Vers un mini-festival de trois jours?

«Avec les installations qu'on a ici, on serait... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«Avec les installations qu'on a ici, on serait capable de faire quelque chose sur trois jours, a indiqué Michel Granger, vice-président spectacles chez Québecor. Ce serait une offre de plus sur le marché.»

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus qu'une succession de groupes sur scène, c'est à un véritable mini-festival que Mumford & Sons a convié son public samedi. Cet événement, où le confort du public était aussi important que la musique proposée, pourrait mettre la table pour d'autres, plus ambitieux, s'étalant sur plus d'une journée.

«Avec les installations qu'on a ici, on serait capable de faire quelque chose sur trois jours, a indiqué Michel Granger, vice-président spectacles chez Québecor. Ce serait une offre de plus sur le marché.»

Autant que les têtes d'affiche, l'expérience du festivalier était hautement prise en compte. Avec l'éventail de camions-restaurants, la présence de tables de pique-nique à l'arrière pour ceux qui préféraient folâtrer plutôt qu'être au milieu de la foule, l'espace pour qu'on puisse circuler assez librement ou même s'asseoir par terre, la présence d'eau gratuite et une presque muraille de Chine de toilettes chimiques, on avait l'impression d'une version réduite des événements en vogue à l'étranger. En effet, puisque le concert n'était pas au coeur de la ville, mais en périphérie, c'est comme si un petit village éphémère avait poussé, rappelant ainsi ce que peuvent offrir des festivals excentrés comme Bonnaroo, aux États-Unis ou le Paléo, en Suisse.

À cela, il faut ajouter que l'imposante scène, flanquée de deux écrans géants, permettait de bien apprécier le spectacle et que la qualité de la sonorisation était au rendez-vous.

Le groupe aux aguets

Pour une grande part de tout cela, il faut saluer les gars de Mumford  & Sons. Le groupe aime partir en tournée et, à force de sillonner les festivals autour du monde, il est au courant des éléments importants pour qu'un événement soit une réussite.

«Tout l'aménagement, l'expérience a été discuté avec eux dès le départ, a indiqué Michel Granger. Il fallait qu'il y ait suffisamment de place pour les bars, des foodtrucks... Même la régie a été décalée, pour que le public ait accès à la vue centrale.»

M. Granger attendait de voir comment l'évacuation des lieux se passerait, mais se disait très satisfait du déroulement. Il a précisé qu'il pourrait éventuellement être possible de reculer les clôtures, si nécessaire, pour accueillir davantage de monde et a salué la réponse du public : «on savait que les gens de Québec n'auraient pas peur de se déplacer [sans leur voiture]». 

Un concert aux allures de laboratoire

Pour Patrice Drouin, la soirée Mumford & Sons de samedi, à la Baie de Beauport, avait des allures de laboratoire.

Le président de Gestev, la société qui gère le site, était présent afin de voir comment tout se déroulait. «On a déjà annoncé qu'on veut que la Baie de Beauport soit événementielle, mais sous toutes les formes, a-t-il indiqué au Soleil. Ça peut être autant la voile, l'été, que le ski de fond, l'hiver. Il faut expérimenter ses accès.»

M. Drouin n'a pas voulu s'avancer outre-mesure sur ce que pourrait être la suite, mais il a admis que l'événement musical d'hier était «peut-être en train de paver la voie pour les prochains [tous genres confondus]». Gestev compte faire un post-mortem lundi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer