présenté les premiers chapitres de son spectacle estival entre 2008 et 2012. Le festival Envol & Macadam y présente aussi des spectacles sur ce site. «Ce serait un lieu de rassemblement pour faire des activités culturelles ou techno. Un lieu où les gens auraient envie de s'installer, de prendre un café», a illustré la conseillère Julie Lemieux. Elle n'a pas caché lundi qu'il a été question de construire dans ce secteur. «Mais finalement, il manque d'espaces verts, de lieux de rassemblement. La Ville de Québec estime que cet aménagement présenté sur les esquisses avec un éclairage moderne et des projections sur les piliers de béton serait «un trait d'union entre le Vieux-Port et Saint-Roch».

Oubliez l'escalier de L'Allier

Revoir l'aménagement sous les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency pourrait-il faire renaître l'escalier souhaité par Jean-Paul L'Allier? Ce souvenir, inévitable, flottait lors de la conférence de presse sur le plan de la Ville de Québec pour ce secteur du quartier Saint-Roch.

Mais le maire Régis Labeaume a coupé court aux attentes : oubliez cet escalier monumental rêvé par l'ex-maire décédé en janvier.

Questionné sur ce point en conférence de presse, Régis Labeaume est resté prudent. «Je ne veux pas décevoir ceux qui espéreraient que ce soit le legs qu'on laisse à la mémoire de Jean-Paul», a-t-il dit, ajoutant que ce projet ne suscite pas assez d'adhésion. «Ça ne me semble pas un projet dont l'acceptabilité serait facile. Et je n'ai pas le goût qu'on ait un débat sur le dos de la mémoire de Jean-Paul L'Allier, a-t-il ajouté. Ça me semblerait un peu disgracieux», a-t-il dit, soulignant «avoir trop de respect» pour M. L'Allier.

Ce dernier avait rêvé au début des années 2000 de construire cet escalier monumental pour relier la basse ville à la haute ville à partir du secteur des bretelles de Dufferin-Montmorency. M. L'Allier, qui a dirigé la Ville de Québec de 1989 à 2005, y voyait un beau projet pour le 400e anniversaire de la capitale, en 2008. Avec ses quatre grands paliers, l'escalier aurait symbolisé quatre siècles d'histoire de Québec. Ce projet évalué à 50 millions $ a finalement été abandonné en 2004.

Mais ces derniers mois, depuis la mort de Jean-Paul L'Allier, certains citoyens et observateurs ont lancé l'idée de réaliser l'escalier pour rendre hommage à l'ancien maire. Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

  • François Bourque | <em>Un projet bien inspiré</em>

    François Bourque

    Un projet bien inspiré

    CHRONIQUE / Par la fenêtre de mon bureau, boulevard Charest, je mesure chaque jour l'impact du jardin de Saint-Roch sur le paysage du centre-ville. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer